• A bord des voiliers-écoles du monde

     

     

     L'Amerigo Vespucci

    Certains vieux gréements vivent une seconde vie en servant de "navire école" pour les apprentis navigateurs ou jeunes officiers de marine. L'Amerigo Vespucci est un voilier-école appartenant à la Marine militaire italienne. L'équipage compte 16 officiers, 72 officiers mariniers et 190 quartiers-maîtres et matelots (mais le bateau peut accueillir jusqu'à 470 marins). Les élèves officiers y sont formés à la navigation, aux transmissions, aux manoeuvres (accostage, appareillage, maniement des voiles), à l'entretien des armes... Ce trois-mâts carré, dont le port d'attache est Gênes, a été construit en 1930. © Patricia Raspado - Galerie photo

     

     

    Le Belem (France)

    Après une carrière commerciale, le trois-mâts est devenu un navire-école en 1985 (il avait déjà été un voilier-école sous pavillon italien entre 1951 et 1972). Le bateau est aujourd'hui armé par un équipage de 16 hommes, appartenant tous à la Marine marchande. Le Belem peut prendre à son bord jusqu'à 48 stagiaires de tous âges (à partir de 14 ans) pour leur faire découvrir la navigation traditionnelle. Les stages durent entre 2 et 6 jours (à partir de 270 euros). Plus de 30 000 curieux ont effectué un stage sur le Belem depuis 1985. Aucune compétence maritime n'est spécialement requise. Les stagiaires, répartis en 3 groupes, goûtent à toutes les "joies" du bord : carguer les voiles, prendre son quart de jour comme de nuit, laver le pont, être de corvée de vaisselle, monter tout en haut du mât...  © Jean-Luc Rollier - Galerie photo

     

     

    La Belle Poule (France)

    La Belle Poule, goélette paimpolaise à huniers, peut accueillir à son bord jusqu'à 20 élèves stagiaires, qui s'entraînent pour leur future fonction de chefs de quart de la Marine nationale. Chaque année, la Belle Poule voit passer environ 1 000 stagiaires. Ils apprennent sur plusieurs semaines à manoeuvrer la goélette, tenir la barre, grimper dans la mâture... C'est l'Ecole navale qui a fait construire ce voilier en 1932 dans les Chantiers de Normandie à Fécamp. © Bertrand de Vautibault - Galerie photo

     

     

    Le Cuauhtémoc (Mexique)

    Le Cuauhtémoc est le navire-école de la Marine nationale du Mexique. Le trois-mâts barque, construit en 1982, a pour port d'attache Acapulco. 90 cadets peuvent y être formés à bord. Le bateau porte le nom du dernier empereur aztèque, qui signifie "l'aigle qui descend sur sa proie", et incarne ainsi les valeurs de résistance et d'indépendance (Cuauhtémoc s'est battu contre la domination espagnole au XVIe siècle). © Claudine Blanc - Galerie photo

     

     

    Le Guayas (Equateur)

    Le Guayas est le sister-ship (bateau jumeau) du Cuauhtémoc. Le ministère de la Défense équatorienne, son propriétaire, a fait construire le trois-mâts barque en 1977. Il porte le nom du principal fleuve de l'Equateur et du chef de la tribu précolombienne des Huancavilca, qui vivaient dans la région de Guayaquil (son port d'attache). 80 cadets de l'Ecole supérieure navale, encadrés par 60 officiers et marins, y reçoivent leur instruction finale avant d'intégrer la Marine équatorienne. © Serge Fattelay - Galerie photo

     

     

    Le Mir (Russie)

    Le Mir est l'un des plus grands trois-mâts du monde (108 mètres de long). C'est un voilier-école de l'Académie maritime de Saint-Pétersbourg. En plus des cours de navigation à la voile, les cadets y reçoivent des cours d'océanographie et de sciences de la mer. Le Mir a été construit dans les chantiers de Gdansk en Pologne, en 1988. Son nom signifie "paix" en russe. © Jean-Luc Saint-Jours - Galerie photo

     

     

    L'Esmeralda (Chili)

    Voilier-école de la Marine chilienne, l'Esmeralda est un quatre-mâts goélette à brigantine, mis à l'eau en 1953. A son bord, les officiers promus de "l'école navale Arturo Prat "et les 70 premiers sous-officiers du classement de "l'école de mousses Alejandro Navarrete Cisterna" passent un an à se perfectionner. L'équipage de l'Esmeralda peut atteindre 323 marins. La figure de proue du voilier représente un condor, emblème national du Chili. © Yves Forgues - Galerie photo

     

     

    Le Dar Mlodziezy (Pologne)

    Le Dar Mlodziezy, battant pavillon polonais, est le premier d'une série de 6 grands voiliers créés par l'architecte Zygmunt Choren. Il a été mis à l'eau en 1982 à l'initiative des écoliers de la région de Gdansk (au nord de la Pologne), qui ont participé financièrement à sa construction. C'est pour cette raison que le géant de 108,8 mètres se nomme "don de la jeunesse". Le trois-mâts sert de voilier-école pour les cadets de la Marine marchande polonaise. © Adeline Kayser - L'Internaute Magazine

     

     

    La Duchesse Anne (France)

    Le trois-mâts carré Duchesse Anne est photographié ci-dessus à Dunkerque, son port d'attache. Pendant plus de 37 ans, sous pavillon allemand et sous le nom de "Grossherzogin Elisabeth", le bateau a été un voilier-école. Il servait alors à la formation d'officiers et de marins de la Marine marchande. Passé sous pavillon français après la Seconde Guerre mondiale, il a servi sporadiquement de bateau-école mais demeurait la plupart du temps à quai. Racheté par la ville de Dunkerque, il devient un bateau-musée mettant en valeur le passé maritime de la ville et incitant les visiteurs à découvrir la navigation. © Michel Degay - Galerie photo

     

     

    Le Juan Sebastian de Elcano (Espagne)

    Ce quatre-mâts goélette à hunier, mis à l'eau en 1927, est le voilier-école de la marine espagnole. C'est le sister-ship de l'Esmeralda, appartenant à la marine chilienne. 257 marins peuvent servir à bord du Juan Sebastian de Elcano, qui est le 3e plus grand voilier du monde. © Pierre Dilichen - Galerie photo

     

     

    L'Etoile (France)

    La goélette paimpolaise à hunier L'Etoile est le sister-ship de la Belle Poule. Elle a aussi été construite en 1932 et a servi au sein des Forces navales françaises libres pendant la Seconde Guerre mondiale (marine militaire de la France libre). L'Etoile, voilier-école, appartient à l'Ecole navale de Lanvéoc-Poulmic. Elle sert à la formation des élèves officiers, qui effectuent des exercices dans l'océan Atlantique, la Manche, et la mer Méditerranée. © Yves Dutertre - Galerie photo

     

     

    Le Mercator (Belgique)

    Le Mercator est un trois-mâts goélette, de la Marine marchande belge. Il a servi de voilier-école entre 1932 et 1961. Une cinquantaine d'apprentis officiers, encadrés par une douzaine d'hommes d'équipage, y étaient formés lors de voyages de 3-4 mois. Depuis qu'il a cessé d'être un navire-école, le Mercator se visite (il a d'abord été à quai à Anvers puis à Ostende). © Claude Remus - Galerie photo

     

     

    Fleur de Lampaul (France)

    Construit en 1948, Fleur de Lampaul était au départ un dundee, utilisé pour la pêche au thon. En 1985, il est devenu un voilier-école, permettant à des enfants de découvrir le monde de la voile et des océans. En 2002, le bateau avait été racheté par la Fondation Nicolas Hulot, mais avait conservé sa vocation pédagogique, c'est-à-dire sensibiliser le public à la protection du littoral et du milieu marin. La Fondation l'a récemment vendu aux chantiers Bernard, qui va l'exploiter pour des croisières. © Nicolas Reineix - Galerie photo

     

     

    Le Gunilla (Suède)

    Ce trois-mâts barque, construit en 1940 à Oskarshamn, est utilisé par l'école supérieure-secondaire de navigation suédoise. Cette école propose un programme éducatif qui combine la théorie et la pratique de la voile traditionnelle. Pendant les vacances d'été, seuls les jeunes de 15 à 25 ans sont pris à bord. Le Gunilla mesure 61 mètres de long pour 9 mètres de large.  © Alain Michot - Galerie photo

     

     

    Le Sedov (Russie)

    C'est en 1921 que le quatre-mâts barque "Magdalene" Vinnen voit le jour aux chantiers Krupp de Kiel. Rebaptisé Sedov, le grand voilier est transformé en navire-école de pêche en 1966. Il est aujourd'hui un voilier-école servant à la formation des élèves officiers, des marins civils et ingénieurs de pêche des écoles navales de Kaliningrad et Mourmansk.  Les 65 marins et 164 cadets effectuent régulièrement  des voyages de 3 mois. © Jean-Yves Le Foll - Galerie photo

     

     

    Le Frédéric Chopin (Pologne)

    Le "Fryderyk Chopin" (pour respecter son écriture d'origine) a été dessiné par l'architecte naval polonais Zygmunt Choren, comme le Dar Mlodziezy. Le bateau, mis à l'eau en 1991, a servi de voilier-école pour la marine polonaise. Il peut embarquer à son bord 12 marins, 27 stagiaires et  17 passagers. En 2010, à l'occasion du bicentenaire de la naissance du compositeur Frédéric Chopin, le deux-mâts, long de près de 50 mètres, a cessé son activité de bateau-école pour sillonner l'Europe et promouvoir la Pologne et ses attraits. © Maurice Bouillault - Galerie photo

     

     

    Le Gorch Fock II (Allemagne)

    Ce trois-mâts barque de la Marine militaire allemande a été mis à l'eau en 1958 pour remédier à l'absence de navire-école de l'Allemagne (après la Seconde Guerre mondiale, tous ses navires lui avaient été confisqués). Le Gorch Fork II peut accueillir 74 marins et 200 cadets. Il participe aussi à de nombreux rassemblements navals. © Pierre Dilichen - Galerie photo

     

     

    Le Statsraad Lehmkuhl (Norvège)

    Le Statsraad Lehmkuhl est un voilier-école sous pavillon norvégien (son nom est celui d'un ancien ministre norvégien). Il a initialement servi à la formation des futurs marins et officiers de la marine marchande allemande. Depuis 1966, il est utilisé par la fondation norvégienne "Stiftelsen Seilskipet Statsraad Lehmkuhl". Construit en Allemagne en 1914, le trois-mâts barque mesure 98 mètres de long et peut accueillir 24 officiers et marins, et 180 stagiaires. © Patrick Gomes-Leal - Galerie photo

     

     

    Le Jeanie Johnston (Irlande)

    Le trois-mâts barque Jeanie Johnston appartient à l'Etat irlandais. Ce navire, mis à l'eau en 2000, est la réplique à l'identique d'un voilier ayant servi à emmener les immigrés irlandais vers l'Amérique, au XIXe siècle, pendant la Grande Famine. Il navigue actuellement comme voilier-école. © Brigitte Delamotte - Galerie photo

     

     

    Le Mircea (Roumanie)

    Le Mircea est un trois-mâts barque, voilier-école de l'académie navale roumaine, à flot depuis 1938. Il accueille à son bord 60 hommes et 110 stagiaires environ (des élèves officiers ou sous-officiers). La figure de proue représente le Prince Mircea Staria, qui a chassé les Turcs de la Mer Noire au XVe siècle. Photo prise à Toulon lors de la Tall Ships' race en 2007. © Anne-Marie Dumoulin - Galerie photo

     

     

    Le Prince William (Royaume-Uni)

    Le brick mis à l'eau en 2001 a été construit pour la Tall Ships Youth Trust, organisme britannique de formation à la voile pour des jeunes de 16 à 25 ans. Quarante-huit stagiaires peuvent monter à bord. © Wilhem Lemagnen - Galerie photo

     

     

    Le Shabab Oman (Sultanat d'Oman)

    Le navire-école de la Marine du Sultanat d'Oman est un trois-mâts goélette à coque en bois. Le Shabab Oman ("jeunesse d'Oman") possède une élégante figure de proue représentant Ahmed Bin Majed (le second de Vasco de Gama). L'équipage est composé de 23 marins et 31 cadets. © Jean-Yves Roussel - Galerie photo

     

     

    Où admirer ces voiliers ?

    L'une des meilleures chances de croiser ces vieux gréements est de se rendre dans leur port d'attache. Dunkerque pour la Duchesse Anne, Nantes pour le Belem...

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique