•  

    Josée Blanchette : guérie mais en colère

     


    Josée Blanchette publie ces jours-ci Je ne sais pas pondre l’œuf mais je sais quand il est pourri. Une quarantaine de «billets, dérives et témoignages» sur le thème du cancer.


    par Louise Gendron du magazine Châtelaine

     

    Livres à Lire:  Josée Blanchette : guérie mais en colère


    Un diagnostic de cancer — un troisième en moins de 30 ans —, opération et deux traitements de chimiothérapie ont failli avoir sa peau. Ce parcours de la combattante a amené Josée Blanchette, journaliste et essayiste, chroniqueuse au Devoir, à questionner la façon dont la médecine conventionnelle s’attaque au cancer et à y consacrer deux ans de recherches, d’entrevues et de réflexions.


    Qu’est-ce qui vous a poussée à vous intéresser à ce sujet?

    Deux traitements de chimiothérapie, de 48 heures chacun, m’ont valu une intoxication médicamenteuse qui m’a menée, entre autres effets secondaires, au bord de la psychose. J’ai dû abandonner tous les traitements malgré les pressions des oncologues — «Vous ne voulez pas voir votre fils entrer à l’université, madame Blanchette ?» m’a-t-on demandée…


    Si on en croit ce titre, joli mais singulier, selon vous, quelque chose est pourri quelque part…


    Une chronique publiée dans Le Devoir m’a apporté une avalanche de témoignages bouleversants. De gens qui avaient difficilement survécu à la chimio, et d’autres, de proches de personnes décédées des suites de la chimio. C’est pour mieux comprendre que j’ai entrepris ma quête et mon enquête. J’y ai appris que, pour les cancers les plus courants (sein, prostate, poumon, côlon, vessie), la chimiothérapie améliore les taux de survie sur 5 ans de 2%. Qu’on minimise systématiquement les effets secondaires, parfois effroyables, de la chimiothérapie et qu’on ne parle à peu près pas des séquelles permanentes qu’elle peut laisser.


    Malgré tout, on n’offre rien d’autre que le combo chirurgie-chimio-radio. Parce que les compagnies pharmaceutiques n’ont pas d’intérêt à aller voir ailleurs. Et que les médecins sont enfermés dans la même logique.


    Vous remettez la médecine en question ?

    Je ne suis pas contre la médecine ni contre les médecins. Mon père était pneumologue et je crois que ma chirurgienne m’a sauvé la vie. Mais je ne leur accorderai plus jamais une confiance aveugle. Nous sommes subjugués par les médecins. Ceux qui nous soignent et ceux qui nous gouvernent. Le docteur l’a dit, donc on l’écoute… Il faut prendre sa santé en main. Comme individus d’abord. Poser des questions ensuite, ne pas remettre toutes les décisions entre les mains du docteur, censé tout savoir. Car il ne sait pas tout, et n’est pas à l’abri des conflits d’intérêts et de la désinformation.


    Et comme société ensuite. Le cancer a coûté plus de 4 milliards de dollars aux Québécois en 2013. Or, le nombre de cas devrait augmenter de 40% d’ici 2030… Ce n’est pas viable. Il faut essayer autre chose. Le préventif d’abord. Plus de 70% des cancers sont dus au tabagisme, à la mauvaise alimentation, à la sédentarité. Mais moins de 5% des patients en rémission adoptent une bonne hygiène de vie. Il faudrait faire une plus grande place aux traitements complémentaires, comme le yoga, dont l’efficacité a déjà été démontrée par des études.


    Je ne sais pas pondre l’oeuf, mais je sais quand il est pourri, Josée Blanchette, Éditeur FLAMMARION QUÉBEC, 26,95 $.

     

    Livres à Lire:  Josée Blanchette : guérie mais en colère

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Victoire Maçon Dauxerre : son combat

    contre l’anorexie

     

     

    Dans Jamais assez maigre, journal d’un top model, Victoire Maçon Dauxerre revient sur la dictature de la maigreur des podiums et son combat contre l’anorexie. Joanie Pietracupa a été chamboulée par cette lecture.


    Par Joanie Pietracupa du magazine Châtelaine

     

    Avez-vous visionné l’excellente entrevue de la journaliste Elsa Vecchi du Huffington Post Québec avec Victoire Maçon Dauxerre? L’ex-mannequin française y dénonce les pratiques de l’industrie de la mode et vient présenter son livre récemment lancé au Québec, Jamais assez maigre, journal d’un top model. Non? Alors, faites-le immédiatement. La vidéo dure une quinzaine de minutes, mais elle s’écoute toute seule. La fille qui s’y confie – et ses confidences – est à la fois fascinante, surprenante et touchante.

     

    Livres à Lire 2:  Victoire Maçon Dauxerre : son combat contre l’anorexie

     victoria.blogue.joanie

    Photo tirée du livre Jamais assez maigre, journal d’un top model

     


    Victoire y raconte, avec toute l’éloquence et l’intelligence d’une fille vraiment brillante, comment elle s’est fait «scouter» (repérer, dans le jargon mode) à l’âge de 18 ans, alors qu’elle était en train de magasiner avec sa mère dans le Marais, à Paris. Et comment elle s’est vite laissée entraîner dans l’univers du mannequinat dans l’espoir d’être la prochaine Claudia Schiffer. Elle rêvait de pouvoir faire carrière (et de gagner beaucoup d’argent) grâce à sa beauté et, surtout, à sa minceur extrême. Parce que très vite, elle se met à ne consommer que trois pommes par jour en plus d’engloutir des laxatifs. C’est que, voyez-vous, elle doit perdre trois centimètres de tour de taille. C’est rien, trois centimètres, s’était-elle dit à l’époque. Sauf qu’en réalité, ça équivalait à environ 20 livres.


    Pas étonnant que la jeune fille ait sombré dans l’enfer de l’anorexie. Et plus elle maigrissait, plus elle connaissait de succès en tant que mannequin… Au faîte de sa popularité, alors qu’elle pesait environ 103 livres pour 5 pieds 8 pouces, elle défilait à New York, à Paris et à Milan pour les plus grandes maisons de couture, dont Phillip Lim, Céline, Miu Miu et Alexander McQueen. Puis, elle a tout arrêté, pour sauver sa peau et faire la guerre à cette industrie qui incite à la maigreur extrême.

     

    Livres à Lire 2:  Victoire Maçon Dauxerre : son combat contre l’anorexie

    Photo tirée du livre Jamais assez maigre, journal d’un top model


    Son arme nucléaire: un bouquin pertinent que les adolescentes du monde entier devraient lire d’une traite pour réaliser et comprendre ce qui se passe dans l’arrière-scène du merveilleux monde de la mode. Victoire veut que l’on cesse d’idéaliser ces incarnations de la «perfection» qui souffrent pour la plupart en silence et qui se rendent un peu plus malades chaque jour.


    Je ne pensais pas être aussi ébranlée, aussi chamboulée, aussi choquée par les réflexions et les expériences de Victoire. Je croyais un peu naïvement que les pratiques de l’industrie de la mode avaient évolué, ces dernières années. Avec toutes les conversations sur la diversité corporelle, les troubles de l’alimentation, les maladies psychologiques et le manque de confiance en soi récemment entamées…


    Comment en est-on arrivé à vouer un véritable culte à une silhouette rêvée qui n’est même pas ancrée dans la réalité? À vénérer l’apparence de top models «maigrissimes» qui s’empêchent de manger à leur faim? C’est fou, non? Moi je vote pour qu’on joigne notre voix et nos forces à celles de Victoire Maçon Dauxerre dans le but de faire tourner la roue et de changer les mentalités. Qui s’aime nous suit!

     

    Livres à Lire 2:  Victoire Maçon Dauxerre : son combat contre l’anorexie

    Livres à Lire 2:  Victoire Maçon Dauxerre : son combat contre l’anorexie

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Livre du mois: Autour d’elle

     


    Autour d’elle : la longue marche d’une jeune femme racontée avec la verve emphatique de l’écrivaine Sophie Bienvenu.

    Par Monique Roy du magazine Châtelaine

     

    L’histoire

    À 16 ans, enceinte, Florence quitte la maison familiale de Québec. Elle accouche à Montréal dans l’anonymat et confie son petit garçon à l’adoption. Un couple aisé le recueillera. La jeune femme, devenue journaliste, tait son étouffant secret. De son côté, son fils grandit, rêvant de la retrouver. Pendant 20 ans, le hasard mettra sur leur route des gens qui seront des rouages déterminants dans la vie de ces deux êtres blessés.


    Les personnages

    Florence, étudiante rêveuse qui «vit sur la pointe des pieds». Étienne, son premier amoureux, ado un peu paumé. Adrien, son fils qu’elle ne connaît pas. Thomas, le meilleur copain du garçon. Et tous les autres que Florence croisera: prof, médecin, amants, amie précieuse.


    On aime

    La plume sensible de l’auteure, qui tisse une courtepointe faite de pièces disparates: rencontres inusitées, amours ­brisées, silences impardonnables, rendez-vous manqués, mais aussi résilience, amitiés solides, éclairs d’humour. La réflexion sur l’importance de saisir le moment, de ne pas remettre au lendemain, car rien n’est moins sûr que demain…

     

    Livres à lire 2:  Livre du mois: Autour d’elle + extrait

     

    Voici un extrait:

     

     

    Livres à lire 2:  Livre du mois: Autour d’elle + extrait


    Photo: Sarah Scott

    L’auteure

    Sophie Bienvenu est née en Belgique en 1980. Elle a fait des études en communication à Paris. En 2001, elle s’installe à Montréal. Après Lucie le chien, recueil de textes de son blogue du même nom, et une série jeunesse, elle signe un premier roman, Et au pire, on se mariera (2011). Celui-ci connaît un succès immédiat, ce qui, confie-t-elle, « a changé [sa] vie », lui permettant de se consacrer à l’écriture. Adapté au théâtre, il est en voie de l’être au cinéma par Léa Pool. Chercher Sam, son deuxième roman (2014), confirme son talent. Ce troisième opus était donc espéré.

    Publié au Cheval d’août, 224 pages. En librairie le 27 septembre.

     

    Livres à lire 2:  Livre du mois: Autour d’elle + extrait

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Livre du mois: American Housewife

     


    Des «beautés désespérées» apprêtées à la sauce Manhattan… drôlement piquante ! Voyons ce que les membres du Club de lecture en ont pensé.


    Par Monique Roy du magazine Chatelaine

     

     

    Livres à Lire 2:  Livre du mois: American Housewife

    Roman American Housewife d'Helen Ellis

     


    Les histoires

    Le fil conducteur de ces 12 nouvelles est le quotidien d’une espèce qu’on croyait en voie de disparition : la maîtresse de maison. L’auteure, qui revendique elle-même ce titre, a créé des héroïnes improbables, qu’elle place dans des situations loufoques ou poignantes ayant pour décor des logements new-yorkais somptueux ou des petites villes du Sud profond.

     

    Les personnages

    Se déhanchant comme Beyoncé, une femme prépare une réception en noyant «[ses] chagrins dans le Chanel no5». Deux voisines échangent des courriels de plus en plus hystériques au sujet de la décoration de leur palier commun. Une écrivaine n’ayant rien publié depuis 15 ans participe à une téléréalité débile, espérant être redécouverte. Une autre accepte d’être commanditée par Tampax, sans bien lire le contrat. On croise aussi de «vraies dames», des «protectrices des arts» ou encore une épouse prête à tout, même au meurtre, pour conserver l’appartement légué par sa belle-mère…

     

    On aime

    L’esprit new-yorkais, humour perfide enrobé de sucre. L’ironie du Sud, griffes dans un gant de velours. Des scènes hilarantes, d’autres troublantes décrivant, en ces années post-postféministes, le rapport amour-haine des femmes entre elles et envers ce déterminant social qu’est le foyer.

     

     

    Livres à Lire 2:  Livre du mois: American Housewife


    L'auteure Helen Ellis
    Photo: Michael Lionstar

     

    L’auteure

    Née en Alabama, Helen Ellis débarque à NewYork en 1992. Elle a 22ans et une seule envie : écrire. En 2000, publication de son premier roman. Les trois suivants ayant été refusés, elle rentre à la maison. Ennuyée de se faire demander avec condescendance « Que faites-vous toute la journée ? » elle répond par un compte Twitter, @WhatIDoAllDay… et retrouve l’écriture. Vit dans le très huppé Upper East Side avec son mari, qui a grandi dans l’appartement que le couple partage avec ses deux chats.


    Éditions de la Martinière, 208 pages. Traduction de Sophie Brissaud.

     

     

     

    Livres à Lire 2:  Livre du mois: American Housewife + extrait

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique