•  

     

    Le mystère du son de canard au milieu de l’océan Antarctique résolu

     

    Depuis les années 1960, les scientifiques se demandaient ce qui pouvait produire une étrange sonorité venue du fond des océans du sud, ressemblant fortement à un cri de canard. Désormais, après des années d’enquête, une réponse ferme et définitive vient d’être apportée !

     

     
     

    Dans les eaux de l’océan Austral, un étrange son de canard fascine les scientifiques depuis une cinquantaine d’années. Quelle en est la cause ? Le mystère vient d’être percé ! © Mariamichelle, pixabay.com, DP

    Dans les eaux de l’océan Austral, un étrange son de canard fascine les scientifiques depuis une cinquantaine d’années. Quelle en est la cause ? Le mystère vient d’être percé ! © Mariamichelle, pixabay.com, DP

     
     

    Durant une excursion dans les profondeurs des eaux antarctiques dans les années 1960, des sous-mariniers ont capté un bruit étrange, leur rappelant le cri du canard, marqué par des sonorités graves et répétées. Que viendraient faire des volatiles au milieu de ces mers glaciales et comment pourraient-ils cancaner au fond de l’eau ? La réponse venait forcément d’ailleurs. Mais d’où ?

    Au début, personne ne le savait. Pourtant, ce bruit se faisait entendre de la mer de Weddell, bien au sud de l’Amérique du Sud, jusque sur les côtes ouest de l’Australie. Un son émis par un autre sous-marin ? À priori non. Un poisson ? Encore eût-il fallu que celui-ci ait suffisamment de coffre. Alors quoi ? La piste des cétacés a été vite évoquée, étant donné leur mode de communication, par des chants, parfois sur de très longues distances, à l’aide d’ondes sonores. Des coupables potentiels.

    La NOAA s’est donc forcément penchée sur le sujet, en plaçant Denise Risch sur le sujet. Il a d’abord fallu faire le tri parmi les mammifères marins qui fréquentent la région. Parmi eux, le petit rorqual de l’Antarctique (Balaenoptera bonaerensis), l’une des plus petites baleines, affectionne les eaux de l’océan Austral et y prospère. Est-ce dans cette direction qu’il fallait se tourner.

    Le petit rorqual de l’Antarctique est souvent très discret et se cache parfois sous les glaces flottantes de l’hémisphère sud. Pas toujours facile à observer, il a fallu un demi-siècle avant d’être certain qu’il était bien à l’origine d’un son de canard caractéristique.
     

    Le petit rorqual de l’Antarctique est souvent très discret et se cache parfois sous les glaces flottantes de l’hémisphère sud. Pas toujours facile à observer, il a fallu un demi-siècle avant d’être certain qu’il était bien à l’origine d’un son de canard caractéristique. © Brocken Inaglory, Wikipédia, cc by sa 3.0

     

    La baleine qui cancane comme un canard

    La biologiste marine et ses collègues sont parvenus à marquer deux de ces cétacés durant le mois de février 2013, durant l’été austral, à l’aide de ventouses. Sur leur dos, les baleines portaient donc un équipement qui permettait de suivre leurs déplacements et d’observer leur comportement alimentaire. Mais il y avait aussi des micros capables de fonctionner sous l’eau.

    L’équipe a alors analysé les sons enregistrés. Et là, ils ont remarqué la présence sur les spectrogrammes de sonorités comprises entre 50 et 300 Hz, espacées de trois secondes : c’est le son recherché. Au passage, ils ont repéré également d’autres sons préalablement associés aux baleines, sans qu’on ait pu identifier la source originelle avec certitude. Ces travaux viennent de faire l’objet d’une publication dans la revue Biology Letters.

     

    L’acoustique plutôt que la chasse pour comprendre les baleines

    Grâce à cette étude, l’ambiguïté est levée : on connaît avec certitude l’émetteur de ce son de canard. Néanmoins, le mystère n’est pas totalement levé. On sait qui en est à l’origine, mais non la raison. Dans quel contexte est-il produit ? Uniquement par les mâles pendant les périodes de rut, ou est-ce émis par les deux sexes ? De nombreuses questions restent sans réponse.

    C’est aussi l’occasion pour les scientifiques d’en apprendre davantage sur ces petits rorquals de l’Antarctique : avec l’acoustique, il est possible de déterminer leur distribution, leur densité et quelques aspects de leur comportement. Même en hiver, lorsque les conditions météorologiques sont trop rudes pour les suivre visuellement, en plaçant des micros sur des bouées par exemple.

    Denise Risch profite également de cette très belle occasion pour rappeler dans les colonnes de Live Science qu’en adaptant les pratiques de recherche, on peut faire avancer la science sans avoir à tuer ces majestueux cétacés. Un tacle à l’endroit du Japon, récemment accusé de recourir à la chasse à la baleine pour des raisons commerciales.

     

     

    Mammifères:  Le mystère du son de canard au milieu ....

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Loup roux

     

    Le loup roux ou rouge (Canis lupus rufus)  est actuellement considéré comme une sous-espèce de loup gris (Canis lupus). Ce canidé a été pendant longtemps classé comme une espèce à part entière. La controverse n’est d’ailleurs pas finie. D’autant plus que certaines études génétiques pourraient démontrer que le loup roux est un hybride entre le coyote et le loup gris.

    Quoi qu’il en soit, le loup rouge est endémique aux Etats-Unis et plus particulièrement dans le Sud-Est. Il y a été réintroduit récemment après son éradication totale en 1975. Il est donc actuellement présent en Caroline du Nord et dans les zones montagneuses du Tennessee. Son biotope actuel n’est donc pas celui qu’il avait avant d’être persécuté par l’homme.

     

     

     Portrait du loup roux

    Bien plus léger que le loup gris, Canis lupus rufus possède des pattes beaucoup plus fines. Il ressemble d’ailleurs beaucoup au coyote.
    Sa fourrure est moins dense et ses oreilles plus étroites. Ce loup pèse entre 20 et 40 kg mais la moyenne se situe à environ 24 kg.

     

    Loup roux

    Loup roux. By Auburnxc . Licence

     

    Les mâles sont un peu plus grands que les femelles. 
    La robe mélange diverses teintes: cannelle,  fauve, gris et du noir tandis que le dos est généralement noirâtre.

    En hiver, la couleur fauve est dominante. Comme pour les autres loups, il y a une mue annuelle en été.

    Il lui arrive de se dresser sur ses pattes arrières pour observer les alentours ce qui est inhabituel chez un loup.

     

     Reproduction

    Le couple dominant est le seul à pouvoir se reproduire au sein de la harde. Les autres membres participent activement à l’éducation des jeunes.

    La période de reproduction s’étend de janvier à mars. Après une période de gestation de 60 à 63 jours, la femelle met au monde 3 à 6 chiots.
    Des portées de 12 chiots ont déjà été observées.

     

    Jeune loup roux

    Jeune Canis lupus rufus. By Law Keven . Licence

     

    Les jeunes restent sous la protection de la meute pendant un an. Les louveteaux atteignent alors leur maturité sexuelle et partent fonder leur propre meute ou se faire adopter par un autre clan.
    Bien évidemment, le fait que la population soit disséminée et très réduite, pose un problème quant aux habitudes reproductives normales. 
    Pour éviter la consanguinité, les louveteaux partent et se reproduisent dans d’autres meutes. Dans le cas du loup rouge, les échanges sont très limités.

     

    Bebe loup roux

    Cette belle teinte fauve lui a valu son nom de loup rouge. Un bébé de quelques mois. By Law Keven . Licence

     

    En liberté, la longévité est en moyenne de 4 ans. En captivité, le loup roux peut atteindre 14 ans et même plus.

     

     Mode de vie

    Le loup rouge est  principalement nocturne. Chaque meute possède son domaine et se montre très territoriale.
    Le clan est en principe constitué d’un couple dominant, le mâle et la femelle « alpha » et de leur progéniture.
    Avant d’être éradiquée, cette sous-espèce vivait en meute beaucoup plus importante. Un terrier est creusé pour élever les chiots.

     

    Loup roux

    Le loup gris peut également posséder une fourrure rousse mais elle est plus dense. By Tambako the Jaguar . Licence

     

    Les vocalisations du loup roux sont à mi-chemin entre ceux du coyote et ceux du loup gris. Le langage du corps est très important et comme chez tous les loups est codifié. Le faciès peut exprimer la satisfaction, l’agressivité ou la soumission.
    La position de la queue est également importante ; quand elle est dressée, c’est un signe de confiance, s’il l’a dresse très haut et gonfle les poils, c’est un signe d’agressivité.

    Le langage des odeurs reste le plus important car l’odorat est le sens le plus développé des loups. Les marquages olfactifs pratiqués sur le territoire  protègent en principe le clan de toute intrusion.

    Les clans vivent en harmonie mais, comme chez tous les canidés, des conflits territoriaux peuvent se produire.

    Loup roux

    By Skibler . Licence

     

    Chaque clan chasse sur son territoire en se déplaçant par secteur. Pendant environ une semaine, un secteur est passé au peigne fin avant d’entamer un nouveau secteur. Le loup roux chasse principalement  les rongeurs et les petits mammifères.
    Une meute importante peut chasser des cerfs ou des porcs sauvages. Ils sont charognards à l’occasion car comme tous les canidés, le loup rouge est un opportuniste.

    Le loup roux est lui-même la proie des autres sous-espèces de loups et des coyotes. Les louveteaux peuvent être la proie des grands rapaces ou des alligators.

     

     Conservation

    Le loup rouge est un bon régulateur des populations de rongeurs. Sa mauvaise réputation auprès des éleveurs a été très exagérée car le bétail domestique n’a jamais été sa proie principale.

    Cela n’a pas empêché le loup roux d’être exterminé. En 1967, 14 individus ont été placés dans un parc.
    Ce sont eux qui sont à l’origine de la population actuelle qui a été réintroduite.

    On comptabilise plus de 200 individus qui sont réimplantés dans quelques zones.

     Classification: Animalia. Mammalia. Carnivora. Canidae. Canis

    V.Battaglia (18.05.2008)

     

     

    Mammifères:  Loup Roux

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ours brun

     

    L’ours brun (Ursus arctos) est l’un des mammifères terrestres les plus impressionnants. En Amérique du Nord, l'ours brun est appelé Grizzly (Grizzli en français). En France, l'ours des Pyrénées qui est également une sous-espèce d'ours brun, est devenu tristement célèbre à cause de la mort de Cannelle, la dernière représentante de la lignée.

    Ursus arctos se décline en 16 sous-espèces dont les caractères morphologiques varient. Ces 16 sous-espèces sont reconnues par la plupart des auteurs.
    Parmi elles, on peut citer:

    • Ours Kodiak (Ursus arctos middendorffi)
    • Ours brun d’Eurasie (Ursus arctos arctos)
    • Grizzli des Rocheuses (Ursus arctos horribilis)

    Le plus puissant des ours bruns est l'ours kodiak.

     

     

     La légende de l’ours

     

    Selon la légende, Artémis aurait transformé la nymphe Callisto en ourse, que Zeus aurait alors changée en constellation.
    Nos ancêtres ont toujours associé l’ours au culte de la chasse et de la fertilité. Il existe de nombreuses représentations rupestres d’ours mais aussi des sanctuaires d’ossements, à travers l’Europe.

     

    Ours brun

    Ursus arctos. Licence

     

    Selon les cultures, l’ours est admiré ou craint. La plupart des tribus indiennes attribuent à l’ours des pouvoirs magiques et bienfaiteurs.

     

    Grizzli

    Grizzli qui a l'air de bien s'amuser dans l'eau. By Nagillum

     

    Par contre, une légende indienne d’Amérique du Nord véhicule une image opposée. Lentix’teux, une divinité mi-homme, mi-chien rencontra sur sa route des animaux sauvages à qui elle inculque qu’il ne faut pas nuire aux hommes.
    Elle devait rencontrer l’ours mais celui-ci ne se montra pas. C’est pourquoi, selon le mythe, l’ours serait l’ennemi le plus dangereux de l’homme.

     

     L’habitat de l’ours brun

     

    Ursus arctos parvint à occuper la majorité de l’Europe, du nord de l’Asie jusqu’au sud du centre du Mexique. Lorsque le détroit de Béring forma un pont, il occupa la moitié de la partie ouest de l’Amérique du Nord.
    Mais, depuis l’ours brun a été repoussé hors du Mexique et hors de la plupart des 48 états limitrophes des Etats-Unis.

     

    Grizzli en Alaska

    Ursus arctos horribilis. Un grizzli photographié en Alaska. By B Mully

     

    Il n’occupe aujourd’hui que 1% de son territoire originel. Une population d’individus est regroupée le long de la frontière entre le Canada et les Etats-Unis ainsi que dans le parc national de Yellowstone. En Amérique du Nord, son domaine se réduit à l’Alaska, au Yukon, à la Colombie-Britannique et à l’Alberta.

     

    Ours brun

    Pause détente pour cet ours brun protégé dans une réserve. By Tambako The Jaguar

     

    L’ours brun d’Europe (Ursus arctos arctos) est présent de la Scandinavie aux confins de la Sibérie, en passant par les Pyrénées et l’ex-Yougoslavie. Le dernier ours des Alpes françaises a été capturé en 1937 à Villard-de-Lans dans le Vercors.

     

    Ours brun

    Ours brun d’Europe (Ursus arctos arctos). By Poplinre . Licence

     

    Le Japon bénéficie de la présence de plus de 3 000 ours bruns vivant principalement dans l’île d’Hokkaido.

    L’île Kodiak en Alaska abrite l’ours qui a pris le même nom. L’ours Kodiak est plus puissant que le grizzli. Il peut peser jusqu'à 680 kg.

     

     Portrait de l'ours brun

    Tous les ours se distinguent par leur corps massif, leur queue courte et leur marche plantigrade. Ils possèdent cinq doigts à chaque membre, tous pourvus de griffes puissantes et non rétractiles.

     

    Ours kodiak

    Ours kodiak . By Eric Ncindy24

     

    Leur denture est adaptée à leur régime omnivore. Ils varient beaucoup de taille. Le poids peut varier de 70 kg à peine à près de 700 Kg.
    Le plus petit ours brun se rencontre en Europe et le plus imposant dans l’île Kodiak en Alaska.
    En station bipède, le Kodiak peut atteindre 3,40 m de haut. Le grizzli a un poids maximum très proche de l'ours Kodiak mais il est moins grand. Il atteint quand même la taille de 2,50 m en station bipède.

     

    Grizzli

    Grizzli. By Peter.mcdonald

     

    Comme tous les ours, l’ours brun aime la solitude. Chacun son domaine, telle est sa devise. C’est un adepte de la tranquillité qui choisit son territoire en fonction du couvert forestier et de la nourriture qu’il recèle.

    Craintifs, ils évitent les hommes, comme dans les Pyrénées où pour ne pas être dérangés dans leurs déplacements, ils ont adopté des mœurs nocturnes.

    Il creuse une petite caverne ou piétine simplement la végétation pour se faire un petit nid douillet. C’est un grand dormeur.

     

    Ours brun

    Droit dans les yeux d'un ours brun. By Tambako The Jaguar

     

    Les rares rassemblements d’ours ont lieu dans les endroits où la nourriture est abondante, comme sur les rives des torrents d’Amérique du Nord où ils viennent pêcher le saumon l’été.

     

    Ours brun qui peche le saumon

    Ours brun qui pêche le saumon en Alaska. By Marshmallow

     

    Lorsqu’ils sont ensemble, les ours bruns s’évitent. Ils semblent respecter un certain ordre hiérarchique qui consiste surtout à respecter le plus fort.
    Ils ne cherchent pas à communiquer avec leurs congénères. Leur visage est d’ailleurs peu expressif, probablement à cause de leur mauvaise vue.

     

     L’alimentation des ours bruns

    Alors que la plupart des carnassiers ont limité leur alimentation à des proies fraîches, toutes les espèces d’ours à part le Grand Panda se sont adaptés progressivement à un régime omnivore : herbes, noix, baies, poissons, insectes, charognes et mammifères.

     

    Ours brun qui pèche le saumon

    Les saumons constituent un vrai festin pour les ours bruns en Alaska. Licence

     

    Opportunistes avant tout, les ours bruns saisissent toutes les occasions. Les grizzlis qui résident dans les parcs nationaux sont responsables de nombreux larcins. Outre le fait qu’ils pillent les poubelles, ils s’introduisent dans les chalets pour piller les placards ou arrachent les portières des voitures pour inspecter l’intérieur à la recherche de friandises.

    A part ces hauts faits qu’on leur pardonne volontiers, les végétaux, surtout les racines et les fruits, représentent 70 à 80% de leur nourriture.

     

    Ours brun

    Le menu de l'ours brun est constitué à près de 80 % de fruits et de végétaux. By Marshmallow

     

    Un ours brun consomme en moyenne entre 10 et 20 kg de nourriture.
    L’ours brun ne dédaigne pas pour autant la viande. Avec ses griffes, il déloge dans les terriers les petits mammifères. Mais, sa puissance lui permet également de chasser les grands cervidés comme le caribou.

     

     L’hibernation

    L’ours emmagasine des réserves de graisse avant l’hiver. Il peut prendre alors jusqu’à 14 kg par semaine. Il faut dire qu’il est prévoyant car il peut perdre jusqu’à 200 kg selon son poids initial au cours de son hivernage.

    Une fois installé dans sa tanière, ses intestins vidés, il ne sortira ni pour boire, déféquer ou uriner.
    Il n’hiberne pas à proprement parler. La température de son corps ne chute pas à moins de 5°C de la normale. Il se réveille souvent au cours de l’hivernage.
    Mais, il n’hiberne que quand la nature ne lui offre plus suffisamment de nourriture. C’est pourquoi, dans les pays au climat plus clément, il ne se retire pas du tout dans sa retraite.

     

    Ours brun

    Ursus arctos. Licence

     

    Le sommeil de l’ours brun est fréquemment entrecoupé de réveils. Si la température se radoucit, il peut se lever pour trouver de quoi se nourrir.
    C’est dans cette période qu’il commet le plus de dégâts dans les fermes. Affaibli, il ne peut chasser et se rabat donc sur des proies plus faciles.

     

     La reproduction

    L’ourse met bas l’hiver, blottie dans sa tanière. Mère et petits ne pointeront leur museau dehors qu’aux premiers jours du printemps.
    Du printemps jusqu’à la fin de l’été, les mâles errent sur les territoires occupés par les femelles.

    Les ourses en chaleur se font rares car leur cycle de réceptivité n’est pas annuel. Il faut parfois qu’elles attendent trois ans pour être à nouveau fécondes.

     

    Oursons

    Deux nouveau-nés. Les oursons naissent aveugles. Licence

     

    L’œuf ne s’implante pas immédiatement dans la paroi de l’utérus. Il reste en repos jusqu’à l’automne.

    A ce moment là, la femelle est entrée en hibernation dans sa tanière. Si elle ne dispose pas de suffisamment de graisse pour subsister tout l’hiver, les œufs seront absorbés par l’organisme.

    Si tout se passe bien, elle mettra bas deux mois plus tard. En janvier ou février, naissent ainsi de minuscules embryons. Les petits, au nombre de 2 en moyenne, pèsent moins de 400 grammes. Ils sont aveugles et sourds.

     

    Famille d'ours bruns

    Famille d'ours bruns . Licence

     

    Au bout de 3 à 4 mois, ils pèsent quelques kilos grâce au lait très nutritif et sont recouverts d’une épaisse fourrure.

    Les ours bruns commettent souvent des infanticides. En éliminant les oursons, le mâle se prémunit de futurs rivaux pour la reproduction et rend la femelle rapidement réceptive.

    Les jeunes sont très vulnérables et meurent souvent de froid avant leur première année. Pour la mère, c’est une surveillance de tous les instants et elle est prête à risquer sa vie pour protéger ses petits.

     

    Ourson brun

    Les jeunes ours sont très joueurs. Licence

     

    Au cours de leurs deux premières années, les jeunes apprennent à chasser et à survivre. Ils peuvent ensuite quitter le cocon familial.

    En liberté, un ours vit en moyenne 20 ans et en captivité 40 ans.

     

     La tradition inhumaine des Ours "dansants"

    Le samedi 5 juin 2004, la Fondation Brigitte Bardot et l'Association autrichienne Vier Pfoten, ont inauguré l'une des plus grande structure d'accueil pour ours en Europe.
    Les techniques de dressage des ours qui participaient à de nombreux spectacles dans les pays slaves étaient particulièrement cruelles.

    Face à un véritable concentré de souffrance, l’animal n’avait plus d’autres possibilités que se soumettre à son dresseur et exécuter les tours demandés.


    Classification: Animalia. Mammalia. Carnivora. Ursidae. Ursus

    V.Battaglia (11.2004) M.à.J 06.2008

    La famille des Ursidés comprend :

    • L’ours brun (Ursus arctos)
    • L’ours noir (Ursus americanus)
    • L’ours polaire (Ursus maritimus)
    • L’ours à collier ou ours de l'Himalaya (Ursus thibetanus)
    • L'ours lippu ou ours à grandes lèvres (Melursus ursinus)
    • L’ours malais ou ours des cocotiers (Helarctos malayanus)
    • L’ours à lunettes ou ours des Andes (Tremarctos ornatus)
    • Le panda géant ou Grand Panda (Ailuropoda melanoleuca)

     

     

    Mammifères:  Ours brun

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les ours

     

    Le groupe des ours ne comprend que 8 espèces reparties en 5 genres. Bien que la famille des Ursidae (Ursidés) ne soit pas très diversifiée, les ours sont répandus sur tous les continents et tiennent une place prépondérante dans les différentes cultures.

    Les ours sont apparus il y a 20 à 25 Ma, en Eurasie. L’ancêtre de l’ours avait la taille d’un raton-laveur. Aujourd’hui, la plupart des Ursidés sont de grande taille.

     

    Répartition géographique des ours

    Les ours ont colonisé tous les continents sauf l’Australie et l’Antarctique. Cependant, ils sont surtout nombreux dans tout l’hémisphère Nord, Europe, Amérique et Asie,  bien que l’on en trouve également sous les tropiques.

     

    Ours brun

    Ours brun (Ursus arctos). © Emme Interactive

     

    L’aire de distribution de chaque espèce a été beaucoup réduite depuis 200 ans à cause de la persécution de l’homme et de la destruction des habitats.
    Par exemple, on trouvait encore des ours bruns en Afrique du Nord jusque vers 1800.

    Aujourd’hui, à part l’ours noir d’Amérique et l’ours brun (certaines sous-espèces), tous les Ursidés sont en danger.

     

    Ourson noir

    Ourson noir (Ursus americanus). © Emme Interactive

     

    • L’ours brun (Ursus arctos), appelé Grizzly en Amérique du Nord. Il vit en Europe centrale, Europe du Nord, Afrique du Nord, Amérique du Nord, Asie
    • L’ours noir (Ursus americanus) qui vit également en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada, Mexique)
    • L’ours polaire (Ursus maritimus) qui vit en Arctique
    • L’ours à collier (Ursus thibetanus) qui vit en Asie (Pakistan, Afghanistan, est de l'Himalaya, nord du Vietnam, sud de la Chine, Thaïlande)
    • L'ours lippu (Melursus ursinus) ou ours paresseux, ours de miel, ours jongleur, ours à longues lèvres qui vit en Inde, au Sri Lanka, au Bangladesh, au Népal et au Bhutan
    • L’ours malais ou ours des cocotiers (Helarctos malayanus) est le plus petit ursidé avec un poids maximum de 65 kg. Il vit en Asie: Est de l'Himalaya, Province de Szechuan en Chine, Indochine, Malaisie
    • L’ours à lunettes (Tremarctos ornatus) qui vit en Amérique du Sud. Sa fourrure est généralement noire mais peut être brune ou grise comme sur la photo ci-dessous
    • Le panda géant ou Grand Panda (Ailuropoda melanoleuca) qui vit en Chine 

     

    Habitat

    Les ours se sont adaptés à pratiquement tous les habitats, de la toundra arctique et les banquises polaires  aux forêts, aux montagnes, aux prairies, et aux déserts tropicaux et tempérés.
    Les points d’eau sont indispensables à leur survie.

     

    Ours polaire

    Ours polaire (Ursus maritimus). By Lady AnnDerground (CC BY-SA 3.0)

     

    A part le panda qui ne vit que dans les forêts montagneuses de bambous, les ours sont capables de changer de biotope, passant de la forêt à la prairie en passant par des zones plus arides.

     

    Taxonomie

    Les Ursidés sont apparentés aux canidés et aux pinnipèdes.  Après de nombreuses controverses, le grand panda a été inclus dans cette famille.

    Panda

    Grand Panda (Ailuropoda melanoleuca). By Jeff Kubina (Site de l'auteur). (CC BY-SA 3.0)

     

    Concernant le petit panda ou panda roux (Ailurus fulgens), les analyses ADN ont démontré qu’il n’était pas un parent proche des ours mais plutôt des Mustélidés (blaireaux, moufettes).

    Petit panda

    Panda roux ou petit panda. By Anirban Biswas . (CC BY-SA 3.0)

     

    Après de nombreux débats, il a été classé dans une famille à part, Ailuridae, dont il est le seul représentant.

     

    Portrait des ours

    La plus petite espèce est l’ours malais dont le poids n’excède pas 65 kg et la plus grande est l’ours polaire qui peut atteindre 800 kg.

    Les mâles sont toujours plus grands que les femelles, pouvant peser jusqu’à deux fois plus lourds.

     

    Ours malais

    Ours malais ou ours des cocotiers (Helarctos malayanus). By poplinre . (CC BY-SA 3.0)

     

    Le corps est trapu et musculeux. Leurs grosses pattes et leur crâne massif témoignent de leur puissance.
    Le grand museau montre que l’odorat est très fin. Les yeux et les oreilles sont relativement petits car la vue et l’ouie sont moins importantes. Cependant, l’ouie est assez fine tandis que la vue est médiocre, surtout de loin.
    Des études ont démontré que l’ours noir américain pouvait discerner les couleurs.

    La queue est toujours très courte.

     

    Grizzli

    Grizzli. By Chris Willis . (CC BY-SA 3.0)

     

    La couleur du pelage est très variable selon les espèces mais également les sous-espèces. Elle varie également au sein d’une même population. Le pelage peut être  noir, beige, blanc, roux.
    L’ours noir d’Amérique n’est pas toujours noir. Son pelage est très variable selon les régions : noir, brun, bleuâtre ou même blanc pur.

     

    Ours noir

    L'ours noir n'a pas toujours le pelage noir. By poplinre . (CC BY-SA 3.0)

     

    Les canines sont aiguisées. Incisives et molaires servent à broyer les aliments.

    Toutes les espèces d’ours possèdent cinq griffes incurvées et non rétractiles aux pattes avant et arrière. Celles des membres antérieures sont particulièrement longues.
    Elles permettent d’arracher les feuilles, les fruits, de creuser, de déchirer une proie ou de grimper aux arbres selon les espèces.

     

    Ours kodiak

    L'impressionnant ours Kodiak. By Eric Ncindy 24. (CC BY-SA 3.0)

     

    Les pattes postérieures sont plantigrades c’est-à-dire que les coussinets sont placés à plat sur le sol.

    Le grand panda possède une particularité aux pattes antérieures. Elles sont munies d’un sixième doigt ou « faux pouce ». C’est en fait un petit os du carpe très développé, le sésamoïde radial. 
    Il lui permet de tenir une tige de bambou dans sa patte.

     

    Reproduction

    Les ours sont des animaux solitaires. Mâles et femelles ne se côtoient qu’au moment de la reproduction.
    Les mâles deviennent agressifs pendant le rut et peuvent s’infliger des blessures mortelles.

    Un mâle reste à proximité d’une femelle réceptive pendant quelques jours à une semaine. Il s’accouple le plus souvent possible avec elle afin d’être sûr de l’avoir fécondée.

     

    Grizzlis

    Des grizzlis. By B Mully . (CC BY-SA 3.0)

     

    Après l’accouplement, l’œuf ne s’implante pas immédiatement dans la paroi de l’utérus. Il reste en repos jusqu’à l’automne, avant de se fixer dans l’utérus de la femelle.
    Si la femelle ne dispose pas de suffisamment de réserves de graisse pour subvenir à ses besoins, les œufs seront tout simplement absorbés par l’organisme.

    La femelle met au monde 1 à 4 oursons, habituellement deux, à des intervalles de 1 à 4 ans.

     

    Ours brun et ses oursons

    Femelle ours brun et ses oursons. © Emme Interactive

     

    La durée de gestation varie de 95 à 266 jours avec une implantation  retardée de 45 à 120 jours.
    Dans les régions froides, la période de gestation coïncide avec l’hibernation.

    Concernant l’ours malais, la reproduction peut avoir lieu toute l’année.

    Les oursons naissent sourds et aveugles et n’ont comme protection qu’un très fin duvet. Leur poids varie de 90 grammes pour le grand panda à 680 grammes pour les plus grandes sous-espèces de l’ours brun.
    Ils se développent très rapidement grâce au lait maternel très riche. Les oursons de l’ours polaire pèsent déjà de 10 à 15 kg vers 4 mois alors qu’ils ne pèsent que 600 grammes à la naissance.

     

    Ours polaire

    Ourson blanc sur le dos de sa mère. By Just Being Myself . (CC BY-SA 3.0)

     

    Les oursons restent près de leur mère pendant  18 à 24 mois en moyenne et jusqu’à 3 ans.

    La maturité sexuelle se produit entre 3 et 6,5 ans. Elle est plus tardive chez les mâles. Mais les ours continuent à grandir. Un mâle peut continuer sa croissance jusqu’à 10 ou 11 ans tandis que la femelle atteint sa taille adulte vers 5 ans.

     

    Longévité des ours

    Le plus fort taux de mortalité intervient dans la première année. 10% à 30% des oursons polaires meurent de froid avant un an.
    Une étude menée dans le parc de Yellowstone a montré qu’un ourson sur deux ne passait pas le cap de la première année.

     

    Ours lippu

    Ours lippu ou ours à grandes lèvres (Melursus ursinus). © Emme Interactive

     

    L’infanticide est un phénomène courant chez les ours. La femelle est prête à tout pour défendre ses petits des mâles adultes.

    En liberté, les ours vivent 20 à 25 ans maximum. En captivité, ils peuvent vivre jusqu’à 50 ans et même davantage.

     

    Mode de vie

    Généralement, les ours sont solitaires. Ils sont le plus souvent nocturnes ou crépusculaires mais peuvent être également actifs le jour. C’est notamment le cas pour l’ours polaire qui est diurne.

    On ne sait qu’assez peu de choses sur la communication des ours qui semble assez réduite. Le registre vocal comporte le grognement, le cri aigu, le gémissement et le « soufflement ».

     

    Ours brun

    Ours brun. © Emme Interactive

     

    Habituellement, l’ours marche lentement sur ses quatre pattes. Cependant, en cas de danger, il peut fournir des accélérations impressionnantes.
    L’ours brun peut atteindre des pointes de 55 km/h.

     

    Ours brun

    Ursus arctos. © Emme Interactive

     

    Sous les latitudes les plus froides, les ours s’isolent dans leur tanière pour leur sommeil hivernal.
    Cette période d’inactivité n’est pas considérée comme une vraie hibernation  par la plupart des spécialistes car la température interne du corps ne chute que d’un ou deux degrés environ.
    Par contre, le rythme cardiaque ralenti considérablement, jusqu’à la moitié du rythme normal.

     

    Alimentation

    Les ours sont omnivores et opportunistes. Leur alimentation varie en fonction de la saison et de l’habitat.
    Ce sont les plus végétariens des carnivores à part l’ours polaire qui est un carnivore strict.

    L’ours brun peut se nourrir de fruits ou de larves d’insectes pendant la belle saison ou manger exclusivement du saumon lors de leur migration en Alaska.
    Ils peuvent également s’attaquer à des mammifères.

     

    Ours brun qui peche du saumon

    Ours brun qui se régale de saumons. © Emme Interactive

     

    La plupart des espèces ont un menu qui comporte majoritairement des fruits et des larves d’insectes. Ce menu est complété par des vertébrés, du poisson, des tubercules, des végétaux, des graines, du miel, des œufs et des charognes.

    Le grand panda est célèbre pour son mode d’alimentation qui comprend essentiellement des tiges de bambous. Mais, lui aussi, inclut dans ses repas des petits vertébrés, des insectes ou des charognes.

     

    Panda geant

    Panda géant en plein repas. By Db King . (CC BY-SA 3.0)

     

    L’ours polaire est surtout carnivore. Ses menus se composent de poissons, de petits mammifères, de phoques, d’oiseaux et de leurs œufs.
    Ils apprécient également les carcasses de baleines ou de tout autre grand mammifère marin.

    L’ours joue un rôle non négligeable dans l’écosystème. Il régule les populations d’herbivores. Ils dispersent graines et fruits qu’ils mangent.

     

    Protection des ours

    Dans tous les pays, les ours ont été et continuent à être persécutés par les éleveurs qui les accusent de tuer leur bétail.
    Ces méfaits sont très exagérés car comme on l’a vu, l’ours se nourrit surtout de fruits et de larves d’insectes.

    Ours à lunettes

    Ours à lunettes ou ours des Andes (Tremarctos ornatus). By Auburnxc . (CC BY-SA 3.0)

     

    L’ours attaque l’homme quand il se sent menacé. Une femelle qui protège ses petits est particulièrement agressive.

    Un ours n’est pas une peluche et c’est effectivement un animal potentiellement dangereux si on le provoque.
    La cohabitation entre hommes et ours a toujours été problématique mais n'est pas impossible.

    Il suffit que l’homme y mette un peu de bonne volonté et apprenne à connaître cet animal. C’est toujours l’ignorance qui provoque les plus gros dégâts.

     

    Ours a colllier

    Ours à collier ou ours de l'Himalaya (Ursus thibetanus). © Emme Interactive

     

    Vouloir réintroduire des ours dans des zones peuplées est une aberration. L’ours doit être protégé mais pas n’importe comment.
    En France, la réintroduction d’ours dans les Pyrénées a été une véritable catastrophe par manque de préparation et d’information auprès de la population locale.
    Comment peut-on prétendre protéger une espèce en l’introduisant dans un habitat où chasseurs et promeneurs ont un accès libre ?

     

    Ours brun d'Europe

    Ours brun d'Europe. © Emme Interactive

     

    Tous les ours sont en sursis si l’homme ne prend pas ses responsabilités concernant la protection de leur habitat. La plupart des espèces figurent sur la Liste rouge de l’UICN (IUCN en anglais)  et sont classées comme vulnérables.
    Le grand panda est classé en danger.

    Deux sous-espèces d’ours bruns sont en voie d’extinction :

    • Ursus arctos nelsoni (Ours brun du Mexique)
    • Ursus arctos arctos (Ours brun d’Europe)

    Classification: Animalia. Mammalia. Carnivora. Ursidae.

    V.Battaglia (04.06.2008)

     

    Mammifères:  Les Ours

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ouistiti

     

    Parmi tous les singes, le ouistiti est l’un des plus petits et des plus domestiqués au monde. Doté d’un pelage exceptionnellement coloré, ce singe a acquis très tôt une grande popularité. Pourtant, le ouistiti demeure assez mal connu.


    En effet, cet habitant de l’inextricable forêt amazonienne est difficilement observable dans son milieu naturel. Il existe huit espèces de ouistitis, connues à ce jour. Cependant, il est probable que de nouvelles découvertes interviendront au fur et à mesure de l’exploration de l’immensité amazonienne.
    En 1985, le primatologue suisse, Marco Schwartz, a découvert au Brésil, le ouistiti Rio Mauès.

     

    Le ouistiti : un singe du Nouveau Monde

    Les singes du Nouveau Monde, plus précisément ceux vivant en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, se répartissent en deux familles :

    • Les Cebidae : saïmiris, sapajous, singes hurleurs 

    Sapajou capucin ou singe capucin

    Sapajou capucin ou singe capucin (Cebus capucinus) . By g-na

     

     

    • Les Callitrichidae: Genres: Callimico, Callithrix, Leontopithecus, Saguinus. (ouistiti, tamarin-lion, tamarin)

    Tamarin empereur

    Tamarin empereur (Saguinus imperator). By Tim Ellis

     

    Le tamarin de Goeldi (Callimico goeldi) est classé dans un genre à part, Callimico, dont il constitue la seule espèce. En effet, contrairement aux autres ouistitis et tamarins, il possède 36 dents au lieu de 32. Il pèse 400 à 530 g. Ce tamarin vit dans les forêts du Brésil, de Bolivie, du Pérou et de Colombie. Il est à noter que la femelle ne met au monde qu'un seul petit à la fois. De plus, les mâles s'impliquent peu dans l'éducation des petits.

     

    Tamarin de Goeldi

    Tamarin de Goeldi . By Lemai 13

     

    Minuscules singes arboricoles, les Callitrichidae vivent essentiellement en Amérique du Sud. Avec leur fin pelage soyeux, leur longue queue et toute une gamme de touffes, de crêtes, de crinières ou de moustaches, cette famille comporte les singes les plus colorés du monde.

     

    Ouistiti argenté

    Ouistiti argenté (Callithrix argentata). By Lil Butcher

     

    Cette famille présente des caractères extrêmement particuliers qui la distinguent nettement des autres primates :

    • Monogamie
    • Grossesses gémellaires (les petits naissent par deux)
    • Soins prodigués par les pères à leur progéniture
    • Vie en groupes sociaux importants

    Les Callitrichidae se distinguent des Cébidés par la possession de griffes à tous les doigts, sauf au gros orteil, pourvu d’un ongle.

    C’est parmi cette famille que l’on trouve l’un des plus petits singes du monde : le ouistiti mignon (Callithrix pygmaea) qui ne dépasse pas 25 cm pour moins de 150 grammes.

     

    Ouistiti pygmée

    Ouistiti pygmée ou mignon. By Marko K

     

    Le record est tenu par le galago de Demidoff, un prosimien, qui pèse 100 grammes.

     

    Parmi les huit espèces de ouistitis, les plus répandus sont :

    • Le ouistiti à toupet blanc ou ouistiti commun (Callithrix jacchus) qui vit dans le Nord-Est du Brésil
    • Le ouistiti argenté (Callithrix argentata) qui vit en Amazonie brésilienne et bolivienne
    • Le ouistiti de Geoffroy (Callithrix geoffroyi) qui vit dans l’est du Brésil
    • Le ouistiti à tête jaune (Callithrix flaviceps) qui vit dans l’est du Brésil
    • Le ouistiti pygmée (Callithrix pygmaea) également appelé ouistiti mignon ou marmouset qui vit au Pérou, en Equateur et au Brésil 

     

    Les petits vampires de la forêt

     

    Fruits ou petites proies, les puissantes mâchoires des ouistitis s’accommodent de la diversité. La forêt équatoriale leur fournit un aliment de choix : les gommes.
    Petits vampires arboricoles, ils plantent leurs incisives dans les troncs.

    Ce sont les seuls primates à pratiquer régulièrement des incisions dans les arbres gommeux. Leurs incisives développées ont la forme d’une gouge de menuisier : outil courbe, à bout tranchant et creusé d’un canal.
    Les ouistitis plantent leurs incisives dans l’écorce et « gougent » de bas en haut, produisant un trou ovale d’un diamètre de 2 à 3 cm et pouvant aller jusqu’à 15 cm de long.

    Le ouistiti mignon passe jusqu’à 2/3 de son temps d’alimentation à racler les arbres.

     

    Ouistiti

    Le ouistiti possède de puissantes mâchoires. By Joachim S.Müller

     

    Ces sécrétions résineuses sont riches et très appréciées de tous les ouistitis. C’est pourquoi, les différentes espèces n’occupent jamais les mêmes aires forestières et évitent ainsi la concurrence.

    Les ouistitis sont très friands d’insectes. Avec divers fruits tendres, ces deux aliments constituent la base de leur menu.

     

    Tamarin lion doré

    Tamarin lion doré (Leontopithecus rosalia). By Jan Tik

     

    Ils ont une manière particulière de tuer leurs proies. Ils tiennent fermement l’insecte par le cou et percent sa boîte crânienne d’une morsure rapide.
    Cette technique de chasse n’est pas innée mais due à un apprentissage en observant les adultes.

     

    Un singe arboricole

    Souples et légers, les ouistitis bondissent de branche en branche. Contrairement à de nombreux primates arboricoles, ouistitis et tamarins n’ont pas de pouce opposable. De ce fait, ils ne peuvent s’accrocher aux grosses branches.
    Mais grâce à leur faible poids, ils sautillent vers la cime des arbres où ils vont s’agripper aux branches les plus fines à l’aide de leurs quatre pattes griffues.

     

    Ouistiti de Geoffroy

    Ouistiti de Geoffroy. By Brunkford braun

     

    Dans la forêt chaude et humide d’Amazonie, où les cimes des arbres atteignent 10 mètres, toute une végétation intermédiaire se développe.
    C’est là que les ouistitis trouvent l’essentiel de leur nourriture.

     

    Ouistiti

    Le ouistiti est arboricole. By Sarah and Lain

     

    Bien que dépourvus de queue préhensile, les ouistitis comptent parmi les primates les mieux adaptés à la vie arboricole.
    Ils foulent à peine le sol. Les arbres leur servent de site de repos, de garde-manger mais leur fournissent aussi une protection contre les prédateurs.

     

    Des barrières infranchissables

    La forêt amazonienne n’est pas un gigantesque espace uniforme. Elle est traversée de chaînes de montagnes, de forêts sèches et même de terres désertiques.

    Ces habitats sont de piètre qualité pour les ouistitis.

     

    Ouistiti argenté

    Ouistiti argenté (Callithrix argentata). By Rehavish

     

    De même, ils peuvent difficilement traverser les fleuves et en tout cas, détestent l’eau. C’est pourquoi une espèce particulière peut coloniser une berge du fleuve tandis que, sur la rive opposée, vivent des ouistitis d’un tout autre type.

    La diversité des espèces au sein des Callitrichidae et leur répartition discontinue s’expliquent donc entièrement par les transformations du milieu ambiant.

     

    Une vie communautaire

    Ces singes vivent par petits groupes très hiérarchisés, au sein desquels la toilette collective et la protection du territoire constituent des activités sociales rituelles.

    Ces petits groupes familiaux de 12 à 15 individus sont dirigés par un seul couple dominant. En captivité, ils préfèrent pourtant vivre en couple.

     

    Ouistiti pygmée

    Ouistiti pygmée . By Kevin Sanjvanislands

     

    Le mâle plus âgé qui conduit le groupe dispose d’un droit de préséance sur la nourriture. Les mâles adultes et mariés se dirigent en premier vers les insectes ou les fruits. Puis, c’est au tour des épouses après lesquelles les jeunes mâles non mariés peuvent manger, et enfin les femelles non mariées et les juvéniles.

    Les ouistitis marquent leur rang social par des gestes d’intimidation ou un comportement dominateur. Par exemple, les mâles dominants tournent le dos aux autres mâles et lèvent la queue en montrant leurs organes génitaux.
    Les ouistitis mâles ont d’ailleurs un scrotum souvent coloré pour souligner leur « carte de visite ».

     

    Tamarin lion

    Tamarin lion . By Joachim S.Müller

     

    L’épouillage mutuel ou « grooming » est le comportement social le plus évident. Il assure la cohésion entre membres et conforte la hiérarchie. Il limite également l’agressivité des ouistitis.
    Un bon « groomer » est très convoité par les autres membres.

     

    La défense du territoire et la communication

    Le ouistiti est très territorial. Les femelles sont particulièrement agressives à l’encontre des groupes rivaux. La taille du territoire varie selon les espèces : 5 000 m² maximum pour le ouistiti mignon et de 10 à 40 hectares pour les autres ouistitis.

     

    Ouistiti pygmée

    Ouistiti pygmée. Licence

     

    Le marquage du territoire s’effectue en émettant des sécrétions issues de glandes logées dans la gorge et la région génitale.
    Le marquage s’opère notamment lors de l’incision des troncs.

    Une communication orale, à base de cris suprasoniques inaudibles à l’oreille humaine, complète les marques territoriales.

    En cas de rencontre entre groupes rivaux, les ouistitis se lancent dans diverses poursuites et parades.

     

    La reproduction du ouistiti

    Fait unique chez les singes, tous les membres du groupe prennent soin des jumeaux et de leurs parents.
    Le père porte les nouveau-nés sur son dos.

    Seul le couple dominant et monogame peut se reproduire. La femelle met au monde dans 90% des cas des jumeaux.
    Le couple peut s’accoupler toute l’année. La gestation dure cinq mois environ. Les jumeaux, non identiques, naissent deux fois dans l’année.

     

    Bébé ouistiti

    Un bébé ouistiti. By Leo Reynolds

     

    Les petits ont un poids élevé, entre 20 et 25%, de celui de la mère.

    Quand les jeunes atteignent 7 à 10 jours, le père les porte sur son dos jusqu’à l’âge de 6 ou 7 semaines. Les petits tètent leur mère durant 15 à 30 minutes toutes les 2 ou 3 heures. C’est le seul moment où elle prend les petits avec elle.
    Ce sont les autres mâles qui aident au transport, au nourrissage et aux jeux des jumeaux.

     

    Un couple de tamarin empereur

    Un couple de tamarin empereur. By Joachim S.Müller

     

    A partir de 3 semaines, les jeunes commencent à explorer leur environnement. Dès 4 semaines, ils mangent des aliments tendres bien qu’ils ne soient pas encore sevrés.

    Ils atteindront leur taille adulte à 2 ans.

     

    Le ouistiti à toupets blancs ou ouistiti commun

    C’est le singe le plus domestiqué au monde. Chaque année, c’est par milliers qu’on les capture. Ils sont envoyés en Europe, en Amérique du Nord et en Asie.

    Des conventions internationales ont été instaurées pour empêcher ce commerce massif et protéger les espèces.

     

    ouistiti à toupets blancs

    Ouistiti à toupets blancs. By Ennor

     

    Ce ouistiti se reconnaît à ses longues touffes de poils blancs (les toupets) sur les oreilles. Il possède également une flamme blanche sur le front.

    Très actif, il se déplace sur les branches avec une agilité d’écureuil. C’est le plus répandu parmi toutes les espèces.
    Sa vision binoculaire, assez limitée, permet cependant une bonne estimation des distances. Il compense, comme tous les ouistitis, cette insuffisance visuelle en tournant la tête sur les côtés.

     

    Le ouistiti commun n'est pas un animal de compagnie. By Madveggie

     

    Le ouistiti commun est en aucun cas un animal de compagnie malgré le commerce dont il fait l’objet.

    Il mesure de 18 à 20 cm pour un poids de 200 à 300 grammes.

     

    Ouistitis en danger

    Le domaine vital des ouistitis, aussi bien que de toutes les autres espèces vivant dans la forêt amazonienne, ne cesse de se restreindre.

    Ouistitis et tamarins sont fortement menacés par la destruction croissante des forêts. Les petits-singes lions brésiliens sont au seuil de l’extinction, victime du déboisement et du trafic illégal.

     

    Tamarin lion

    Tamarin lion. Licence

     

    D’ailleurs, si le déboisement se poursuit au même rythme, l’Amazonie ne sera plus, dans 50 ans, qu’un immense désert.

    Outre les conséquences catastrophiques pour le climat mondial, la faune, très riche, disparaîtra.

    Actuellement, les ouistitis du Sud et du Sud-Est du Brésil risquent de disparaître rapidement si la destruction du « poumon de la Terre » n’est pas arrêtée.

    V.B (13.10.2005) M.à.J (05.2007

     

    Mammifères:  Ouistiti

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique