•  

    L'étrange Sarcophages du Chachapoya

     
     
    Au moment où les Espagnols sont arrivés au Pérou au début du 16ème siècle, les gens Chachapoya avaient déjà été intégrés dans le grand empire Inca. Bien qu'ils aient résisté aux Incas farouchement, les terres de ces guerriers des nuages ​​comme on les appelait avait été annexée et ont été forcés d'adopter les coutumes et la culture de leurs conquérants. Pourtant, ils ont laissé une chose derrière - les sarcophages étrange dans lequel ils enterraient leurs morts.

    Untitled
    Une trentaine de miles de la ville de Chachapoyas (nommé d'après le mot Inca pour la tribu, ce qu'ils s'appelaient eux-mêmes est perdu dans le temps) se trouve la vallée Utcubamba. Il y avait un tremblement de terre ici en 1928, que les collines ont secoué, quelque chose d'étrange est tombé des falaises qui bordent les gorges de la rivière en 1928, Il était un homme d'argile de haut impair de sept pieds, impassible à la mâchoire carrée, presque à la manière de la Moai de l' Île de Pâques .

    Les archéologues ont été appelés - et ils étaient heureux. Ils savaient que c'était un purunmachu - le nom donné à l'sarcophages qui Chachapoya mettrait leurs morts. C'était une découverte très rare - la plupart avaient été partiellement ou totalement détruites par les pillards.

    Il ne fallut pas longtemps avant qu'ils avaient escaladé le ravin de découvrir sept autres de ces objets extraordinaires. Les proches des victimes avaient été extrêmement soin de placer ces purunmachus dans un endroit aussi inaccessible que possible et qu'ils avaient échappé au sort de la plupart des autres exemples de cette forme unique de l'enterrement. essais de carbone ont été faites sur eux et on croit que ces date de purunmachus autour des années 1470 - le temps que l'Inca submergé Chachapoya.

    En dépit de leur cachette, le temps, bien sûr, leur avait résisté. Pourtant, leur robe originale de peinture blanche était encore visible, de même que d'autres détails. Ocre jaune et deux pigments rouges ont été utilisées pour donner des détails sur le corps de la purunmachus. Les plumes sur les tuniques étaient encore visibles comme l'étaient les organes qui ont indiqué que les corps à l'intérieur étaient très susceptibles d'être de sexe masculin. Un inhabituel, macabre, contact a été ajoutée. Au-dessus des têtes de la purunmachus, crânes humains avaient été placés.

    Autres purunmachus ont également été découverts dans les environs de Aya-Chaqui et les différences entre les deux types peuvent être noté, même si elles appartiennent à la même culture. Il semble probable que cette pratique était très répandue pour voire des centaines d'années.

    Momies - Pérou
    Ellenfotos 047
    Il a été supposé que la façon dont ils ont été construits. D'abord, un petit mur serait construit autour d'un corps - ou il serait tout simplement être placé sur une corniche. Puis, autour de ce paquet de restes humains, une paroi mince serait construit. Cela couvrir le corps et pôles serait inséré dans la structure. Comme une capsule il serait alors être enduit d'un mélange épais de boue et de paille. Une fois sec, il serait d'abord peint en blanc et décoré avec des détails tels que les caractéristiques du visage, des colliers et des parties du corps.

    Quant à la Chachapoya eux-mêmes, un siècle après l'arrivée des Espagnols qu'ils avaient été effectivement effacé de la face de la terre. On croit qu'ils ne persistent que comme rester comme une souche dans l'ADN de l'origine ethnique indigène général au Pérou contemporain. Une fois que leur culture avait disparu sarcophages ne sont plus intouchables . La grande majorité ont été détruits par ceux qui sont prêts à profaner une tombe à la recherche de ce que la richesse peut trouver à l'intérieur. Si vous ne vous sentez pas curieux de savoir ce qui se trouvait dans le purunmachus, alors il est temps de faire défiler vers le haut . Le Musée de Leimebamba a un certain nombre de momies de la Chachapoya. Attention: les restes humains sont représentés ci-dessous.





    Les Secrets isolé au nord du Pérou 
    Si vous avez aimé cette fonction Kuriositas, alors pourquoi ne pas en savoir plus sur le Pérou? Le pays a beaucoup de mystères, de Machu Picchu à des lignes de Nazca. Un des plus grands mystères, cependant, pourquoi si peu de gens se rendent à la nord du pays . Seule une fraction de ceux qui visitent Machu Picchu envisager d'aller vers le nord, mais c'est là que vous trouverez quelques-unes de la géographie la plus remarquable, sites archéologiques et de magnifiques villes coloniales partir à la découverte. Jetez un oeil à la route péruvienne moins voyagé.

    Pin It

    votre commentaire
  •   

    Le Musée Unterlinden

    Unterlinden ColmarSi vous passez à Colmar, n'hésitez surtout pas à visiter le Musée Unterlinden qui abrite des collections d'archéologie, de peintures et de sculptures du XIIᵉ au XVIᵉ siècles, d'arts décoratifs et d'arts et traditions populaires.
    La collection d'archéologie permet de comprendre le passé de l'Alsace entre le Néolithique et la période mérovingienne, à travers de nombreux objets issus d'habitats et d'ensembles funéraires. Mais le musée est reconnu pour sa remarquable collection de peintures et de sculptures du Moyen-Âge et de la Renaissance : œuvres d'artistes du Rhin supérieur, de Bavière ou d'Allemagne du Nord. Sa réputation internationale est surtout dûe au chef d'œuvre qu'est le Rétable d'Issenheim pièce maitresse du Musée.

    Unterlinden - cloître du XIIIᵉ siècle
    Vues du cloître du XIIIᵉ siècle

    Unterlinden - cloître du XIIIᵉ siècle   Unterlinden -cloître du XIIIᵉ siècle

    Unterlinden-512

    Unterlinden-511   Unterlinden - Retable de Sainte-Catherine et de Saint-Laurent
    A droite, Retable de Sainte-Catherine et de Saint-Laurent (Rhin supérieur - vers 1510)

    Unterlinden - Entourage de Martin Schongauer   Unterlinden-518
    A gauche, Entourage de Martin Schongauer - Huile sur bois autour de 1480
    La descente de croix - La mise au tombeau
    Le Christ et Marie-Madeleine - L'incrédulité de Saint-Thomas

      Unterlinden - Rhin supérieur - Colmar - Déploration du Christ - 1510-1520Rhin supérieur - Colmar - Déploration du Christ - 1510-1520
    Haut-relief provenant de l'église  des Recollets de Rouffach

     °°°0°°°

    Le Retable d'Issenheim

    Polyptique réalisé entre 1512 et 1516 pour la Commanderie des Antonins d'Issenheim
    située au Sud de Colmar - Il fête ses 500 ans cette année.
    Panneaux peints par Matthias Grünewald et sculptures réalisées par Nicolas de Haguenau

    Unterlinden - Le Retable d'IssenheimA gauche Saint-Sébastien, à droite Saint-Antoine, au centre la Crucifixion,
    en bas la predelle représente la Déposition.

    Unterlinden - La Résurrection et l'Annonciation
    La Résurrection        -       L'Annonciation

    Unterlinden - Concert des anges & La Nativité
    Concert des anges    -    La Nativité

    Unterlinden - La tentation de Saint-Antoine - Visite de Saint-Antoine à Saint-PaulLa tentation de Saint-Antoine - Visite de Saint-Antoine à Saint-Paul

    Le saviez-vous

    Le Rétable d'Issenheim complété

    Au cœur même du Retable, au centre de la deuxième ouverture, encadrant la figure majestueuse de Saint-Antoine trônant, Nicolas de Haguenau a situé deux sculptures en bois de tilleul, un paysan présentant un coq et un gentilhomme campagnard présentant un porcelet. Mais ces deux œuvres exceptionnelles n'avaient jamais pu être présentées au musée d'Unterlinden.
    Elles avaient quitté Colmar on ne sait comment, après 1823 et ont été retrouvées en 1912 à Münich, chez l'antiquaire Julius Böhler qui les avait acquises en 1905 dans une collection privée. Elles ont quitté la collection Böhler en 1977 pour être acquises par le Badisches Landesmuseum de Karlsuhe. Grâce à un échange de dépôt avec le Badisches Landesmuseum, les deux sculptures manquantes reviennent enfin à Colmar en décembre 1984.

    Unterlinden - Maquette de retable d'Issenheim
    Ci-dessus, cette maquette permet de mieux imaginer l'œuvre telle qu'elle ornait le maître-autel de l’église du couvent d’Issenheim avant la révolution. Les Deux séries de volets mobiles et la predelle peinte amovible faisaient du Rétable un vaste polyptique à transformations qui offrait trois visions successives sans doute liées aux différents temps de l'année liturgique.

    Unterlinden -Nef du Couvent où est exposé le Retable

    Le saviez-vous

    Le Musée s'agrandit (été 2012 - printemps 2014)

    Afin d'étendre ses surfaces d'exposition et de moderniser sa muséographie, le Musée Unterlinden est actuellement en travaux réalisés par le cabinet d'Architectes bâlois Herzog & de Meuron. L'ancien couvent et les bains municipaux sont en cours de réaménagement pour recevoir l'Art ancien et les manifestations événementielles parallèlement à la construction d'un bâtiment de briques et de cuivre qui abritera les collections modernes et contemporaines. Une galerie souterraine reliant le couvent au nouvel édifice permettra de présenter l'histoire du Musée et un panorama de l'Art du XIXᵉ et du début du XXᵉ siècle. La collection d'art moderne ne sera visible qu'à partir de l'inauguration du Musée agrandi au printemps 2014.

    Projet Extension du Musée UnterlindenMaquette du projet (crédit photo ©Herzog et de Meuron)
    Sous la maison au centre de la place, une galerie souterraine
    relie le musée au nouveau bâtiment contemporain

    Vue de Colmar depuis une fenêtre de l'Unterlinden

    Unterlinden Colmar
    1 Rue Unterlinden
    F - 68000 COLMAR
    Tél : 03.89.20.15.50.
    www.musee-unterlinden.com
    Le Musée sur Facebook

      

      

        Winstub Unterlinden

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    TOURS, BUREAUX, HÔTELS :

    DÉCOUVREZ LES NOUVEAUX PROJETS

    DE LA DÉFENSE

     

    Tours, bureaux, h...tels : découvrez les nouveaux projets de La Défense
    Architectes et promoteurs rivalisent d'imagination dans le premier quartier d'affaires d'Europe. Voici les images des projets les plus spectaculaires.
    ©  Morphosis Architects
     

    D2, SIGNAL D'UNE NOUVELLE ÈRE

    D2, signal d'une nouvelle ère
    C'est l'un des projets emblématiques du renouveau de La Défense. La Tour D2, située sur l'emplacement de l'ancienne Tour Veritas a été conçue par les architectes Anthony Béchu et Tom Sheehan. Avec la Tour First, inaugurée en 2011, elle inaugure une nouvelle ère pour le quartier d'affaires.
    ©  AABTS / Bouygues Immobilier
     

    UN CHANTIER RAPIDE

    Un chantier rapide
    La première pierre du nouvel édifice a été posée le 3 octobre 2012. Très vite, la structure d'acier s'élève dans le paysage de l'ouest parisien. En mars 2014, le gros œuvre est terminé. Sa livraison est prévue pour septembre.
    ©  Pierre Elie de Pibrac / Bouygues Immobilier
     

    LA STRUCTURE D'ACIER DE D2

    La structure d'acier de D2
    La Tour D2 culmine désormais à 171 mètres de hauteur. Ses 36 niveaux permettront d'accueillir 4 000 personnes sur 54 000 mètres carrés. Sa structure métallique est volontairement visible de l'extérieur.
    ©  Pierre Elie de Pibrac / Bouygues Immobilier
     

    SOMMET DE LA DÉFENSE

    Sommet de La Défense
    La tour est aussi reconnaissable a son sommet incurvé. On y accède via un système de double ascenseur (deux cabines dans la même gaine) : c'est une première en France.
    ©  Pierre Elie de Pibrac / Bouygues Immobilier
     

    UNE TERRASSE D'ALTITUDE

    Une terrasse d'altitude
    Et voici le même endroit quelques mois plus tard. Sur la terrasse, les plantes ont remplacé les engins de chantier. Les usagers des bureaux pourront découvrir des pins protégés du vent par des parois en verre.
    ©  Pierre Elie de Pibrac / Bouygues Immobilier
     

    UN RESTAURANT DANS LES AIRS

    Un restaurant dans les airs
    Un restaurant-basserie de 400 mètres carrés sera inauguré dans l'immeuble. Il proposera une vue sublime sur le quartier planifié dans les années 1960 sur les communes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre.
    ©  AABTS / Bouygues Immobilier
     

    LES TOURS HERMITAGE PLAZA

    Les tours Hermitage Plaza
    Deux tours pour rivaliser avec la Tour Eiffel. Les tours Hermitage devraient dominer l'horizon francilien en 2019. Dessinés par l'architecte britannique Norman Foster, les deux bâtiments mesureront 320 mètres, soit quatre de moins que l'icône bâtie pour l'Exposition universelle de 1889.
    ©  Hermitage Plaza
     

    EMPLACEMENT EXCEPTIONNEL

    Emplacement exceptionnel
    Les deux bâtiments de l'Hermitage Plaza seront situés le long de la Seine, à l'aplomb du Pont de Neuilly, côté Courbevoie. Ils devraient remplacer les immeubles "Les Damiers" (250 logements, désormais quasiment vides) : les riverains et locataires de l'immeuble existant ont multiplié les recours. Le promoteur russe Emin Iskenderov assure que les deux tours seront prêtes avant la fin de la décennie.
    ©  Hermitage Plaza
     

    A LA FOIS HÔTEL, RÉSIDENCE,

    AUDITORIUM....

    A la fois hôtel, résidence, auditorium....
    Alors que les tours de La Défense sont quasiment exclusivement occupées par des bureaux, le projet Hermitage Plaza est multifonction. Les 85 et 86 étages abriteront un hôtel 5 étoiles, des appartements avec vue d'une surface de 200 mètres carrés, un spa, des restaurants, un auditorium...
    ©  Hermitage Plaza
     

    LA TOUR TRINITY SERA ACHEVÉE EN

    2017

    La Tour Trinity sera achevée en 2017
    Les travaux préparatoires ont commencé ! La tour Trinity s'élèvera dès 2017 au-dessus de la toile blanche du CNIT, faisant le lien entre deux dalles de La Défense.
    ©  L'Autre Image
     

    JARDINS SUSPENDUS

    Jardins suspendus
    Dessinée par le cabinet d'architecte Crochon-Brullmann, la tour Trinity mesurera 140 mètres de hauteur pour une surface de 52 600 mètres carrés. Depuis l'extérieur, on pourra observer le mouvement des ascenseurs, mais aussi les jardins suspendus le long de la façade.
    ©  L'Autre Image
     

    INTÉGRATION DANS LA DÉFENSE

    Intégration dans La Défense
    Le nouveau bâtiment (au centre) surplombera l'avenue de la Division Leclerc et les bretelles d'autoroute. Les salariés pourront profiter de 600 mètres carrés de surface commerciale et d'un parvis de 4 500 mètres carrés.
    ©  L'Autre Imag
     

    UN HÔTEL FLAMBANT NEUF

    Un hôtel flambant neuf
    Ce sera demain l'un des fleurons du luxe. L'Hotel Meliá La Défense (du nom d'une chaîne espagnole) devrait être livré d'ici la fin de l'année 2014. C'est le premier hôtel a être construit dans le quartier d'affaires depuis plus de 10 ans.
    ©  Vasconi Architectes
     

    PARCELLE COMPLEXE

    Parcelle complexe
    Le cabinet d'architectes de Claude Vasconi a fait face à de multiples contraintes en dessinant ce bâtiment. La parcelle, située près du Pont de Neuilly (à l'entrée du quartier en venant de Paris, côté Courbevoie), est fermée par un angle aigu. Le Boulevard circulaire permettra un accès direct à l'hôtel, juché sur des piliers et une dalle de deux mètres d'épaisseur. 
    ©  Vasconi Architectes
     

    LUXE ET VOLUPTÉ

    Luxe et volupté
    En tout, l'hôtel 4 étoiles comptera 343 chambres offrant toutes une fenêtre panoramique. Le bâtiment comportera également 29 suites, aux derniers étages. De là, les clients les plus fortunés pourront contempler la Tour Eiffel et l'Arc de Triomphe.
    ©  Vasconi Architectes
     

    L'INAUGURATION EST PROCHE

    L'inauguration est proche
    Un restaurant et des salles de séminaires font également partie de la palette de l'hôtel Meliá.
    ©  Vasconi Architectes
     

    MAJUNGA, IMMEUBLE DE BUREAU

    Majunga, immeuble de bureau
    Plus que quelques semaines avant l'inauguration de la Tour Majunga (à la rentrée 2014). La construction de cet immeuble, situé sur la partie sud de La Défense, a été entamée en 2011.
    ©  LAFONTAN SEIGNETTE / Unibail Rodamco
     

    LIGNES BRISÉES

    Lignes brisées
    La tour, dessinée par le célèbre architecte Jean-Paul Viguier, mesure 195 mètres de hauteur sur 45 étages. C'est la deuxième plus haute du quartier d'affaires. Elle se distingue par ses lignes brisés et ses hauts plafonds chargés de maximiser la lumière naturelle. En tout, elle comptera 58 800 mètres carrés de bureaux.
    ©  LAFONTAN SEIGNETTE / Unibail Rodamco
     

    LES LIEUX DE VIE DE MAJUNGA

    Les lieux de vie de Majunga
    La Tour Majunga se veut écologique et agréable. Des terrasses situées le long de la façade et des espaces restaurations seront à la disposition des personnes travaillant dans l'immeuble.
    ©  LAFONTAN SEIGNETTE / Unibail Rodamco
     

    LA TOUR AVA, ÉCLAT DE LA DÉFENSE

    La Tour AVA, éclat de la Défense
    C'est l'un des projets les plus spectaculaires de La Défense. La Tour AVA est appelée à remplacer le Berkeley Building, au nord du quartier. Il doit accueillir des commerces et des bureaux.
    ©  PLATFORM
     

    UN BÂTIMENT EN DEUX PARTIES

    Un bâtiment en deux parties
    Dessiné par l'architecte Manuelle Gautrand, le bâtiment est divisé en deux parties distinctes. D'un côté la Tour IGH, haute de 142 mètres (34 étages et 66 000 mètres carrés de surface). De l'autre le Bâtiment Club, qui abritera des commerces. La façade est caractérisée ses losanges géométriques de résille métallique.
    ©  PLATFORM
     

    EN SUSPENS...

    En suspens...
    L'avenir de cette tour est cependant en suspens. Si le permis de construire a été délivré dès 2009 par la commune de Courbevoie, de nombreux recours en justice ont retardé le projet. La construction n'a pas encore commencé à ce jour.
    ©  PLATFORM
     

    LUMIÈRE SUR LA TOUR PHARE

    Lumière sur la Tour Phare
    Tout près de l'Arche de la Défense, la Tour Phare s'élèvera bientôt dans le ciel francilien. Cet immeuble aux formes arrondies, dessiné par l'architecte Thom Maine, devrait abriter près de 150 000 mètres carrés de bureaux pour une hauteur de 297 mètres. La construction n'a pas encore commencé. La livraison est pour l'instant prévue pour 2017.
    ©  Morphosis Architects
     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Le Paris des Années 50 en Couleurs

     

     

    Dans les années 1950, la capitale française Paris était décrite comme « la ville de la vie, le centre de la culture et de l’art, la capitale mondiale de la mode et le centre de la vie sociale européenne. La ville qui offre quelque chose à chacun de ses visiteurs ».

     

    Paris qui a récemment perdu son titre de ville la plus visitée au monde, au profit de Londres, reste une capitale très appréciée des touristes.

     

    Son charme, son authenticité, son caractère unique et surtout l’histoire qu’elle raconte ravissent et fascinent toujours autant les visiteurs adeptes du « charme à la française« .

     

    L’occasion de nous replonger dans ce qui a fait la gloire de Paris dans les années 1950, avec notamment les célèbres béretsles cabarets d’époque et les titis parisiens, grâce cette série de photographies en couleurs qui nous ramène à une époque formidable !

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-1

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-12

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-2

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-5

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-3

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-6

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-4

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-7

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-8

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-9

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-10

     

     

    A-Colourful-Look-At-Life-In-Paris-During-1950s-11

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Ne mangez plus jamais seul au Moomin House Cafe de Tokyo

     

     

    Parce qu’il nous arrive aussi de voyager seuls, l’occasion de se retrouver avec soi-même, de se découvrir aussi, et de se forger un esprit de baroudeur et de débrouille.

     

    Mais bien que voyager seul ait du bon, manger seul ne l’est pas forcément. Moment de partage par excellence, manger seul peut rapidement se transformer en un tête à tête avec son portable.

     

    A Tokyo, capitale du Japon, un restaurant a eu l’idée d’en finir avec ses clients qui venaient seuls, partager un moment avec la chaise d’en face. Au Moomin House Cafe, non seulement on vous servira de bons petits plats, mais vous dînerez en compagnie de petites créatures amusantes, tirées de livres d’aventures finlandais sur une famille d’hippopotames.

     

    Tout le restaurant est aujourd’hui axé sur ce concept de « lonely friendly », un concept viral, ce qui attire de plus en plus de clients qui viennent y manger seuls, mais accompagnés… Mais alors, s’il y a du monde, on peut manger à plusieurs !

     

    20140303-184543-1050x700
     Crédit Photo

     

    20140308-160600-940x626
    Crédit Photo

     

    moomin-940x704
    Crédit Photo

     

    Moomin House Cafe in TOKYO SKYTREE
    Crédit Photo

     

    Japan's 'anti-loneliness' cafe
    Crédit Photo

     

    Japan's 'anti-loneliness' cafe
    Crédit Photo

     

    z8-milner-finland-a-20131220-870x652
    Crédit Photo

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique