• Découverte en Chine d’une momie de 700 ans extrêmement bien conservée

    Par rédaction, le Lundi 7 mars 2011

    Le mois dernier, lors de travaux d’élargissement d’une rue de la ville de Taizhou (province du Jiangsu en Chine), des archéologues du Musée de Taizhou ont découvert, à deux mètres sous terre, la momie d’une femme extrêmement bien conservée.
    Son corps, mesurant 1,5 mètres de haut, a été découvert immergé dans un liquide brun dans un cercueil, accompagné d’os, de céramiques, d’écrits anciens et de reliques. Les vêtements, un costume traditionnel de la Dynastie des Ming (dynastie régnante en Chine entre le XIVe et XVIIe siècle), ont été conservés dans leur état d’origine, à peine détériorés.

     

    photo d'une tete de momie découverte en chine

    Cette momie est la cinquième à être retrouvée dans un état comparable depuis 1979, permet de mieux connaître les techniques d’enterrement et de préservation de la dynastie Ming, ainsi que les coutumes d’enfouissement des morts.
    Wang Weiyin, Directeur du Musée de Taizhou, indique que la soie et le coton étant très difficiles à préserver et donc très précieux, la technologie de momification utilisée pour cette femme l’était seulement pour des funérailles de très hauts dignitaires.

    corps de la momie chinoise

    pied de la momie de la dynastie ming

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le tombeau de Marie-Madeleine découvert en France

     


    Posté par Angélique le samedi, 21 décembre 2013

     

    Énigmes Archéologiques:  Le tombeau de Marie-Madeleine découvert en France

    Entrée de la chambre mortuaire de Marie Madeleine

     

    WikiStrike prend ses responsabilités et publie aujourd'hui l'une des bases de ses travaux, celle-ci est une étrangeté pas si bizarre que cela : une ligne imaginaire qui nous conduit avec l'aide de l'auteur de Peter Pan, James M. Barrie, vers le tombeau de la plus célèbre et énigmatique femme de l'Histoire: Marie-Madeleine.

     

    Cette ligne imaginaire, nous l'avons nommé la LSN, la Ligne Sacrée Néolithique, cette ligne traverse les plus grandes villes religieuses du monde. Ainsi Ryad, berceau de la religion musulmane, Jérusalem, berceau du judaïsme, Athènes, Rome, Avignon ou la cité des papes, pour se terminer dans le massif central, clou magnétique de la planète terre (sur Jupiter, ce clou est facilement visible grâce à sa grosse tâche rouge).

     

    Toutes les religions ont donc un point en commun, et nous cachent depuis toujours leur appartenance à cette droite. Ce qui est compréhensible.

     

    Cette ligne est l'ancien méridien 0 de la terre, avant son ancien pôle shift (basculement). Nous assumons le fait que grâce à cette publication, vous comprendrez mieux les changements à venir, comme le prochain pole shift.

     

    Plus surprenant encore, en prolongeant cette ligne, nous remarquons qu'elle passe sur New York, et Washington.

     

    "Plus c'est gros, plus ça passe..."

     

    Nous irons "plus loin" dans quelques temps sur WikiStrike ! Si vous nous proposons cette carte, c'est dans l'unique but de vous faire réfléchir sur une possible méga-manipulation des peuples. Comme si la Vérité sur notre passé pré-monothéiste ne nous appartenait pas. Cette première publication doit être prise comme un tremplin nécessaire vers la compréhension de nos origines.

     

    Cette ligne passe par le Causse Méjean (Ou Janus) en Lozère, berceau des Templiers. Sur ce causse, ne vous étonne, il existe deux hameaux portant le même nom: Carnac. La Troisième se situe évidemment en Bretagne. Une autre bien plus célèbre se trouve être la fameuse Karnak égyptienne.

     

    Plus bas, quelque part autour du causse karstique, vous trouverez la plus importante tombe de toute l'humanité récente: La tombe de Marie-Madeleine !

     

    Elle se cache derrière un roc. Cette révélation vous est offerte pour la Noël.

     

    Cette grotte est une cathédrale, la première de l'histoire, toutes les cathédrâles sont construites sur ses dimensions.

     

    Comprendre la LSN a contribué à la découverte du site, d'où le lien que nous faisons ici.

     

    Salutem punctis trianguli R+C

     

     

    Article paru sur le Huffington post en 2009 (Le Post) :

     

    Exceptionnelle découverte par deux chercheurs indépendants français d'une chambre mortuaire qui se trouve être la dernière demeure de l'illustre Marie-Madeleine !

     

    L'endroit de sa sépulture restera secrète pour l'instant.

     

    Quelques précisions cependant :

     

    Seules indications, les chercheurs précisent le département français de Lozère dans une grotte bouchée par un rocher de plusieurs tonnes, en plein coeur des gorges du Tarn. Ils se seraient faufilés par la source sortant à proximité afin de rejoindre le lieu exact. Cette grotte disent-ils, est d'une hauteur exceptionnelle : "De la taille d'un cathédrâle". En réalité il n'y a pas une tombe, précisent les archéologues indépendants, mais trois. Sur celle du centre, au niveau de l'autel, se trouve une épitaphe étonnante "Ci-gît l'épouse de Jésus depuis 1235". Plusieurs objets d'importance ont été retrouvés, entre autresn, des manuscrits gnostiques ont été mis au jour.

     

    Quatre ans après leur révélation dans le Huffington Post (anciennement Le Post), l'équipe promet des révélations en 2014 sur cet endroit dont des photos.

     

    Le massif central oublié des recherches semble pourtant l'endroit prédestiné, ajoutent-ils, et sa situation géographique difficile d'accès nous a donné le premier indice.

     

    Le deuxième fut le livre "Peter Pan" qui n'est rien d'autre que Prince of Peace, le surnom donné à Jésus. Dans ce livre, l'auteur J.M Barrie fait parler Marie-Madeleine, Wendy Moïra Angel. (Remettre les lettres à l'endroit).

     

    Preque au début du conte pour enfant destiné en premier aux adultes, se cache les coordonnées de cette tombe.

     

    Suite à leurs recherches sur l'auteur JMB, les découvreurs auraient trouvé un lien entre celui-ci et Stevensson qui aurait décidé de partir dans le massif central accompagné d'un âne (comme Jésus) pour y voir l'endroit de ses propres yeux, de ce voyage il écrivit "Voyage avec un âne dans les cévennes".

     

    Les enfants (tous adoptifs) de Barrie sont tous morts dans des circonstances douteuses dès leur majorité atteinte, la vraie pièce de théâtre n'a pas été traduite en Français, contrairement à tous ces autres livres.

     

     

    Énigmes Archéologiques:  Le tombeau de Marie-Madeleine découvert en France

     

    Énigmes Archéologiques:  Le tombeau de Marie-Madeleine découvert en France

     

    Énigmes Archéologiques:  Le tombeau de Marie-Madeleine découvert en France

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le plus ancien des grands chats

     

    Énigmes Archéologiques:  Le plus ancien des grands chats

     

    Des fragments de crânes fossilisés d’un animal, considéré comme le plus vieux grand chat découvert à ce jour, ont été mis au jour au Tibet.

     

    L’espèce baptisée Panthera blytheae ressemblait à un léopard des neiges. Elle était inconnue à ce jour.

     

    Les restes datent de 4,1 à 5,95 millions d’années.

     

    Cette découverte tend à soutenir la théorie selon laquelle les grands chats (Panthera) ont pour origine l’Asie centrale et non l’Afrique. Ils auraient ensuite colonisé la planète.

     

    Le Dr Jack Tseng de l’Université de Californie du Sud et ses collègues ont utilisé des données anatomiques et l’ADN pour déterminer que le crâne appartenait à une bête aujourd’hui disparue. Son territoire chevauchait celui de plusieurs espèces actuelles.

     

    Le détail de ces travaux est publié dans les Proceedings of the Royal Society.

     

    Le genre Panthera, souvent comparé à des gros chats, comprend le léopard, le lion, le tigre, le jaguar et l’once.

     

    Les données ADN laissent à penser qu’ils se sont différenciés de leurs cousins les Felinae (cougars, lynx, chat) il y a environ 6,37 millions d’années.

     

    Jusqu’à aujourd’hui, les plus vieux fossiles de Panthera avaient été identifiés en Tanzanie, en Afrique, et dataient de 3,6 millions d’années.

     

    Les plus récents ont été découverts en Himalaya lors de l’érosion d’une falaise par une rivière.

     

    Les restes, qui comprenaient un crâne pratiquement complet, appartenaient à au moins trois chats.

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Le Déluge expliqué par la science

     

     

    Ce qui frappe le plus dans le mythe du Déluge c’est l’homogénéité de tous les récits. Que ce soient les Sumériens, les Africains, les Européens ou les Chinois, tous semblent avoir en mémoire une catastrophe planétaire qui aurait dévasté la planète plusieurs millénaires avant notre ère.

     

    Cette catastrophe, baptisée Le Déluge, a-t-elle une origine géologique ?

     

    C’est ce que les scientifiques ont pu prouver grâce à leurs récentes découvertes.

     

    Le Mythe du Déluge selon la Bible

     

    Les chapitres 6, 7, 8 de la Genèse, dans l’Ancien Testament, contiennent l’histoire du Déluge.

     

    Dieu veut supprimer le mal qui a envahi la Terre et décide d’anéantir l’humanité corrompue. Un seul homme mérite d’être sauvé : Noé.

     

    Dieu s’adresse à lui et lui ordonne de construire une arche pour y abriter les siens et un couple d’animaux de chaque espèce.

     

    Le récit biblique dit :

     

    « il y eut le Déluge pendant 40 jours sur la Terre. Les eaux montèrent de plus en plus sur la Terre et toutes les plus hautes montagnes qui sont sous tout le ciel furent couvertes. Les eaux montèrent quinze coudées plus haut, recouvrant les montagnes.

     

    Alors périt toute chair qui se meut sur Terre : oiseaux, bestiaux……et tous les hommes.

     

    La crue des eaux sur la terre dura 150 jours. »

     

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Mosaïque de la basilique Saint-Marc, à Venise, qui illustre le Déluge

     

    Quand les eaux baissèrent, Noé et les siens furent déposés sur le Mont Ararat, à partir duquel ils repeuplèrent la Terre.

     

    Le Déluge dans le Monde

     

    Plusieurs mythes indiens relatent les mêmes faits. Le récit biblique a lui-même des origines sumériennes.

     

    Dans cette version, Noé se nomme Ziousoudra.

     

    Au total, 13 récits du Déluge sont arrivés jusqu’à nous.

     

    L’épopée de Gilgamesh qui nous vient d’un récit babylonien met en scène un héros que l’on retrouve souvent figuré sur nos églises romanes.

     

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Onzième tablette de l'Epopée de Gilgamesh sur laquelle Utnapishtim relate son expérience au héros

     

    Tous ces récits s’accordent sur un point : le Déluge aurait eu lieu entre – 3 500 et – 3 300 avant notre ère.

     

    Les premiers vestiges géologiques du Déluge

     

    En 1929, des fouilles archéologiques sur le site de l’antique ville sumérienne d’Our, révèlent une couche argileuse de plus de 2 m.

     

    Les analyses prouvent qu’il s’agit d’un dépôt laissé par les eaux.

     

    Mais, ce qui est encore plus intéressant c’est que les vestiges d’une civilisation sont présents sous cette couche.

     

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    À Our, dans l'ancien pays de Sumer, les couches stratigraphiques indiquent de très fortes précipitations

     

    Cette couche est en quelque sorte une rupture brutale dans l’histoire. Son épaisseur indique que l’inondation a été hors du commun.

     

    D’autres fouilles effectuées à Babylone, Shourouppak, Ourour, Kish, Tello, Ninive et Fara ont mis à jour la même couche sédimentaire.

     

    Les découvertes récentes

     

    En 1998, deux géologues américains publient un livre « Noah’s flood ». Leur conclusion est la suivante : « ce que les textes anciens qualifient de « Déluge » n’a pas été la conséquence de précipitations d’une abondance et d’une durée exceptionnelles. Il ne se situerait pas entre le Tigre et l’Euphrate, et il serait plus ancien que l’on croyait ».

     

    Toujours en 1998, une expédition franco-roumaine établit une image des fonds de la Mer Noire. Cette étude montre l’existence de dunes de type « aérien », vieilles de 7 100 ans.

     

    Ces dunes se trouvaient donc à cette époque à l’air libre.

     

    Il y a 7 500 ans, des coquillages d’eau salée ont remplacé ceux d’eau douce dans toute la mer Noire.

     

    Cette mer n’existait donc pas à ce moment là.

     

    Une théorie révolutionnaire

     

    Dans leur livre publié en 1998, Ryan et Pitman formulent l’hypothèse suivante :

     

    « A l’origine, il y avait à l’emplacement de l’actuelle Mer Noire, une dépression au fond de laquelle se trouvait un grand lac d’eau douce ».

     

    Il y a environ 12 000 ans, un réchauffement de la planète mettait fin à l’âge glaciaire. La fonte des glaces provoqua une montée du niveau de la mer.

     

    Selon les auteurs américains, c’est une cataracte d’eau salée qui se précipita dans l’ancien lac « avec la puissance de 200 chutes du Niagara ».

     

    Un peuple « moderne » essaime la planète

     

    Les deux auteurs vont encore plus loin. Après les découvertes de vestiges _ céramiques, amphores, des restes de construction dont certains sont datés de 3 500 ans_, il est clair que la révolution néolithique ne provient pas de Mésopotamie.

     

    De là, les chercheurs tentent d’expliquer le bond en avant de l’humanité il y a quelques millénaires.

     

    Pour eux, ce peuple aurait fui les territoires de l’actuelle mer Noire pour créer les grandes civilisations, des Égyptiens prédynastiques aux Pro Indo-Européens.

     

    Jusqu’en 1998, les scientifiques étaient convaincus que ce « Déluge » s’était étalé sur plusieurs siècles. Ryan et Pitman avancent, eux, une période d’un an.

     

    La révolution du Néolithique

     

    Nous appartenons à la période appelée « holocène » depuis 12 000 ans. C’est à ce moment là que l’homme franchit une étape déterminante dans son évolution.

     

    En effet, il abandonne la cueillette et la chasse pour démarrer une économie de production : l’agriculture et l’élevage.

     

    De nombreuses inventions apparaissent alors :

     

    Apparition de la technique de la pierre polie qui permet de créer des outils mieux adaptés comme les haches ou les lames de faucille mais également de nouveaux objets tels les vases, les plats ou les bracelets

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Outillage en pierre polie du Néolithique

     

    Apparition de l’agriculture, il y a environ 8 000 ans

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Meule et pilon de pierre

     

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Statuette en terre cuite du Néolithique qui est peut-être une image de la fertilité et des moissons

     

    Art de la céramique, il y a environ 6 000 ans

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Céramique du Néolithique

     

    Essor de l’architecture

    Apparition de l’écriture, il y a environ 5 000 ans

     

    Révolution ou Evolution ?

     

    On ne peut nier qu’un bond en avant a été effectué au néolithique. Cette grande transition a abouti aux civilisations modernes.

     

    Cependant, il serait précipité d’en arriver aux mêmes conclusions que les deux scientifiques américains.

     

    En effet, si la période comprise entre 10 000 et 4 000 av.J.C témoigne du progrès le plus important de l’humanité, elle correspond également à la fin de la dernière période glaciaire.

     

    De nombreux chercheurs voient dans le changement climatique le facteur déterminant de cette « révolution ».

     

    Le Déluge : une réalité prouvée

     

    Oui, il s’est bien passé un bouleversement important, il y a environ 7 500 ans.

     

    On a la preuve que le niveau de la mer Noire a augmenté de 150 m à cette période.

     

    Rien pour l’instant ne prouve que cette montée des eaux se soit effectuée en seulement un an.

     

    D’ailleurs, s’agit-il bien du « Déluge » ?

     

    Les différents vestiges de ce cataclysme n’ont pas été tous datés de la même période. Donc, selon les lieux, il n’y aurait pas eu « un » mais « des » Déluges.

     

    Difficile d’imaginer un seul cataclysme submergeant toute la planète.

     

    Par contre, l’existence d’une période agitée apportant des phénomènes météorologiques très violents est quasiment certaine.

     

    Origine du « Déluge »

     

    La question qui se pose est de savoir ce qui a provoqué ces cataclysmes en chaîne.

     

    On évoque le basculement de la Terre sur son axe. Les océans auraient alors submergé les terres.

     

    D’autres théories favorisent un « Déluge » étalé sur plusieurs siècles. Ce changement correspondrait au réchauffement consécutif à la fin de la dernière glaciation.

     

    Si la notion de « Déluge » est aujourd’hui admise par tous, de nombreuses zones d’ombres subsistent.

     

    Des mystères non élucidés

     

    Il y a un premier point que personne n’a su expliquer pour l’instant. Les textes qui racontent le mythe du Déluge remontent à moins de 5 000 ans puisqu’avant cette date, l’écriture n’est pas censée avoir existé.

     

    Mais, les datations au carbone font remonter une partie du cataclysme à au moins 7 500 ans. Ce qui signifie que la tradition orale dut conserver ces évènements pendant au moins 2 500 ans. Comment ? Le mystère reste entier.

     

    Selon la bible, Noé a été déposé en haut du mont Ararat. Cette montagne existe bien, elle est située en Anatolie, dans l’actuelle Turquie.

     

    De nombreuses expéditions ont été menées pour chercher l’Arche de Noé. Mais, c’est en 1955, que les alpinistes français Navarra et De Riquier arrivent à dégager une partie de la structure de bois enfouie sous la glace.

     

    Ils ramènent un morceau de poutre. Les analysent démontrent qu’il s’agit d’une pièce de chêne équarrie vieille de plus de 5 000 ans.

     

    Énigmes Archéologiques:  Le Déluge expliqué par la science

    Le Mont Ararat aujourd'hui

     

    La présence d’un navire avait déjà été signalée, notamment par des ouvriers turcs en 1839.

     

    Il est scientifiquement impossible que le niveau de la mer ait pu s’élever à 4 500 m d’altitude. Pourtant, on ne peut nier que les restes d’une construction en bois reposent en haut du glacier.

     

    Quoi qu'il y ait pu avoir en haut de cette montagne, il semble qu'aujourd'hui, les scientifiques n'y ont rien trouvé. En effet, un groupe de scientifiques russes a annoncé : » ce que l’on pensait, être les vestiges de l’arche de Noé sur les pentes du mont Ararat en Turquie se révèle, être des formations naturelles ».

     

    L’expédition s’est rendue sur la pente ouest en automne 2004. Elle a rapporté des bandes vidéos et des échantillons d’objets.

     

    Après plusieurs tests, les scientifiques ont conclu que les échantillons avaient une origine exclusivement volcanique, et n’étaient pas les restes d'un bateau quelconque.

     

    V.Battaglia (03.2004). M.à.J 05.2005

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Carte de Piri Reis

     

    En 1929, on retrouve à Constantinople une carte incomplète, datée de 1513. Cette carte représente l’Amérique du Sud et l’Afrique sur des longitudes relatives correctes.

     

    Cette exactitude est pourtant impossible car au XVIe siècle les connaissances cartographiques étaient minimes.

     

    Notamment, on ne savait pas calculer les longitudes.

     

    La carte de Piri Reis est devenue célèbre mais elle n’est pas la seule carte ancienne, et authentifiée, qui pose bien des problèmes aux scientifiques.

     

    Quand l’Antarctique n’était pas recouvert de glace

     

    Piri Reis de son vrai nom « Piri Ibn Haji Memmed, l’amiral Reis, est un Turc. Dans les notes qui accompagnent le document, il affirme que certaines des vingt cartes qui lui ont servi de sources datent d’Alexandre le Grand et que d’autres sont fondées sur les mathématiques.

     

    Cette carte a été étudiée par le capitaine Mallery qui découvre que cette carte représente une partie de l’Antarctique. Ce continent est pourtant recouvert de glaces depuis au moins 10 000 ans et n’a été découvert officiellement qu’en 1818.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte de Piri Reis Zoom

     

    Pourtant, la côte de la terre de la reine Maud est cartographiée sans glace ce qui est incroyable. Cette côte n’a pu être libre de glace que 4 000 ans av. J.-C.

     

    D’après les géologues, il semble que ce littoral soit resté libre de glaces, de manière durable, durant au moins 9 000 ans avant qu’il n’ait été englouti par la calotte glaciaire.

     

    Le développement des premières civilisations connues ne s’est produit que bien longtemps après cette date.

     

    Finalement, la véritable énigme posée par cette carte de 1513 n’est pas tant le fait qu’elle comprenne un continent isolé et inconnu jusqu’au 19è siècle mais surtout qu’elle décrive une partie de sa côte dans des conditions climatiques qui ont pris fin il y a environ 6 000 ans et ne se sont jamais reproduites depuis.

     

    La carte de Piri Reis

     

    Piri Reis reconnaît qu’il n’est pas responsable du relevé et de la cartographie d’origine. Son rôle a été celui d’un compilateur et d’un copiste. Certaines cartes dont il s’est inspiré remontaient, d’après lui, au quatrième siècle av. J.-C., voire même avant.

     

    Il ne connaissait pas l’identité des cartographes.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Détail central de la carte de Piri Reis

     

    La carte fut envoyée au Professeur Hapgood. Il arriva à une conclusion surprenante qu’il expliqua en 1966 dans son ouvrage Maps of the ancient sea kings « les cartes des anciens rois de la mer ».

     

    Voici des extraits de ses conclusions :

     

    « Il semble que des informations géographiques d’une grande précision se soient transmises de peuple en peuple. Ces cartes, selon toute vraisemblance, ont été dressées par un peuple inconnu, puis léguées à d’autres civilisations, peut-être les Crétois de l’époque de Minos et les Phéniciens ».

     

    « La plupart de ces cartes concernaient la Méditerranée et la mer Noire. Certaines représentaient le continent américain, ainsi que les océans Arctique et Antarctique. Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous avons la preuve qu’un peuple ancien a exploré l’Antarctique quand ce continent était encore libre de glaces.

    Il est manifeste que ce peuple disposait d’une technologie nettement supérieure à toutes celles des peuples de l’Antiquité, du Moyen-Age et jusqu’à la seconde moitié du 18e siècle ».

     

    Malgré le soutien d’Albert Einstein, Hapgood fut ridiculisé par ses Pères jusqu’à sa mort.

     

    Il est à noter qu’aucun chercheur depuis ne s’est penché sérieusement sur ces cartes.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Copie de la carte de Piri Reis en couleur

     

    Pourtant, ces cartes représentent les continents européens et africains avec une incroyable précision à une époque où le calcul de la longitude est inconnu.

     

    En Amérique, l’énorme île de Marajo, découverte seulement en 1543 et très mal cartographiée jusqu’à la fin du 16e siècle, est dessinée avec exactitude.

     

    On y trouve également les Andes ; un lama figure dans l’ornementation alors que les Européens n’ont encore jamais vu cet animal.

     

    D’autres points sont encore plus intrigants. Il y a, par exemple, deux grandes îles au dessus de l’équateur qui n’existent plus de nos jours.

     

    La localisation de l’une d’elle correspond au plateau sous-marin situé sous les îlots Saint-Pierre et Saint-Paul.

     

    D’autres îles figurent au Pôle Sud, cachées sous la glace qui ne seront connues qu’en 1958.

     

    Si la carte de Piri Reis était unique, on pourrait sans doute être sceptique et parler de coïncidences. Mais, cette carte est loin d’être la seule.

     

    D’autres cartographes ont partagé les mêmes secrets.

     

    Les cartes du mystère

     

    La carte d’Oronce Fine (Oronteus Finaeus) datée de 1531 est tout aussi incroyable. Cette carte donne les précisions suivantes :

     

    Plusieurs régions côtières de l’Antarctique sont représentées libre de glaces.

     

    Le profil du terrain et les accidents du relief visibles correspondent parfaitement aux cartes de relevé sismique de la surface terrestre subglaciale de l’Antarctique.

     

    La mer Ross est représentée, là où aujourd’hui, les grands glaciers Beardmore et Scott se déversent dans la mer. La carte fait apparaître à cet endroit des estuaires, des fjords et des cours d’eau.

     

    De nos jours, toutes ces côtes sont enfouies sous 1 500 m de glace.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte d'Oronce Fine qui montre l'Antarctique avec des fleuves, des chaînes de montagnes et des côtes libres de glaces

     

    En utilisant la méthode de datation à l’ionium, des chercheurs américains ont pu établir que de grands fleuves ont effectivement coulé dans l’Antarctique jusqu’en 6 000 ans avant notre ère.

     

    Ce n’est que vers 4 000 ans avant notre ère que des sédiments de type glaciaire ont commencé à se déposer au fond de la mer Ross.

     

    Les carottages indiquent qu’un climat chaud a régné pendant longtemps avant cette date.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte de la méditerranée avec des détails totalement inexpliqués

     

    Et que dire de la carte d’Hadji Ahmed datée de 1559 qui représente une cartographie très moderne des Amériques et surtout de leurs côtes ouest. La forme actuelle des Etats-Unis y est parfaitement reproduite. Cette perfection ne sera atteinte que deux siècles plus tard.

     

    Cette carte représente également une bande de terre large de plus de 1 500 km, reliant l’Alaska à la Sibérie. Ce pont a bel et bien existé (actuel détroit de Behring) mais il a été submergé par la montée des eaux à la fin de la dernière période glaciaire.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Projection de la carte de Piri Reis qui confirme pour centre la ville du Caire

     

    Ibn ben Zara (1487) et Benincasa (1508), cartographes arabe et portugais montrent l’Europe du Nord recouverte d’un glacier ressemblant à celui qui existait 12 000 ans avant notre ère.

     

    La liste des cartes existantes serait trop longue à détailler. Une chose est certaine, ces cartes ne sont pas le fruit du hasard et ont toutes la même source.

     

    Impossible et pourtant vrai

     

    Ces cartes sont connues et répertoriées par les organismes spécialisés. On les trouve également dans des atlas, comme celui de Nordenskjöld de 1889.

     

    La falsification a été écartée par les scientifiques mais ils préfèrent malgré tout ignorer le sujet. Le seul qui s’y est penché est Paul Emile Victor quand il s’est aperçu en 1950 que la carte de l’italien Zeno avait plusieurs siècles d’avance sur ses découvertes en montrant le sous-sol rocheux du Groenland.

     

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte russe du début du 19e siècle qui montre que l'Antarctique était inconnu à cette époque

     

    Alors pourquoi la communauté scientifique se montre-t-elle aussi sourde et aveugle devant des preuves irréfutables ?

     

    La réponse est simple : admettre l’existence de ces cartes signifie remettre totalement en cause l’évolution de l’espèce humaine.

     

    Comment, en effet, expliquer, que des hommes aient pu explorer le globe il y a au moins 10 000 ans, à une époque où l’Europe n’était qu’au stade préhistorique ?

     

    Pire encore, le bras de mer reliant les mers de Ross, Weddell et Bellingshausen, représenté sur plusieurs cartes anciennes, prouve que ces cartes ont été établies alors que l’Antarctique était totalement dépourvu de glaces.

     

    Les géologues sont affirmatifs. Ce continent n’a été entièrement libre de glace qu’à une date très reculée estimée à des millions d’années.

     

    Qui étaient ces mystérieux cartographes ?

     

    Le jour où les scientifiques admettront officiellement que ces cartes existent, ils devront également admettre que la théorie de Darwin est fausse.

     

    Pourtant, les preuves fossiles existent. Toumai, Orrorin, les australopithèques ont bien existé. Tous les fossiles nous prouvent que l’homme était très peu évolué il y a seulement 3 millions d’années.

     

    Certains ne manqueront pas de remettre au goût du jour les petits hommes verts toujours aussi fascinés par notre belle planète. Personnellement, je ne crois pas un instant à une intervention extraterrestre. Thor ou E.T ont certainement des tâches plus importantes que de cartographier la planète bleue, en prenant soin de nous laisser le fruit de leurs découvertes.

     

    Alors, que penser de tout ça ?

     

    En fait, si on écarte toutes les possibilités farfelues et invraisemblables, il n’en reste qu’une qui colle aux énigmes qui jalonnent notre histoire.

     

    Il semble évident que les différentes cartes sont le fruit d’un travail de topographie établi sur une très longue période, plusieurs milliers d’années.

     

    Les cartes montrent par exemple l’Antarctique à différentes périodes de sa progressive glaciation.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte de Piri Reis simplifiée

     

    Pour reprendre les conclusions d’Hapgood, l’Antarctique a été visité et peuplé par l’homme à une époque où il n’était pas censé exister.

     

    En résumé, on peut dire que :

     

    L’Antarctique jouissait d’un climat chaud à une époque où il était situé à environ 3 000 km au nord du cercle antarctique actuel. (Fait prouvé par les découvertes récentes).

     

    L’Antarctique n’a trouvé sa position actuelle que sous l’effet du déplacement de l’écorce terrestre. Cette théorie ne doit pas être confondue avec la théorie de la tectonique des plaques et de la dérive des continents.

     

    Ce mécanisme démontre que l’ensemble de la croûte terrestre (lithosphère) peut basculer de temps en temps. (Théorie défendue par A.Einstein)

     

    Le glissement de l’Antarctique vers le sud a provoqué un refroidissement progressif ainsi que la formation d’une calotte glaciaire.

     

    Albert Einstein a parfaitement résumé le processus :

     

    Un dépôt continuel de glace s’opère dans les régions polaires. Cette glace ne se répartit pas de manière égale autour du pôle. La rotation de la Terre agit sur ces dépôts dissymétriques imprime une force centrifuge qui agit sur la croûte rigide de la Terre.

     

    Cette force centrifuge induit, à partir d’un certain seuil, un déplacement de la croûte terrestre sur le reste du globe.

     

    Les conséquences d’un tel déplacement ont dû être considérables sur l’ensemble de la planète : extinctions massives d’espèces animales, séismes, inondations, changement radical de climat sur les continents …

     

    Sans être alarmiste, si un tel déplacement devait à nouveau se produire, il ne resterait rien de notre civilisation.

     

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte reproduisant parfaitement l'Antarctique et datant de 1537

     

    En 1953, A.Einstein écrivait : « Le mécanisme du déplacement de la croûte terrestre aurait pour effet de déplacer les régions polaires vers l’équateur ».

     

    Si on rassemble toutes ces preuves, on ne peut qu’en déduire qu’une civilisation technologiquement avancée a existé bien avant la nôtre.

     

    Cette civilisation semble s’être développée vers 13 000 ans avant notre ère pour disparaître ensuite.

     

    Toutes les parties du monde ont été cartographiée entre environ – 13 000 et – 4 000 ans.

     

    A ce jour, le seul continent qui n’a pu être exploré à cause de la couche de glace qui le recouvre est l’Antarctique.

     

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte moderne de l'Antarctique

     

    Est-il possible que sous cette glace se cachent les vestiges de cette civilisation ? Peut-être mais ce continent dont la superficie est d’une fois et demi celui de l’Europe est recouvert d’une couche de glace pouvant aller jusqu’à 6 km d’épaisseur. Cette glace recouvre des montagnes aussi hautes que les Alpes.

     

    Autant dire que l’exploration des sous-sols demanderait des moyens colossaux.

     

    Quand les légendes deviennent réalité

     

    De nombreuses découvertes ont été effectuées ces dernières années qui prouvent formellement que l’Antarctique a bénéficié d’un climat tempéré il y a seulement 100 000 ans. La mobilité de l’Antarctique ne fait plus aucun doute car aucun arbre ne peut pousser sur une terre plongée dans l’obscurité six mois de l’année.

     

    La forêt côtière fossilisée découverte en 1990 ne datait que de deux à trois millions d’années.

     

    Énigmes Archéologiques:  Carte de Piri Reis

    Carte de Mercator de 1569 qui montrent les fleuves et les montagnes de l'Antarctique couverts de glace

     

    Nous ne savons pas si ce déplacement est dû au déplacement de la croûte terrestre ou de la dérive des continents. Ce déplacement se reproduira-t-il ?

     

    Je laisse de côté la date fatidique de 2012 inscrite notamment dans le calendrier maya qui prédit une nouvelle catastrophe planétaire. Je cite : « les anciens disaient qu’il y aurait un mouvement de la Terre et que nous en péririons tous. Ce jour sera le 4 Ahua 3 kankin (21 ou 23 décembre 2012 selon les auteurs) ».

     

    À tord ou à raison, je suis profondément scientifique et je préfère me baser sur ce qui est formellement prouvé.

     

    D’autres catastrophes planétaires ont été prédites et, à ma connaissance, nous sommes toujours là.

     

    Par contre, je suis intimement persuadée que notre histoire telle qu’elle nous est enseignée comporte trop de contradictions pour refléter toute la vérité. A travers ce site, je continue pourtant à perpétrer ces « acquis ».

     

    Oui, car faute d’éléments suffisants, je me vois mal inventer l’histoire de la Terre en me basant sur des mythes et des légendes.

     

    Cependant, je ne rejette pas les pièces à conviction dérangeantes. Ces cartes existent et nous ne pouvons pas les ignorer.

     

    V. Battaglia (03.2004)

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique