•  

    Apparition d’un Ovni

     

    L’aventure du sergent Zamora

     

    Les autorités scientifiques et le pouvoir politique ont toujours affecté le plus grand scepticisme face aux apparitions d’ovnis. Néanmoins, officieusement, de nombreux rapports ont été réalisés.

     

    Ils admettent que certains témoignages sont inexplicables. C’est le cas de celui du sergent Zamora, policier du district de Socorro, au Nouveau-Mexique. Son témoignage est considéré comme l’un des plus sérieux jamais enregistré sur l’apparition d’un ovni.

     

    Un ovni dans le ciel

     

    Socorro, dans l’Etat du Nouveau-Mexique, Etats-Unis, le 24 avril 1964 : le policier Lonnie Zamora patrouille, seul, au volant de sa Pontiac de service.

    On lui signale l’excès de vitesse d’une Chevrolet. Il se lance à sa poursuite et prend la direction de la sortie de la ville.

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

    La ville de Socorro aujourd'hui

     

    Il est environ 17h 45. Lonnie Zamora entend soudain une sorte de hurlement et aperçoit une flamme rouge et orange dans le ciel, à près de 1 Km de son véhicule.

     

    Il sait que dans cette direction, une cabane contient de la dynamite.

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

    Lonnie Zamora en 1964

     

    Il abandonne donc la poursuite de la Chevrolet et se dirige vers l’endroit où la flamme a paru tomber.

     

    Il roule ainsi, sur un chemin défoncé, vers une colline où il lui semble que la flamme s’est éteinte.

     

    Au sommet de la colline, Zamora aperçoit un objet métallique, brillant comme de l’aluminium, qu’il prend pour une épave de voiture.

     

    Près de cet objet, deux humanoïdes, vêtus d’une combinaison blanche. Le policier, qui se trouve à 200 m, les prend pour des étrangers et accélère dans leur direction pour leur porter secours, croyant à un accident.

     

    Schéma des évènements

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

     

    A/ Zamora entame sa poursuite B/ Voyant des flammes, il tourne C/ La voiture a du mal à monter dans le chemin défoncé D/ Il aperçoit l'objet métallique, arrête sa voiture et voit 2 humanoïdes E/ Il marche vers l'objet F/ Effrayé par le hurlement, il s'abrite sur une crête

     

    Un hurlement dans le crépuscule

     

    Comme le policier se rapproche, il se rend enfin compte que l’objet métallique n’est pas du tout ordinaire mais de forme ovale. Il repose sur des sortes de poutrelles métalliques.

     

    Le terrain devient si accidenté que le policier doit quitter son véhicule et continuer à pied. Il prend alors contact avec son quartier général et, par radio, signale qu’il se dirige, vers l’engin inconnu.

     

    À peine est-il sorti de son véhicule qu’il entend à nouveau un grondement et quelques coups. On aurait dit que quelqu’un claquait une porte ou tapait sur du métal avec un marteau.

    Quand les coups cessent, le hurlement s’amplifie.

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

    L'aventure de Zamora, vue par Jacques Lob et Robert Gigi (Les apparitions-OVNI, éditions Dargaud, Paris, 1979)

     

    Lonnie Zamora voit alors l’engin s’élever dans le ciel, comme poussé par une flamme bleue et orange.

     

    Un nuage de poussière accompagne ce mouvement.

     

    Prudent, le policier regagne l’abri de sa voiture. Il a encore le temps de voir la forme ovale se mettre à l’horizontale et s’élever jusqu’au niveau de la voiture.

     

    Les nerfs à vif, effrayé par le hurlement, le policier songe à fuir pour chercher des renforts.

     

    Il jette un dernier regard sur l’engin et aperçoit, sur la surface entièrement lisse, une sorte d’insigne marquée en rouge.

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

    Puis, pris de panique, il court se réfugier derrière le sommet de la colline. Quand le grondement s’atténue, une sorte de grincement le remplace, qui passe du grave à l’aigu pour enfin s’arrêter.

     

    Des trous énigmatiques

     

    Après tout ce vacarme, le silence retombe enfin sur ce paysage semi-désertique. Zamora voit alors l’objet métallique s’élever très haut dans le ciel, obliquer vers les montagnes et disparaître.

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

    (Les apparitions-OVNI, éditions Dargaud, Paris, 1979)

     

    Au même moment, il sursaute car la radio de la Pontiac grésille. C’est le sergent Chavez qui cherche à joindre son collègue.

     

    Zamora lui explique rapidement qu’un incident étrange vient de se produire et en l’attendant dessine ce qu’il a vu.

     

    Il se souvient parfaitement de l’étrange insigne sur la paroi de l’engin : une sorte de flèche rouge dans un cadre rouge.

     

     

    Ufologie:  Apparition d’un Ovni

    Illustration de l'engin observé par le sergent Zamora (Socorro the Zamora Sighting)

     

    Quand Chavez arrive, il comprend que Zamora n’est pas dans son état normal : »Que se passe-t-il Lonnie ? Tu en fais une tête ! Tu es tout blanc ! On dirait que tu as vu le diable… »

     

    « C’est que je l’ai peut-être vu ! », répond le policier, encore sous le choc de l’émotion.

     

    Il montre à son collègue l’endroit où se trouvait l’engin. Quelques broussailles encore fumantes achèvent de s’y consumer.

     

    Sur le sol, des marques sont visibles.

     

    Les enquêteurs officiels dépêchés sur les lieux relèveront quatre « trous » identiques et quatre marques de feu.

     

    La position des trous est asymétrique ; pourtant leur inspection révèlera qu’ils devaient assurer une stabilité parfaite à la structure qu’ils supportaient.

     

    La pression nécessaire pour faire de tels trous a été estimée à plus d’une tonne par emplacement : beaucoup trop pour que Lonnie Zamora ait pu les faire lui-même.

     

    Un examen minutieux montrera, en outre, que la flamme vue par le policier était bien au centre de l’engin, lequel devait avoir une forme circulaire.

     

    Ordinairement, les autorités américaines refusent de prendre en compte les observations d’ovnis rapportées par un seul témoin.

     

    Le cas de Lonnie Zamora est une exception à cette règle. En effet, son témoignage a été jugé suffisamment crédible pour déclencher une enquête en profondeur.

     

    Son témoignage est d’ailleurs toujours considéré aujourd’hui comme l’un des plus solides en faveur de l’existence d’ovnis.

     

    V.Battaglia (17.04.2006)

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Men in Black

     

    Qui sont les hommes en noirs ?

     

    Parmi les témoignages liés à l’ufologie, on ne recense pas que des observations d’ovnis. Il y a également de sinistres hommes en noir, les fameux "Men in Black" qui se manifestent un peu partout dans le monde. Ces apparitions sont plutôt déroutantes car les témoins décrivent des Cadillac démodées, des pantalons noirs bien repassés, le tout dans une ambiance digne des meilleurs films noirs américains.

     

    Le témoignage d’Albert Bender

     

    Cet homme était le directeur de l’international Flying Saucer Bureau (Bureau international des ovnis).

    Il s’agissait d’un groupe amateur américain de recherches sur les ovnis, association fondée en 1952.

     

    Selon lui, il aurait fait une découverte capitale sur la vraie nature des ovnis. Il s’apprêtait à publier sa découverte dans son magazine Space Review.

    Il était allongé dans sa chambre quand il vit trois hommes dans la pièce. Ils étaient habillés en noir et portaient des chapeaux démodés.

     

    « Les yeux des trois hommes se mirent soudain à s’illuminer, comme des ampoules électriques, et les trois visages firent de même.

    Alors, ils convergèrent tous vers moi. La douleur au-dessus de mes yeux devint presque insupportable. Ils semblaient brûler de l’intérieur. Ce fut à ce moment là que je sentis qu’ils m’adressaient un message par voie télépathique. »

     

    C’est ainsi que Bender décrivit sa rencontre avec ces mystérieux hommes en noir.

     

    Ufologie:  Men in Black

    Albert Bender

     

    Ces visiteurs ont alors confirmé à Bender que ses spéculations sur la vraie nature des ovnis étaient absolument justes. Il devait faire cesser la publication de son journal et dissoudre son association.

    Il ne devait en tout cas pas révéler quoi que ce soit. De fait, juste après la publication du numéro d'octobre 1953, les publications s’arrêtèrent, et l'ISBF ferma ses portes sans aucune autre explication.

     

    Cette histoire qui peut sembler rocambolesque n’a été connue que bien des années plus tard. En 1963, Bender raconta son histoire dans un livre intitulé "les soucoupes volantes et les trois hommes en noir." Le livre ne fournit que peu d’informations et dans l’ensemble est très décevant. Bender y raconte une histoire de bases extra-terrestres dans l'Antarctique. C'était apparemment la vérité que Bender n'avait pas osé communiquer plus tôt. Bender a également fourni des schémas des soucoupes qu'il aurait vus.

     

    Certains pourront penser que Bender a trop rêvé d’ovnis et a fini par en voir. D’autres pourraient penser qu’il s’agit d’une opération publicitaire. On a aussi émis l'hypothèse que son histoire de visiteurs mystérieux et cette mise en garde n’étaient que des alibis pour fermer une association qui perdait de l'argent.

     

    L'hypothèse est peu plausible car le journal de Bunder était tiré à peu d'exemplaires et sa fermeture n'a pas créé la Une.

     

    En fait, si on est objectif, il est vrai que Bunder n'a aucunement profité de cette histoire. Il a tout simplement disparu de la circulation et vit quelque part, de manière anonyme, aux Etats-Unis.

     

    Cependant, ce qui étrange, c’est que cette histoire n’est pas la seule du genre.

     

    Apparitions des Men in Black dans le monde

     

    Il y a, apparemment, de nombreuses personnes qui ont été contactées par des hommes en noirs, dans des pays aussi différents que les Etats-Unis, l’Italie, la Suède, la Grande-Bretagne ou le Mexique.

     

    De nombreux détails de ces récits correspondent à la description donnée par Bender. D’autres, ne correspondent pas du tout. De nombreux témoignages ont bien sûr étaient éliminés car provenant de personnes peu sérieuses ou un peu "dérangées".

     

    En fait, ces visites mystérieuses sont plutôt inquiétantes dans la mesure où on ne sait pas s’il s’agit de la vérité, d’une hallucination ou de canulars.

     

    Les témoignages classiques font état d’un scénario immuable. Peu de temps après avoir vu un ovni, le témoin reçoit la visite d’un enquêteur.

    Cette visite intervient très peu de temps après l’observation d’ovni, si rapidement que ni les autorités, ni la presse ne sont encore au courant.

     

    En général, l’enquêteur n’est pas seul. Trois est le chiffre le plus souvent avancé. Ces enquêteurs agissent comme de vrais policiers et sont déjà au courant d’une incroyable quantité de détails : nom de la personne, circonstances de l’observation de l’ovni, témoins présents …

     

    Les hommes arrivent toujours dans une Cadillac noire d’un modèle périmé bien que la voiture paraisse neuve.

    Quand le témoin a noté le numéro d’immatriculation, il s’avère faux.

     

    Les visiteurs sont presque toujours des hommes et sont habillés de noir des pieds à la tête sauf pour la chemise d’un blanc immaculé.

     

    Description des hommes en noir

     

    Le visage est décrit comme « étranger » avec un vague air oriental. Leur peau est plutôt mate. Certaines ombres sur le visage sont étranges et ressemblent à du maquillage.

    Ils ne sourient jamais et sont plutôt inexpressifs. Même leurs mouvements sont raides. Leur attitude est froide sans être hostile.

     

    Certains se présentent en uniforme de l’US Air Force ou d’autres corps d’Etat et ils exhibent des cartes officielles. Les noms, après vérification, sont faux.

     

    Le contact s’avère être une mise en garde.

     

    Ufologie:  Men in Black

     

    Selon les témoins, les dialogues sont dans le pur style des films policiers américains des années 60. Le style est onctueux mais plein de menaces.

     

    La visite se termine toujours par une mise en garde, celle de ne rien révéler. Puis, ils disparaissent comme ils sont arrivés.

     

    Réalité ou Canular ?

     

    Quel serait le but de ces visites d’intimidation ? Existe-t-il un réel mystère autour de ces hommes en noir ou ne s’agit-il que d’affabulations ?

     

    Certains ont avancé l’hypothèse que ces hommes n’étaient pas « humains ». D’autres qu’il s’agirait d’une mise en scène des autorités pour intimider les témoins.

     

    Si des extraterrestres sont parmi nous, nous ne pouvons pas dire qu’ils se montrent très discrets. Sans faire de mauvaise ironie, le mieux quand on ne veut pas se faire connaître, est de ne pas se montrer.

     

    S’il s’agit d’une mise en scène d’intimidation, on n’en voit pas très bien le but. Les observations d’ovnis sont devenues monnaie courante. En fait, je pense que même si on nous mettait une soucoupe volante sous le nez, nous sommes devenus tellement sceptiques, que nous spéculerions sûrement sur la réalité de l’apparition.

     

    Et puis, pourquoi des Cadillac démodées et des tenues tout droit sorties d’une série B qui restent immuables malgré le temps qui passe ? Des témoignages récents pourraient s’inspirer des déclarations plus anciennes. Par contre, les premiers témoignages, provenant de pays différents, étaient identiques. Ces gens là se sont-ils également inspirés des déclarations de Bunder ?

     

    Cette histoire est troublante du fait même qu’elle ne semble avoir aucun sens, ni aucun objectif particulier.

     

    V.Battaglia (1.05.2006)

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Des objets sous-marins non identifiés

     

    Nous connaissons bien les objets volants non identifiés ou ovnis. De nombreuses observations ont été faites depuis la nuit des temps.

    Par contre, nous parlons beaucoup moins d’engins sous-marins mystérieux que nous pourrions baptiser OSNIS.

    Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les forces navales du monde entier ont fréquemment relevé la présence d’engins sous-marins dont les performances sont bien supérieures à tout ce qu’elles possèdent elles-mêmes.

    Ces engins non identifiés semblent se cantonner dans des lieux particuliers de la planète, dont notamment les eaux scandinaves et la côte est de l’Amérique du Sud.

     

    Performances des osnis

    Tout d’abord, il faut préciser que de nombreux engins n’ont rien de mystérieux. Les grandes puissances passent leur temps à s’espionner et beaucoup d’osnis ne sont sans doute que des sous-marins soviétiques ou américains.

     

    Par contre, certains témoignages sont vraiment troublants. Effectivement, certaines performances et certains comportements de ces osnis excèdent largement ceux des marines traditionnelles.

    Nous retrouvons donc le même cas de figure entre les performances de notre flotte aérienne et celles de certains ovnis.

     

    Au début de 1985, la France lança le Nautile, sous-marin de recherche capable de descendre à 6 000 m et possédant des vitesses de montée et de descente élevées (1 m/s).

    Il s’agit d’un sous-marin de poche qui participe à de multiples campagnes françaises et internationales d’exploration des grands fonds sous-marins.

     

    Ufologie:  Des objets sous-marins non identifiés

    Le Nautile en 2008. By Bjørn som tegner

     

    Le premier sous-marin nucléaire d’attaque français, le Rubis, a été lancé en 1979. Long de 73,6 m, large de 7,6 m, il déplace 2 400 t en surface et progresse en plongée à la vitesse de 25 nœuds (46 km/h). Son immersion maximum est de 300 m.

     

    L'immersion maximale des sous-marins militaires actuels est de 400 m.

     

    L’un des records de plongée pour un sous-marin normal est de 1 900 mètres. Les sous-marins de poche, comme le Nautile, descendent beaucoup plus bas. L'immersion maximale du Nautile est de 6000 m. Le Mir, un sous-marin de poche russe, descend à la même profondeur.

     

    Ufologie:  Des objets sous-marins non identifiés

    Classe Rubis . Le sous-marin nucléaire d'attaque Saphir . By Jean-Michel Roche

     

    On peut constater que les osnis ont des performances très supérieures. Par exemple, pendant les manœuvres en Atlantique Nord de 1963, le porte-avions américain Wasp et douze autres vaisseaux détectèrent un engin énorme voyageant sous l’eau à 150 nœuds (280 km/h).

     

    Il les accompagna quatre jours, manœuvrant au milieu d’eux et plongeant parfois à des profondeurs de 8 000 mètres. A cette époque, aucun submersible ne pouvait descendre à une telle profondeur et aller aussi vite ; c’est d’ailleurs toujours valable aujourd’hui malgré les progrès technologiques.

     

    Quelques exemples d’objets sous-marins non identifiés

     

    En 1978, il y eut une vague d’osnis en Italie. Plus de 500 rapports furent recueillis. Le long des côtes de l’Adriatique, la liste des phénomènes inexpliqués comprenait des colonnes d’eau s’élevant à 30 m par mer calme, des lumières rouges et blanches suivant les bateaux de pêche la nuit, des osnis sur ou sous la surface de l’eau, émergeant et plongeant en produisant des interférences électriques sur les radars, radios et télévisions.

     

    Les pêcheurs finirent par exiger une protection militaire pour sortir en mer.

     

    Le 1er août 1962, à 23 heures, trois pêcheurs français du port de Brusc, en Méditerranée, virent un long engin métallique qui se déplaçait à la surface de l’eau.

    Ils pensèrent que c’était un sous-marin. Puis, l’eau se mit à bouillonner autour de l’engin et une douzaine d’hommes-grenouilles émergèrent.

    Les pêcheurs les interpellèrent mais aucun ne répondit puis le dernier se tourna vers eux et les salua. Jusque là, rien d’extraordinaire.

    Seulement les pêcheurs ahuris virent l’engin s’élever, des lumières clignotèrent et l’étrange sous-marin accéléra pour ne plus devenir qu’un point lumineux dans le ciel.

     

    Ufologie:  Des objets sous-marins non identifiés

    Reconstitution illustrée d'après les témoignages des pêcheurs français

     

    De telles activités ont été relevées un peu partout. Si l’on trie tous les rapports et que l’on retire les erreurs et les canulars, il reste des phénomènes inexpliqués.

     

    En avril 1967, deux jeunes danois virent un engin lâcher plusieurs objets dans le Kattegat, à 80 km au nord-est de Copenhague. Ceux que l’on récupéra se révélèrent, à l’analyse, composés de chaux et de « charbon non organique » mélangés à une matière totalement inconnue.

     

    Il est bien sûr impossible de citer tous les rapports. Par contre, il semble que de nombreux gouvernements ont porté un vif intérêt à toutes ces activités sous-marines. Ce qu’ils ont appris du matériel repêché depuis 60 ans demeure inconnu.

     

    D’où viennent ces osnis ?

    Autant préciser tout de suite qu’il n’existe aucune théorie scientifique à tous ces phénomènes. Par objectivité, je cite les thèses de quelques ufologues, que personnellement, je ne trouve pas très convaincantes. Mais, je vous laisse juge.

     

    En 1970, Ivan T. Sanderson, biologiste et fondateur de la Société pour l’investigation de l’inexpliqué, a publié un livre sur les « Résidents Invisibles ». Il y expose quelques cas analogues à ceux qui sont cités dans ce dossier.

     

    Il suggère que, sous les océans, vit une race plus vieille que l’humanité. En avance sur le genre humain, ils ont développé une technologie qui leur permet des exploits comme les voyages interstellaires.

    Pour l’auteur, les ovnis sont également leur création. Cette « race » dériverait des formes de vie qui ne quittèrent pas la mer pour évoluer.

     

    De son côté, l’ufologue John Keel avance « qu’une force aéronavale clandestine opère sur cette planète ». Il suppose que ces bases sous-marines se situent près du cercle polaire.

     

    D’autres ufologues sont persuadés que des engins venus d’autres mondes ont établi des bases sous-marines sur Terre.

     

    Une chose est certaine, les mers et océans sont encore un monde inconnu et nul ne sait vraiment ce qui se cache dans les plus grandes profondeurs.

     

    V.Battaglia (09.06.2006)

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Des objets étranges venus de l’espace

     

    Les pluies d'Animaux

     

    Nous connaissons bien le phénomène des pluies de météorites. Mais, bien d’autres objets étranges venant de l’espace, tombent sur la Terre et notamment des pluies d'animaux qui continuent toujours actuellement.

    Les témoignages sur ces phénomènes surprenants s’accumulent. Le ciel et l’espace recèlent de nombreux mystères et anomalies que nous ne sommes pas toujours en mesure d’expliquer.

     

    De la grêle sucrée

    En 1893, des averses s’abattirent sur la ville de Peshawar (Pakistan actuel). Ces précipitations étaient courantes pendant la période de la mousson. Cependant, cette pluie était dans ce cas accompagnée d’étranges chutes de grêle.

    La coutume dans les pays chauds veut que l’on ramasse les grêlons pour les sucer. C’est ce que firent les habitants. Ils eurent alors la surprise de constater qu’ils étaient sucrés.

    On ignore toujours ce qui a provoqué cette saveur particulière.

     

    Ufologie:  Les pluies d'Animaux

    Photographie prise avec des filtres polarisants qui montre, vue en coupe, la structure du plus gros grêlon américain connu. Un morceau de glace de 761 grammes qui tomba en 1970

     

    De la neige verte

     

    En 1953, une neige verte phosphorescente tomba près de Dana, en Californie. Certains habitants, curieux, la goûtèrent et lui trouvèrent un goût de kaki pas mûr. Parmi ceux qui la touchèrent, beaucoup eurent des éruptions cutanées et de fortes démangeaisons.

     

    On supposa que peut-être des essais nucléaires dans le Nevada en étaient responsables. Seulement, le vent ce jour-là ne soufflait pas dans le bon sens. L’origine de cette neige verte est donc restée une énigme.

     

    Les fils de la Vierge

     

    Le 8 octobre 1969, de longs filaments qui ressemblaient à des fils de la Vierge s’abattirent sur Saint Louis (États-Unis). La population paniqua, pensant qu’un OVNI se trouvait dans les parages.

     

    Plus de deux siècles auparavant, en 1741, les habitants de la région de Selborne, en Angleterre, avaient trouvé à leur réveil, les champs décorés de ce qui ressemblait à des toiles d’araignées.

    En 1892, à Gainesville (Floride), de grandes nappes blanches qui ressemblaient à d’immenses toiles d’araignées dont certaines mesuraient plus de 50 mètres descendirent doucement du ciel.

     

    On pense que les araignées sont effectivement à l’origine du phénomène. En effet, certaines espèces utilisent les courants ascendants pour se déplacer.

    Elles émettent une goutte de soie liquide qui peut s’étirer sur plusieurs mètres. Quand la brise emporte le fils, l’araignée qui est au bout décolle et peut être transportée sur plusieurs kilomètres. 

    Lorsqu’elle revient au sol, elle lâche le fil. Ce dernier est à nouveau emporté par le vent et l’air en est parfois saturé lors des grandes migrations.

     

    Une pluie de viande

    En 1876, des morceaux de viande rouge, fraîche, tombèrent du ciel au Kentucky sur une surface d’un demi-hectare.

    Des hommes en goûtèrent et dirent que c’était du mouton ou du gibier.

    Un examen approfondi révéla qu’il s’agissait de muscles, de poumons et de tissus conjonctifs.

    Les habitants en conclurent que des buses gavées avaient, selon leur habitude, régurgité leur nourriture.

     

    Une pluie de grenouilles

    Un peu partout dans le monde, on signale des pluies de crapauds, têtards et grenouilles. Il y est d’ailleurs fait allusion dans la Bible à propos d’une des plaies d’Égypte.

    La Grèce connaît régulièrement ce phénomène, une pluie importante de crapauds est tombée en 1979. La couche de batraciens était si épaisse sur les routes qu’il a fallu arrêter la circulation.

     

    Ufologie:  Les pluies d'Animaux

    Spécimen d'une pluie de poissons recueilli à Londres en 1984

     

    Bien que cela n’ait pas encore été prouvé, ces pluies de batraciens comme celles de poissons pourraient être attribuées à des trombes d’air et d’eau qui arrachent les animaux et les transportent ailleurs.

     

    Des bêtes de cauchemar

    Une pluie de crapauds surprend, mais ne fait pas peur. Par contre, quand il s’agit de serpents ou de fourmis, le phénomène devient beaucoup moins agréable.

    En 1872, à Bucarest, les Roumains virent avec dégoût une pluie de vers noirs de la taille d’une mouche leur tomber dessus.

    En Angleterre, les rues furent recouvertes d’un épais tapis de méduses au 19e siècle.

     

    En 1989, au Texas, c’est une pluie de chauves-souris malades et agonisantes qui s’abattit sur la ville de Fort Worth.

     

    On peut également citer des souris à Bergen (Norvège) en 1578, des milliers de serpents à Memphis (États-Unis) en 1877, des varans dans l'Utah en 1870 ou des pluies d'oiseaux morts dans différentes parties du monde.

     

    Ufologie:  Les pluies d'Animaux

    Ce puffin fuligineux mort est l'un de ceux qui jonchèrent les rues de Capitola (Californie) en 1961

     

    Concernant les oiseaux, le fait le plus marquant s'est déroulé en 1969 dans le Maryland. Un grand vol de canards a été frappé de mort subite au-dessus de St-Mary's City. Ils donnaient l'impression d'avoir été touchés par une explosion invisible et silencieuse. D'après le journal local qui a relaté les faits, les oiseaux souffraient tous de fractures et d'hémorragies avant de toucher le sol.

     

    Des maladies venues de l’espace ?

     

    Une petite minorité des scientifiques croient que certaines de nos maladies peuvent venir de l’espace.

    Ils ont avancé l’hypothèse que des organismes vecteurs de maladies sont régulièrement lâchés dans l’atmosphère par des comètes et qu’une forme de vie rudimentaire a pu ainsi arriver sur Terre.

    Par exemple, certains pensent que le rhume et la grippe sont des maladies de l’espace. Ils attribuent les épidémies de grippe de 1957 et 1968 aux débris flottant dans le sillage de la comète de Halley, dont la période de révolution est de 76 ans.

     

    Cette théorie n’a pour l’instant pas été prouvée.

     

    Théories pour expliquer ces phénomènes

    La première explication est que ces pluies d'animaux résulteraient de phénomènes météorologiques. En effet, un orage ou une tempête précèdent souvent le phénomène.

     

    Cependant, cette explication reste un peu simpliste et ne peut s'appliquer à tous les cas. Une tornade ou des trombes sont incapables de trier les espèces et de déposer à un même endroit très délimité des milliers d'animaux dont certaines espèces vivent en solitaire ou en eau profonde.

     

    L'état des animaux pose également problème. Ils sont souvent vivants et très frais ce qui signifie dans le cas de poissons que le transfert a été très rapide.

     

    Encore plus difficile d'expliquer les cas de poissons séchés, parfois décapités ou comment ces phénomènes surviennent alors que le ciel est calme.

     

    Notre seule certitude est que ce phénomène est bien réel.

     

    V.Battaglia (10.2005)

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une pluie de sang

     

    Le 22 juillet 1955 à 5 h 30 du matin alors que Ed Mootz travaillait dans son jardin, quelques gouttes d’un liquide rouge et chaud tombèrent sur ses bras et ses mains.

    En quelques instants, il se trouva au milieu d’une pluie rouge.

     

    Une pluie de sang

     

    Une protubérance sombre dépassait des nuages au-dessus de lui. C’est de là que tombait cette « pluie » de sang, notamment sur un pêcher de son jardin.

     

    Il observa quelques minutes cet étrange nuage aux couleurs vert foncé, rouge et rose. Puis, il sentit ses mains et ses bras nus le brûler aux endroits où les gouttes étaient tombées. Ça lui faisait aussi mal que si on avait mis de la térébenthine sur une plaie.

    Il courut chez lui se rincer.

     

    Cette pluie ressemblait à du sang, huileuse et collante au toucher.

     

    Le matin suivant, Ed Mootz s’aperçut que son pêcher était mort, ainsi que l’herbe autour. Tous les jeunes fruits s’étaient desséchés sur tige.

     

    Il n’y avait aucun avion au moment de la pluie. L’hypothèse du nuage toxique est plausible. Cependant, il est étrange que ce nuage soit resté immobile au-dessus d’un point précis.

     

    Des représentants de l’armée de l’Air américaine sont venus interroger MrMootz et ont emporté des échantillons d’herbe, de fruits et de feuilles.

    S’ils ont trouvé quelque chose, ils l’ont gardé secret, et cette pluie de « sang » est restée un mystère.

     

    V.Battaglia (01.2006)

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique