•  

    La Bâtie d'Urfé, le palais italien

    d'un humaniste

     

    Par Détours en France
     
    source : Hors Série - Châteaux de légende, 2013, p.122
     
     

    Où trouve-t-on un château tout blanc aux allures de palazzo, une grotte de rocaille, un sphinx, et le premier roman-fleuve de la littérature française ? Dans le château d’Honoré d’Urfé, auteur de « L’Astrée », chef-d’oeuvre du roman précieux.

     

    Batie d'Urfé

    Qu’elle est verte, la vallée du Lignon ! Elle dessine dans la plaine du Forez un pays de forêts, d’étangs et de bocages. Il est d’autant plus surprenant d’y découvrir un authentique palais renaissance, avec galeries italiennes et rampe gardée par un sphinx, qu’on imaginerait plus volontiers dans la campagne forentine.

     

    Un écrivain italien

    On doit ce petit miracle d’architecture à Claude d’Urfé, ambassadeur et homme politique, qui le fit bâtir à son retour des guerres d’Italie à la place du manoir familial. 

     

    Galerie et Sphynx

     

    La galerie aux douze colonnes surplombe le gardien des lieux, un sphinx, sentinelle surprenante en ces lieux, qui occupe l’aval de la rampe d’accès à l’ancienne bibliothèque.

    Nous sommes au XVIe siècle, et Claude est un humaniste convaincu et fervent catholique : son château est un peu son testament spirituel. Son petit-fils, Honoré, va se faire connaître en écrivant L’Astrée, un roman d’amour fleuve qui met en scène l’histoire d’'Astrée, jeune bergère, et son amant céladon. Le cadre est celui de la vallée du Lignon, qu’Honoré d’Urfé apprécie tant depuis qu’il séjourne dans le château familial.

     

    Le château

    Quand on pénètre dans la cour d’honneur, on a la même vision que celle de l’écrivain : un corps de logis central, massif et rectangulaire, entouré par deux ailes.

     

    Intérieur

     

    Les pièces, le sphinx et une magnifique vue du château de nuit : le charme opère. Un castel à visiter !

    Celle de gauche, l’ancien corps de garde, est d’une sobriété toute militaire ; contraste saisissant avec celle de droite, très italianisante avec sa galerie à laquelle on accède par une rampe cavalière. En bas de la rampe, un sphinx, promu mystérieux protecteur des lieux, notamment de la bibliothèque au premier étage : au temps de la splendeur des d’Urfé, elle a abrité jusqu’à 4 000 volumes !

     

    det_hs_chateaux_13_urfe_fontaine_luc_olivier.jpg

     

    Sous la rotonde du parc, la fontaine de la vérité d’amour, qu’évoque Honoré d’Urfé dans son roman « L’Astrée ».

    Les appartements sont richement meublés, les plafonds peints, et des tapisseries sur le thème de L’Astrée décorent les pièces de réception. Il n’en a pas toujours été ainsi : au XIXe, le mobilier, les plafonds de la galerie et les décors de la chapelle ont été vendus, certains éléments sont même partis au Louvre et au Metropolitan Museum à New York !

     

    Du païen au sacré

    Grotte

     

    Pas question de quitter la Bâtie d’Urfé sans avoir vu la pièce maîtresse : la grotte dite « salle des rocailles ». Entièrement minérale, elle est décorée à la mode italienne de faunes, nymphes et dieux païens, de stalactites et de coquillages.

    Le visiteur doit passer par elle avant d’accéder à la chapelle, symbole du passage du paganisme au christianisme. Sur la porte de la chapelle, des allusions à La Trinité : les trois marches, un triangle, des fleurs à trois pétales. Dans la chapelle, où il fit travailler des artistes italiens, Claude d’Urfé affirme haut et fort sa foi en l’église catholique.

     

    Art et Culture 3:  La Bâtie d'Urfé, le palais italien d'un humaniste

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    La petite histoire québécoise de

    la tire à m'lasse

     

     

    À une époque pas si lointaine, des effluves de mélasse parfumaient les cuisines... (Photo David Boily, La Presse)

     

     

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

     
     

    À une époque pas si lointaine, des effluves de mélasse parfumaient les cuisines du Québec, le 25 novembre. De nombreuses familles confectionnaient de la tire Sainte-Catherine. Bien que la friandise porte le nom d'une sainte, elle est typiquement québécoise et n'a rien à voir avec un personnage biblique.

     

    Made In Quebec

    Marguerite Bourgeoys aurait préparé des bonbons à la mélasse et à la cassonade pour attirer les jeunes Amérindiennes vers les bancs d'école. «L'objectif était de leur donner une instruction religieuse et de les "civiliser". Pour y arriver, elle aurait préparé cette tire très simple», raconte Evelyne Ferron, historienne et chargée de cours à l'Université de Sherbrooke. Comme certaines sources affirment que la première école de la Nouvelle-France a été fondée le 25 novembre 1658, les histoires de la tire et de Catherine ont fini par s'entremêler.

     

    Qui est Catherine?

     

    La courte et triste histoire de Catherine d'Alexandrie débute au tournant du IVe siècle. «Catherine d'Alexandrie est la fille d'un roi, explique Mme Ferron. Elle est très jolie et très instruite. L'empereur romain Maxence désire l'épouser, mais celle-ci ou son père refuse.» Pour se venger, Maxence fait exécuter la jeune femme alors âgée de seulement 18 ans.

     

    Ce qu'on célèbre

    Durant le Moyen Âge, sainte Catherine devient la protectrice des jeunes filles célibataires. Celles de 25 ans et plus sont d'ailleurs surnommées «catherinettes». «Le 25 novembre, on fait porter aux catherinettes de grands chapeaux verts. De cette manière, les hommes qui se cherchent une épouse savent que ces femmes sont disponibles. C'est comme si on leur faisait porter un panneau publicitaire», dit Mme Ferron.

     

    Art et Culture 3:  La petite histoire québécoise de la tire à m'lasse

     

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

     

    Dans les écoles

    En plus de célébrer les catherinettes le 25 novembre, on rend hommage à Marguerite Bourgeoys, raconte Madeleine Juneau, directrice générale de la Maison Saint-Gabriel. «Dans toutes les écoles et les couvents, on porte de grands chapeaux en papier, on organise une pièce de théâtre, on a congé de devoirs et, bien sûr, on mange de la tire Sainte-Catherine. Le soir, quand on rentre à la maison, il y a encore de la tire sur la table.»

     

    La fin d'une tradition

    Les écoles cessent de célébrer la Sainte-Catherine quand l'État prend la place de l'Église dans l'enseignement, dans les années 60, rappelle Madeleine Juneau. Être jeune et célibataire passe également mieux dans la société après la mort de Duplessis, à la même époque, souligne Mme Ferron. «Quand on a 25 ans et qu'on n'est pas mariée, on est moins un poids pour sa famille qu'au XVIe siècle. Il faut se rappeler qu'à cette époque, l'espérance de vie est beaucoup plus courte et que les chances de se trouver un mari sont donc plus minces.»

     

    Ce samedi

    À l'occasion de la Sainte-Catherine qui se tiendra samedi, la Maison Saint-Gabriel préparera de la tire devant public. Des conteurs et des danseurs seront sur place et des visites guidées de la Maison Saint-Gabriel sont également organisées. De 13 h à 17 h, 25 $ pour les familles, 15 $ pour les adultes.

     

    Art et Culture 3:  La petite histoire québécoise de la tire à m'lasse

     

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

     

    La recette

    L'étape qui demande d'étirer la tire pour la ramollir et la pâlir marque l'imaginaire. Mais en réalité, la recette des klondikes est facile à réaliser avec des ingrédients faciles à trouver. Voici la version de la Congrégation de Notre-Dame.

     

    Ingrédients

    - 1 tasse de sucre blanc

    - 1 tasse de cassonade

    - 1 tasse de mélasse

    - 1/2 tasse de sirop de maïs

    - 1/2 tasse d'eau

    - 1 c. à soupe de vinaigre

    - 1 c. à thé de bicarbonate de soude, tamisé

    - 1 c. à soupe de beurre 

     

    Préparation

    1. Dans une casserole à fond épais et à parois beurrées, mettre le sucre, la cassonade, la mélasse, le sirop de maïs, l'eau et le vinaigre.

    2. Cuire jusqu'à 125 °C (260 °F) puis retirer du feu.

    3. Incorporer le bicarbonate de soude et le beurre.

    4. Verser le mélange dans une lèchefrite beurrée.

    5. Dès que la tire est assez refroidie pour être maniée, l'étirer vivement jusqu'à ce qu'elle perde son lustre. Pour l'empêcher de coller aux doigts, on peut s'enduire les mains d'une légère couche de beurre.

    6. Couper en petits bouts avec des ciseaux et envelopper dans du papier ciré.

     

    Note:  Je me souviens très bien lors de mon enfance où papa

    et maman en faisaient et on se régalait de cette bonne tire.

     

    Art et Culture 3:  La petite histoire québécoise de la tire à m'lasse

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Miami en cinq musées

     

    Le Haitian Heritage Museum présente actuellement l'exposition Rites of Passage.... (Photo tirée du site web du musée)

     

    Le Haitian Heritage Museum présente actuellement l'exposition Rites of Passage.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DU MUSÉE

     
    CHARLES-ÉDOUARD CARRIER

    Collaboration spéciale

    La Presse
     

    On connaît Miami pour ses magnifiques plages, ses voitures exotiques et ses hôtels-boutiques luxueux fréquentés par les vedettes internationales. Au-delà du glamour, cette ville, avec près de 40 musées pour tous les goûts, a beaucoup à offrir. En voici cinq à visiter.

     

    Haitian Heritage Museum

    C'est pour souligner le bicentenaire d'Haïti que le Haitian Heritage Museum a été fondé en 2004. Au coeur de Little Haiti, quartier dynamique, coloré et accueillant qui gagne à être connu, le musée s'est donné comme mission de mettre en valeur le patrimoine artistique, culturel, littéraire, cinématographique et historique de la Perle des Antilles. Actuellement, l'exposition Rites of Passage, présentée en collaboration avec l'organisme National Museums of Kenya, propose cinq rites de passage de cinq cultures que l'on retrouve à Miami.

    4141 NE 2 Avenue, local 105C

    www.haitianheritagemuseum.org

     

    American Museum of the Cuban Diaspora

    L'énergie contagieuse de Miami est largement influencée par la culture latina, et la proximité de Cuba y est sans doute pour quelque chose. On n'a qu'à passer une soirée dans le quartier Little Havana pour le comprendre. Le musée de la diaspora cubaine, que l'on surnomme tout simplement The Cuban, présente les oeuvres de quelques-uns des plus prolifiques artistes, écrivains et penseurs cubains. Jusqu'en mai 2018, on y expose les oeuvres de Luis Cruz Azaceta explorant les thèmes du terrorisme, les dictateurs, la guerre et l'exil, lui-même ayant fui le régime de Castro à l'âge de 18 ans.

    1200 Coral Way

    thecuban.org

     

    Art et Culture 3:  Miami en cinq musées

     

    Le musée de la diaspora cubaine, que l'on surnomme tout simplement The Cuban, présente les oeuvres de quelques-uns des plus prolifiques artistes, écrivains et penseurs cubains.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DU MUSÉE

     

    The Bass

    Le musée d'art contemporain de Miami Beach, The Bass, vient tout juste de rouvrir ses portes après un agrandissement majeur qui bonifie de près de 50 % son espace galerie. Malgré les grands travaux commandés par les architectes Arata Isozaki et David Gauld, on peut encore très bien apprécier les influences Art déco de la façade du bâtiment des années 30 en entrant sur le site par le Collins Park. C'est d'ailleurs à cet endroit qu'est exposée l'oeuvre tout en néons Eternity Now de Sylvie Fleury et l'impressionnante sculpture colorée d'Ugo Rondinone intitulée Miami Mountain.

    2100 Collins Avenue

    thebass.org

     

    Wolfsonian

    Au coeur du quartier Art déco de Miami Beach, la collection du musée Wolfsonian compte quelque 180 000 objets allant de la Révolution industrielle jusqu'après la fin de la Seconde Guerre mondiale. C'est à travers l'histoire des objets exposés que l'on présente l'histoire sociale, politique et technologique d'une époque de grands changements qui s'échelonne sur un siècle, de 1850 à 1950. Jusqu'en avril 2018, on y présente l'exposition Selling the Golden Leaf: Exoticism in Tobacco Advertising où sont mis en vedette quelques-unes des plus novatrices campagnes publicitaires sur le tabac datant de la fin du XIXsiècle.

    1001 Washington Avenue

    www.wolfsonian.org

     

    Art et Culture 3:  Miami en cinq musées

     

    L'impressionnante sculpture colorée d'Ugo Rondinone intitulée Miami Mountain est exposée devant le musée Bass.Photo Zack Balber, fournie par le musée

    PHOTO ZACK BALBER, FOURNIE PAR LE MUSÉE

     

    Frost Museum of Science

    L'ouverture en grande pompe de ce musée s'est faite en mai dernier. Au centre-ville de Miami, sur les rives de la baie de Biscayne, le Phillip and Patricia Frost Museum of Science s'étend sur plus de 250 000 pi2. Les quatre bâtiments qui le composent incluent un planétarium, un aquarium et un musée des sciences et technologies. Véritable chef-d'oeuvre d'architecture et destination familiale par excellence, le Frost propose un impressionnant calendrier d'ateliers et d'activités d'apprentissage variés destinés aux enfants, aux adolescents et aux adultes. Une visite d'une journée n'est pas suffisante pour apprécier la totalité de ce que l'endroit a à offrir.

    1101 Biscayne Boulevard

    www.frostscience.org

     

    Art et Culture 3:  Miami en cinq musées

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Art et Culture 3:  VISITER LE LOUVRE EN FAMILLE

     

     

    VISITER LE LOUVRE EN FAMILLE

     

    •   Demi-journée     

    Plus grand musée d’art du monde, le Louvre regorge de merveilles à découvrir en famille. Pour être sûrs de ne rien rater, préparez ensemble votre parcours au milieu des trésors d’histoire.

    Avec ses 72.000 m2 de surfaces d’exposition, vous pouvez arpenter le Louvre toute une journée en découvrant de nouvelles choses à chaque croisement de couloirs. À moins de courir sans cesse, il est peu probable que arriviez à tout voir en une visite. L’idéal est donc de sélectionner les thématiques que vos enfants préfèrent.

     

    SUR LES TRACES DE L’HISTOIRE DU LOUVRE

     

    Les jardins et bâtiments du Louvre offrent un vrai terrain d'exploration pour une première approche

     

    Art et Culture 3:  VISITER LE LOUVRE EN FAMILLE

    ©Adobe Stock - Doin Oakenhelm

    Si vous optez pour des visites libres, plusieurs parcours sont possibles. Vous pouvez vous contenter de découvrir l’histoire du Louvre en faisant simplement le tour des bâtiments, en observant les différents styles selon les époques. Complétez ensuite ce premier contact en admirant les vestiges du Louvre médiéval dans les galeries du Carrousel. Car avant d’être un musée, l’édifice était un château fort, construit par le roi Philippe Auguste en 1190. Un petit tour que vous pouvez prolonger par une visite des jardins des Tuileries qui changent de couleurs avec les saisons.

     

    LES PARCOURS ENFANTS

     

    Les portraits ludiques d'Arcimboldo plaisent énormément aux plus jeunes

     

    Art et Culture 3:  VISITER LE LOUVRE EN FAMILLE

    ©Paris Tourist Office - Photographe Marc Bertrand

     

    Pour ce qui est d’explorer véritablement les collections du Musée, l’idéal est de suivre un des parcours destinés aux enfants. Pendant 1h30, « Trop grand ! La folie des grandeurs » s’attache à faire le tour des œuvres les plus monumentales du musée et de comprendre la raison de leur création, du sarcophage de Ramsès III à la Victoire de Samothrace en passant par Le Sacre de Napoléon. « Au galop ! »s’adresse aux petits fans d’équitation et propose de découvrir en une heure et demie des tableaux, objets et sculptures où le cheval est à l’honneur. Deux autres parcours mettent Noël en avant. D’une durée de 1h, « Noël en scène » revient sur l’origine de la fête en suivant une sélection de tableaux autour de l’adoration de l’Enfant, alors que « Il était une fois Noël », en 1h30, propose un parcours avec des œuvres plus variées. Avec des enfants un peu plus grands, optez pour la visite « Chefs-d’oeuvre du musée », qui permet de voir les incontournables du Louvre, du Sphinx à La Liberté guidant le peuple en passant par La Joconde, La Vénus de Milo, Les Noces de Cana ou encore Le Radeau de la Méduse.

     

    Le plus des parcours pour enfants du Louvre

    Vous pouvez imprimer les parcours à l’avance depuis le site internet du Louvre pour que vos petits curieux se repèrent plus facilement pendant la visite.

     

    LES VISITES GUIDÉES

     

    Le département d'égyptologie fait partie des endroits préférés des enfants

     

    Art et Culture 3:  VISITER LE LOUVRE EN FAMILLE

    ©Paris Tourist Office - Photographe Amélie Dupont

     

    Les mercredis, samedis, dimanches et pendant les vacances scolaires, des visites guidées de 1h30 à destination des enfants sont organisées (supplément de 7€ pour les enfants, 12€ pour les adultes). Plusieurs thèmes sont présentés. « Au fil du Nil »vous fait découvrir les différentes facettes de la civilisation égyptienne, « Drôles de dames » vous propose de partir sur les traces des princesses et héroïnes des tableaux alors que « Dieux et héros » effectue un tour d’horizon de la mythologie grecque à travers une sélection de sculptures et céramiques. Enfin, « Monstres et chimères » vous emmène à la rencontre des créatures fantastiques : dragons, licornes, griffons ou taureaux ailés !

     

    Le plus des visites guidées du Louvre

     

    Les parcours sont non seulement amusants, vous en apprenez plus sur l’Histoire grâce aux explications des guides.

     

    Du 02 Janvier 2017 
    Au 31 Décembre 2017

     
    Lundi 09:00 18:00
    Mardi   Fermé
    Mercredi 09:00 18:00
    Jeudi 09:00 18:00
    Vendredi 09:00 18:00
    Samedi 09:00 18:00
    Dimanche 09:00 18:00
     

    Rue de Rivoli

    75001 Paris

    Île-de-France

    Musée du Louvre

     

    BON PLAN

    Si vous comptez venir régulièrement, la carte des Amis du Louvre propose une option famille pour 1 à 2 adultes et jusqu’à 3 enfants. En plus d’un accès privilégié et illimité aux collections, vous aurez droit à des réductions aux ateliers, un accès gratuit à la programmation jeunesse de l’Auditorium et d’autres avantages !

    Ecrit par

    FUN TRIBE

     

    Art et Culture 3:  VISITER LE LOUVRE EN FAMILLE

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    10 plus beaux ponts du monde

     

    ÉCRIT PAR : Jessica Gauthier-Tétreault

     

    En 1883, John et Washington Roebling avaient pour ambition de construire le plus beau pont du monde. Il devait relier Brooklyn et Lower Manhattan à New York. Depuis, le Pont de Brooklyn est devenu légendaire. Il arrive parfois que certains touristes se rendent dans une ville uniquement pour visiter son pont. Voici notre sélection des 10 plus beaux ponts du monde.

    1- Ponte Vecchio, Florence, Italie

    Florence est l’une des plus belles villes du monde. Les touristes affluent de la planète entière pour visiter ce berceau de la Renaissance avec ses palais, ses musées, son imposant dôme et son Ponte Vecchio. Sur ce pont moyenâgeux qui surplombe l’Arno, on trouve de nombreuses bijouteries. Au-dessus de ces boutiques se trouve un passage qui permettait à la puissante famille Medicis de ne pas se mélanger au peuple lors de ses sorties.

     

    HeapMedia48130

    2- Golden Gate Bridge, San Francisco, États-Unis

    Le Golden Gate est le pont le plus filmé et le plus photographié de la planète, mais surtout le plus connu. Il a été inauguré en 1937. Long de 2 373 mètres, il se caractérise par sa couleur rouge qui améliore sa visibilité : la baie de San Francisco est en effet régulièrement envahie par le brouillard. Chaque jour, environ 100 000 voitures empruntent ce pont. Il attire également ceux qui sont fatigués par la vie. Le Golden Gate figure toujours dans les films ou séries qui ont pour théâtre San Francisco.

     

    HeapMedia48131

    3- Viaduc de Millau, France

    Les amateurs de ponts gigantesques se doivent d’aller admirer le viaduc de Millau, le plus haut pont suspendu du monde qui relie Montpellier à Clermont-Ferrand en surplombant la vallée du Tarn. Avec ses 343 mètres de haut, il dépasse la Tour Eiffel. Les autorités ont été forcées de réduire la vitesse de 130 km/h à 110 km/h car les touristes qui l’empruntent ralentissaient le trafic en observant l’ouvrage. Certains d’entre eux s’arrêtent même sur la bande d’arrêt d’urgence pour observer le paysage au-delà du rail de sécurité.

     

    HeapMedia48132

    4- Tower Bridge, Londres, Angleterre

    Le Tower Bridge est l’un des symboles de Londres. Il attire de nombreux touristes chaque année. À la fin du 19e siècle, il devenait essentiel de construire un nouveau pont sur la Tamise car le London Bridge ne suffisait plus. Il ne pouvait pas s’agir d’un pont fixe car les navires devaient toujours pouvoir passer. Ce pont mesure 65 mètres de haut et 244 mètres de long. Les deux parties peuvent se lever à 86 degrés en une minute. Aujourd’hui, il est équipé d’un système électrique mais à l’origine il était hydraulique. Les anciennes machines à vapeur constituent aujourd’hui une attraction touristique.

     

    HeapMedia48133

    5- L’Øresundsbron, Danemark et Suède

    Ce pont dont la longueur totale est de 16 kilomètres relie les villes de Copenhague (Danemark) et de Malmö (Suède) en surplombant le détroit de Sund. Ce pont a l’un des plus longs tabliers suspendus par haubans, 490 m de long et sa hauteur maximale est de 53 mètres. Le poids total de l’ouvrage est de 83 000 tonnes. Une autoroute et une ligne de chemin de fer y passent mais il est impossible de s’y promener à pied ou à vélo. L’île artificielle de Peberholm a été créée pour faire la transition entre le pont et le tunnel. Elle fait 4 km de long par quelques centaines de mètres de large. Située sur le territoire danois, elle est devenue une réserve naturelle inhabitée. La traversée coûte 37 euros, aller simple, bien entendu !

     

    HeapMedia48134

    6- Gateshead Millennium Bridge, Newcastle, Angleterre

    Construit en 2001 au-dessus du fleuve Tyne, le Gateshed Millenium Bridge est un pont réservé aux cyclistes et aux piétons. Jusque-là, rien de vraiment exceptionnel… mais il s’agit en fait d’un pont tournant et même l’unique exemplaire du genre. Son fonctionnement est somme toute assez simple : lorsqu’un bateau doit passer, le pont tourne. Cet ouvrage est une innovation révolutionnaire et a d’ailleurs, à ce titre, été récompensé en 2002 par le prix d’architecture Stirling. Ce pont est une véritable attraction touristique. Et, petit détail supplémentaire : il peut sans problème supporter un choc avec un navire de 4000 tonnes.

     

    HeapMedia48135

    7- Pont des Soupirs, Venise, Italie

    Le pont des Soupirs ou Ponte dei sospiri est l’un des nombreux ponts de Venise en Italie. Il passe au-dessus du Rio de Palazzo et relie les anciennes prisons aux cellules d’interrogatoires du palais des Doges. C’est l’un des lieux touristiques les plus célèbres de la ville.

     

    HeapMedia48136

    8- Le pont Érasme, Rotterdam, Pays-Bas

    Le pont Érasme de Rotterdam est très impressionnant. Il s’agit d’un pont à haubans situé sur la nouvelle Meuse. Long de 808 mètres, il possède un pylône asymétrique de 139 mètres de haut qui lui vaut le surnom de cygne. Le marathon de Rotterdam l’emprunte chaque année et en 2005, plusieurs avions passèrent sous le pont à l’occasion du championnat de voltige Red Bull Air Race.

     

    HeapMedia48137

    9- Sydney Harbour Bridge, Sydney, Australie

    Lorsque l’on parle de Sydney, l’image de l’opéra vient immédiatement à l’esprit. Mais pour les Australiens, le véritable symbole de la ville, c’est son pont. Si vous avez la chance de visiter un jour cette superbe ville, inscrivez-vous au Sydney Bridge Climb, une promenade sur l’arc du pont. Après avoir gravi 200 marches, vous bénéficierez d’une vue imprenable sur la ville et la baie. Le Harbour Bridge est le pont le plus large du monde avec ses 8 voies de circulation, sa voie de chemin de fer, et sa bande réservée aux cyclistes et aux piétons.

     

    HeapMedia48138

    10- Le pont du Bosphore, Istanbul, Turquie

    Le pont du Bosphore n’est pas le plus long ni le plus imposant du monde mais il est prestigieux car il relie deux continents : l’Europe et l’Asie. 180 000 véhicules parcourent chaque jour ce pont de 1 590 mètres. L’église Sainte-Sophie, aussi appelée Ayasofia, et le palais Topkapi sont les principales curiosités de la ville mais n’oubliez pas le pont!

    Source : skynet.be

     

    Art et Culture 3:  10 plus beaux ponts du monde

     

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique