•  

     

    Autres animaux en voie d'extinction :

     les rhinocéros. 

    Le Rhino blanc, le rhino noir et les autres espèces.

     

    Les rhinocéros comptent parmi les plus vieux mammifères de la planète, sur laquelle leurs ancêtres directs se promenaient déjà il y a 60 millions d'années. On compte en tout 5 espèces différentes de rhinos : le rhinocéros de Java, d'Inde et de Sumatra qui vivent en Asie, et le rhinocéros blanc et noir qui vivent en Afrique. Le rhinocéros blanc est la plus grande espèce. Il en existe deux races, celle du Sud : 6000 en Afrique du Sud) et celle du Nord (à peine une trentaine au Congo).

    Les rhinocéros sont toujours entourés de petits oiseaux les pique-bœufs. Ces oiseaux se nourrissent des tiques (de petits invertébrés qui sucent le sang) qui se sont enfoncées dans la peau des rhinos. Ceux-ci sont donc débarrassés de leurs parasites et très contents de l'aide des pique-bœufs. 

     

    Avant, c'étaient surtout les colons qui chassaient les rhinocéros en Afrique ou en Asie pour le plaisir. Mais

    comme leurs cornes valent très chères, le braconnage est devenu une grosse affaire d'argent : de nombreux rhinocéros sont tués et leurs cornes coupées pour servir comme remède, notamment contre la fièvre, dans la médecine traditionnelle asiatique. La corne de rhinocéros est également très recherchée par certains pays arabes, comme le Yémen, où elle est considérée comme un symbole de statut social : elle est alors sculptée comme manche de poignard.  Vraiment, la bêtise de l'homme est partout !

     

     

    Le rhinocéros blanc

     

    Le rhinocéros blanc est aujourd'hui une espèce presque éteinte.

     

    Les recherches récemment entreprises n'ont pas permis de localiser les quatre derniers survivants ! Ces derniers ont-ils réussi à passer à travers les mailles des filets des braconniers ? Nous le souhaitons ...

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Les Requins

     

    Les requins : Les mals aimés à cause des films notamment.

     

    Si les attaques de requins sont très médiatisées, rappelons quand même qu'elles restent assez rares et que beaucoup d'espèces ne sont pas dangereuses.

    Ce qui n'exclue pas de prendre quelques précautions pour les plongeurs... Surtout lors des plongées auprès des requins tigres ou du grand requin blanc, l'espèce de requin la plus dangereuse pour l'homme.

     

    Il y a quelques décennies, personne n’aurait pu imaginer que les requins puissent disparaître… et pourtant, la cause en est multiple : la surpêche, bien sûr, destinée à alimenter un marché de viande et de nageoires de requin, mais aussi la pêche sportive qui se démocratise de plus en plus, ainsi que la pêche au thon et à l’espadon car elle provoque la prise accessoire de millions de requins chaque année.

    Au moins une demi-douzaine d’espèces de requins sont en déclin rapide dans l’Atlantique Nord depuis 15 ans. Dans le pire des cas, celui du requin-marteau blanc, le déclin atteint l’impensable 75%. Dans tous les autres cas étudiés, la baisse démographique est de plus de 50%. Autrement dit, là où il y avait quatre requins d’une espèce, il n’y en a plus que deux, voire un seul.

    Évidemment, le faible capital de sympathie dont jouit le requin y est pour quelque chose.

     

    Le requin gris

     

    Le requin tigre

    Les records de pêche de requins tigres en font aussi une espèce de plus, en voie de disparition.

     

    Il y a neuf espèces de requins marteaux. On les reconnaît par leur tête en forme de T d'où leur nom. La forme de sa tête lui donne une excellente vision. Le grand requin marteau est

    menacé de disparaître à court terme en raison de la forte demande du marché en nageoires.

    Présents dans tous les océans et parcourant de grandes distances, les requins auraient besoin d’une protection internationale.

     

    Les requins Pointe Noire

     

    Les requins à pointe noire abondent dans les lagons Maldiviens, le long des bordures de plage. Il gardera toujours une distance de sécurité avec les nageurs et les plongeurs.

    Ils sont reconnaissables à leur dorsale ornée d'un triangle noir. Cette espèce, comme toutes celles des requins, est protégée aux Maldives car elle est entrée dans la catégorie des espèces en

    "quasi" voie d'extinction en raison d'une pêche abusive dans le monde entier.

    Sa reproduction est une aventure car il devra parcourir de longues distances avant de trouver le ou la partenaire idéal(e), la femelle n'ayant que quelques petites années pour se reproduire et le temps de la gestation prend 16 mois.

    Si vous avez l'occasion d'aller aux Maldives, vous nagerez certainement à quelques mètres d’eux. C’est une opportunité fabuleuse de pouvoir les observer sans faire de plongée avec bouteille.

    Et surtout, souvenez-vous qu’il est avant tout inoffensif et que contrairement à ses apparences et aux histoires qui lui sont liées, il a beaucoup plus peur que vous !

    Le requin blanc :

    surexposé à l'extinction.

     

    S'il est considéré comme une espèce en voie de disparition, c'est en raison d'une surpêche, les hommes ont pêché plus de 100 millions de ces requins au cours des dernières années.

     Et pourquoi les hommes les pêchent-ils tant ces requins blancs ? Tout simplement parce que toutes les parties du requin ont une certaine valeur, et pour des raisons diverses : les yeux, le cartilage, les nageoires, la chair, le foie, la peau, le sang et les dents. De plus, il ne faut pas négliger le fait que les océans sont plus pollués

    aujourd'hui qu'il y a 40 ou 50 ans, et la prétendue civilisation a passablement modifié l'habitat naturel des requins blancs.

    Actuellement, certains pays comme les États-Unis, l'Australie et l'Afrique du Sud protègent le requin blanc.

     

    Le reste du monde ferait bien d'en faire autant !

     

    Plusieurs races de requins et de raies de Méditerranée sont en danger en raison de la pêche abusive et des prises accidentelles. Peu de gens sont familiarisés avec l'écologie des requins et rares sont ceux qui ont connaissance du danger que représenterait leur disparition ... beaucoup sont à dire bon débarras quand ils ou elles entendent dire qu’un requin a été tué… pourtant c’est de l’IGNORANCE que de chercher à détruire les PREDATEURS d’un MILIEU BIOLOGIQUE….

     

     

    Puis raison de plus pour ne plus pêcher les requins ... des images qu'on ne voudrait plus jamais voir ... que l'on condamne sévèrement ceux qui pratiquent de tels actes, comme vous allez le voir ci-après :

     

    mais dans quel monde vivons nous ??? Les hommes sont fous !

     

     

    Il y a URGENCE là aussi  ! Voici comment certains osent PECHER le REQUIN : avec des APPATS VIVANTS à la Réunion, et peut-être ailleurs ?

    C'est un véritable scandale : Honte à ceux qui commettent de tels actes ! C'est une pierre à la place du cœur qu'ils ont ! Nous ne devrions avoir aucune pitié pour ces tortionnaires !

     

    Le requin bleu

    Ce requin est caractérisé par sa forme très effilée et par la teinte bleue de la partie supérieure de son corps. Sa taille maximale est de l'ordre de 4 mètres. Il vit dans des eaux tempérées à tropicales de 350 m de profondeur à la surface.

     

    Les requins taupes communs sont notamment recherchés pour leurs ailerons eux aussi.

     De plus, ils sont chassés de la façon la plus ignoble, ils sont capturés, on leur coupe les ailerons et sont rejetés à la mer, vivants et ils meurent. C’est odieux  et scandaleux ! L'aileron de requin est un mets très populaire en Asie et surtout en Chine.  

    Il faut savoir que

     beaucoup d'espèces de requins, contrairement aux idées reçues, ne s’attaquent pas à l’homme !  

    Apparu il y a plus de 400 millions d'années, le requin a traversé toutes les époques mais aujourd'hui il fait partie des espèces menacées

      

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    La panthère des neiges

     

    Vous connaissez certainement le léopard (ou panthère), mais connaissez-vous le léopard des neiges ? Officiellement protégée par la CITES depuis 1975 et classée en danger par l’IUCN depuis 1986, la panthère des neiges est principalement menacée par les activités humaines. La panthère ou léopard des neiges, Panthera uncia, est un félin vivant en solitaire sur un territoire pouvant atteindre une centaine de km2.

    Deux bébés panthère des neiges.© Julien Palayodan

    Deux bébés panthère des neiges.© Julien Palayodan

    Selon Anne Ouvrard, responsable du projet « Panthera » à l’association Objectifs Sciences International,  la population mondiale de panthère des neiges en milieu naturel se situe entre 3 000 et 7 000 spéciments, répartis sur les 12 pays d’Asie centrale. Cette estimation varie du simple au double, car« la panthère des neiges est peu étudiée et difficile à étudier, car très discrète » affirme-t-elle.

    « Au Kirghizstan où nous allons, la population est estimée à 400 individus », précise-t-elle. Il faut ajouter à ce chiffre les quelque 600 ou 700 léopards des neiges qui se trouvent dans des zoos autour du monde.

    Des menaces constantes et variées

    Selon le Snow Leopard Trust, la panthère des neiges est chassée illégalement pour sa fourrure, très prisée en Asie Centrale, en Europe de l’Est et en Russie sous forme de manteau et autres vêtements. Les os et d’autres parties du corps du léopard des neiges sont également très demandés dans la médecine chinoise traditionnelle. Enfin, les félins sont souvent capturés à l’état sauvage pour aller rejoindre des collections animalières privées en Asie Centrale.

    La plupart des braconniers habitent sur le territoire du léopard des neiges et ne vivent que de quelques dollars par jour. Ils voient le braconnage comme une source de revenus supplémentaires particulièrement lucrative pour nourrir leur famille. Les panthères des neiges s’attaquent parfois aux troupeaux domestiques. La situation financière des éleveurs de ces régions est précaire, leur revenu repose entièrement sur leurs bêtes. La perte d’un seul mouton ou d’une seule chèvre représente une réelle épreuve économique. C’est pourquoi les éleveurs se vengent souvent en posant des pièges, en empoisonnant ou en tirant sur les léopards des neiges.

    L’habitat de la panthère des neiges subit également de graves dégradations et fragmentations, car les humains s’enfoncent toujours davantage dans les montagnes avec leurs troupeaux. Le surpâturage endommage les prairies de montagne, laissant moins de nourriture aux moutons et chèvres sauvages, qui sont les principales proies du léopard des neiges.

    Une panthère répartie dans toute l’Asie

    Répartition géographique de l'habitat de la panthère des neiges © Snow Leopard Trust

    Répartition géographique de l’habitat de la panthère des neiges © Snow Leopard Trust

    La panthère des neiges est présente dans 12 pays d’Asie Centrale. Elle y vit dans les montagnes à de hautes altitudes : Entre 3000 et 5500 mètres au-dessus du niveau de la mer. Elle apprécie les climats froids et secs, où la végétation est composée d’herbes et de petits arbustes. Elle est parfaitement adaptée aux montagnes qu’elle habite au climat peu hospitalier.

    Elle est le prédateur principal dans son habitat et a peu d’ennemis naturels. Elle se déplace souvent le long de corniches ou de falaises et apprécie particulièrement ce genre de géographie qui lui offre un bon panorama sur les alentours pour repérer ses proies.

    Comment vit une panthère des neiges ?

    Chasseur redoutable, la panthère des neiges est capable de tuer des bêtes qui pèsent trois fois son poids. Son régime alimentaire varie selon les zones d’habitat, mais se compose principalement de moutons et de chèvres sauvages. Parmi ses espèces de proie les plus importantes, les deux plus grosses sont le mouton bleu dans l’Himalaya et au Tibet et le bouquetin d’Asie, une chèvre sauvage retrouvée à travers toutes les montagnes d’Asie Centrale.

    Panthère des neiges au repos. © Julien Palayodan

    Panthère des neiges au repos. © Julien Palayodan

    La panthère des neiges mange également des animaux plus petits, notamment en été. Dans certaines régions, elle consomme également des quantités conséquentes de végétaux, particulièrement pendant la saison des amours.

    La saison des amours s’étend de janvier  mars. La gestation est d’environ 100 jours. En moyenne, 2 à 3 petits naissent par portée, et cela tous les deux ans en raison de la durée nécessaire à l’éducation des petits. Les mâles ne participent pas à cette éducation. Les petits apprennent à chasser dès 3 mois et quittent leur mère entre 18 et 22 mois. Ces panthères vivent de 10 à 15 ans en milieu naturel et jusqu’à 21 ans en captivité.

    S’engager pour la sauvegarde de la panthère des neiges

    L’association d’éducation aux sciences, Objectifs Sciences International, s’engage dans la conservation des espèces menacées, notamment au travers d’expéditions organisées dans le cadre de son programme de recherche « Panthera ». Ce programme vise à participer à la sauvegarde de la panthère des neiges. C’est au Kirghistan, en Asie centrale, au cœur d’une réserve naturelle d’état, que chaque année ont lieu ces expéditions scientifiques, en collaboration avec des scientifiques locaux et des gardes chasses de la réserve Sarychat-Ertash. Les objectifs sont de récolter des données de terrain et de faire prendre conscience de l’importance de la survie de la panthère, auprès des populations locales et occidentales. Le peuple kirghize est un acteur à part entière de ce programme de recherche. Pour connaître les prochaines expéditions, rendez-vous sur le site de l’ONG.

     

    panthère des neiges, zoo de Doué la Fontaine                     

    Auteur : Matthieu Combe

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    15 photos d'animaux

     

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    15 photos d'animaux

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Familiarisez-vous avec l'univers du cheval

    Le cheval en 10 points-clés

    le cheval se sent à l'aise dans une harde.
    Le cheval se sent à l'aise dans une harde. © Philippe Thouvenot

    Compagnon de l'homme depuis des millénaires, le cheval est un animal à part. Pas seulement destiné à nous tenir compagnie, il nous assiste dans nos tâches et participe à de nombreuses activités. C'est pourquoi il dispose d'un vocabulaire propre à son univers, dont les cavaliers sont familiers. Pansage, balzane et licol ne vous disent rien ? Voici 10 points pour en connaître un peu plus sur les chevaux.  

    Le cheval, pas vraiment un solitaire

    Le comportement domestique du cheval s'inspire de l'état sauvage ou l'animal vit en harde, un groupe de moins de dix chevaux. La harde est composée d'un étalon, de quelques juments (en général trois) et de poulains. Lorsque les jeunes atteignent l'âge adulte, ils partent à leur tour constituer leur troupeau.

    Un cheval domestique a donc un instinct grégaire, il préfère être en groupe.

     

    Le pansage

    premier geste appris par les jeunes cavaliers : le pansage.
    Premier geste appris par les jeunes cavaliers : le pansage. © Servane Pauchenne

    Le pansage, un moment privilégié entre homme et animal 

     

    Cette activité revêt une importance capitale dans la relation avec le cheval. A travers ces soins, on instaure une complicité avec lui. Le pansage ne consiste pas simplement à brosser la robe de l'animal, mais regroupe plusieurs gestes comme le massage, le nettoyage et le démêlage.

    S'il s'agit en partie de le rendre plus beau, le fait de panser un cheval lui assure une meilleure hygiène et a des conséquences sur sa santé. C'est l'occasion de tonifier ses muscles en les massant, mais aussi de repérer les éventuelles blessures qu'il peut se faire.

    On le pratique quotidiennement.

     

    La pierre à sel

    la pierre à sel peut se présenter sous forme de cylindre à accrocher.
    La pierre à sel peut se présenter sous forme de cylindre à accrocher. © Dominique Becu

    Pas uniquement pour les vaches !


    Il n'est pas rare de voir les ruminants disposer d'une pierre à sel, mais elle peut s'avérer indispensable au cheval également. Ce gros bloc est léché par l'animal et constitue un complément alimentaire. On y trouve différents sels minéraux qui font parfois défaut à l'alimentation à base de foin, de paille et d'avoine.

    Elle apporte les oligo-éléments nécessaires au cheval, et l'aide à récupérer après l'effort.

    On peut la suspendre dans le pré ou bien l'installer dans une mangeoire spécialement conçue dans le box.

     

    Les marques blanches

    un exemple de 'liste' sur le chanfrein (la partie qui va de la tête aux
    Un exemple de "liste" sur le chanfrein (la partie qui va de la tête aux naseaux). © Christian Rault

    Des détails teintés d'élégance


    Les robes de chevaux comportent des tâches dont la forme et la position sont spécifiques. Voici quelques noms qui leurs sont données :

    La balzane est une sorte de "chaussette" de poils blancs qui commence juste au dessus du sabot.

    L'en-tête se trouve sur le front du cheval et peut constituer des marques de poils blancs de différentes formes.

    La "liste" est la bande blanche, comme sur la photographie, qui marque le chanfrein du cheval.

     

    Le licol

    le licol permet de tenir le cheval à ses côtés.
    Le licol permet de tenir le cheval à ses côtés. © Servane Pauchenne

    Le licol, accessoire indispensable du cavalier


    Le licol est un harnais qu'on place sur la tête du cheval. Il peut être en cuir ou en nylon, mais s'improvise également avec une longe. S'il n'est absolument pas indispensable lorsque que le cheval est en pâture ou dans son box, le licol est utile dans toutes les autres activités. Il permet au cavalier de le diriger lorsqu'il n'est pas monté, ou bien de l'attacher lors du pansage.

    Il existe différentes formes de licols : les plus courantes ont une forme de harnais classique, tandis que celles qui sont destinées à la présentation peuvent être plus fines et plus discrètes.

     

    Le fer à cheval

    le maréchal-ferrant forge les fers des chevaux à leur taille.
    Le maréchal-ferrant forge les fers des chevaux à leur taille. © Stéphane Nef

    Le fer à cheval ne fait pas que porter chance

    Utile aussi bien pour corriger les défauts d'aplomb du cheval que pour protéger la corne de ses sabots, le fer à cheval est posé par le maréchal-ferrant. Il consiste à appliquer un U en métal sur la partie du sabot qui est en contact permanent avec le sol. Le fer est conçu sur mesure, et prévient l'usure lorsque le cheval fait de longs trajets.

    Il est nécessaire de changer les fers très régulièrement car la corne pousse parfois plus vite qu'elle ne s'use.

     

     

    Le sang froid

    le pur sang est un cheval à sang chaud.
    Le Pur Sang est un cheval à sang chaud. © Léa Cailleau

    Des chevaux à sang chaud et à sang froid

    Bien qu'il n'y ait pas de différence de température entre les différents chevaux, on utilise l'expression sang chaud ou sang froid pour caractériser certains types de races. En réalité, cette différenciation concerne plutôt l'origine des races : les sang-chaud sont en grande partie des chevaux originaires de pays chauds, alors que les sang-froid proviennent essentiellement du nord de l'Europe. Dans la première catégorie, on retrouve les Pur Sang, et dans la deuxième, les chevaux de trait.

    On appelle demi-sang les chevaux issus de croisement entre ces deux types.

     

    L'allure

    deux chevaux au galop.
    Deux chevaux au galop. © Corinne Gauthier

    Un cheval plein d'allure 

     

    Contrairement à un humain qui marche ou qui court, le cheval a plusieurs démarches qui correspondent à sa vitesse de déplacement. On les appelle les allures.

    Le pas est la moins rapide, il correspond à notre marche.  

    Vient ensuite le trot, un peu plus rapide et légèrement sautillé.

    Le galop, finalement, est une manière de courir très rapide.

    Un cheval bien dressé peut apprendre des allures "chorégraphiées" par l'homme en plus de ces trois allures naturelles.

     

    Cheval ou étalon ?

    le shetland est le plus petit poney.
    Le Shetland est le plus petit poney. © Servane Pauchenne

    Comment s'appelle ce cheval ?

    Selon qu'il s'agisse d'un mâle ou d'une femelle, d'un reproducteur ou d'un petit cheval, il possède un nom distinctif. L'étalon, nom souvent utilisé abusivement pour qualifier toutes sortes de chevaux mâles, n'indique en réalité que le reproducteur reconnu. La jument met au monde des poulains, mais aussi leurs sœurs les pouliches. Quant au hongre, il s'agit d'un mâle castré.

    Le poney n'est pas une espèce à part mais un cheval de petite taille. Plusieurs races de chevaux sont des poneys car ils font moins d'1,48 m au garrot.

     

     

    Le mors

    on peut voir la structure de la dentition du cheval.
    On peut voir la structure de la dentition du cheval. © Honoré Marongiu

    Faire passer le mors

     

    Pour diriger le cheval, on utilise le mors, un cylindre de métal placé dans la bouche de l'animal et relié aux rênes.  

    Comment parvient-on à le placer sans faire mal au cheval ?

    La mâchoire du cheval est composée de deux parties. A l'avant, une rangée d'incisives en haut et en bas sert à attraper les herbes et feuilles, tandis qu'à l'arrière, la dentition se pare de prémolaires molaires. Entre ces deux types de dents existe un espace sans dent. C'est à cet endroit qu'on place le mors.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique