•  

    Les plus beaux villages médiévaux

    de France

     

    Par Clio Bayle
     
     
     

    Châteaux forts, maisons à pans de bois, ruelles pavées, demeures Renaissance… La France regorge de villages construits au Moyen-âge, ayant résisté aux assauts ennemis comme à ceux du temps, pour arriver quasi-intacts jusqu’à nous. Ils sont souvent juchés au cœur d’une nature sauvage et leurs vielles pierres exercent sur nous un irrésistible pouvoir d’attraction. Découvrez notre sélection des 20 plus beaux villages médiévaux de France.

     

    Village médiéval en Bretagne

     

    Le village de Locronan (Finistère)

     

     
     

    Le bourg breton de Locronan est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1924. Ses pittoresques ruelles bordées de maisons Renaissance et d’échoppes artisanales vous disent sûrement quelque chose, car elles ont servi de décor à de nombreux films et téléfilms, dont Tess de Polanski, Chouans ! avec Sophie Marceau, ou encore Un long dimanche de fiançailles.

     

     

    Le village de Rocherfort-en-Terre (Morbihan) 

     

     
     

    La pierre et les fleurs ! Voilà qui résume parfaitement le village breton de Rochefort-sur-Terre, perché sur un éperon schisteux de la vallée du Gueuzon. Quelle diversité architecturale pour un si petit bourg : maisons à pans de bois, bâtiments de style gothique, demeures Renaissance, hôtels classiques, architecture XIXe… Le tout admirablement entretenu et fleuri. Rochefort-en-terre doit en grande partie son visage actuel au peintre américain Alfred Klots. Amoureux du village, il racheta les ruines du château au début du XXe siècle, et y investit sa fortune. Il impulsa de nombreuses activités touristiques et fut à l’origine du premier concours de fenêtres fleuries, en 1911.

     

     

    Village médiéval en Normandie

    Le Mont-Saint-Michel (Manche)

     

     
     

    Inscrit au Patrimoine Mondial par l'Unesco en 1979, le Mont-Saint-Michel s’élève tel un mirage au cœur de sa baie gigantesque. Son village, organisé depuis le Moyen-âge au pied de l’abbaye, sur le flanc sud-est du rocher, a depuis toujours une vocation commerciale, destiné à accueillir les pèlerins venus de tout l’Occident chercher auprès de Saint-Michel, archange du jugement, l'assurance de l'éternité.

     

     

    Village médiéval en Auvergne Rhône Alpes 

    Le village de Crémieu (Isère)

     

     
     
     

    Situé près de Lyon, le village médiéval de Crémieu possède un très beau patrimoine architectural, dont les vestiges les plus anciens, comme son château delphinal, remontent au XIIe siècle. Pour le découvrir, rien de tel que d’y aller durant les Médiévales, fin septembre, un week-end durant lequel la ville vibre au rythme des spectacles équestres, joutes et combats, jongleurs, échassiers hauts en couleurs, lanceurs de drapeaux, cracheurs de feu, musiciens et magiciens. Le samedi soir, un traditionnel banquet médiéval est servi sous l’impressionnante charpente en bois de ses halles du XVe siècle.

     

     

    Le village de Salers (Cantal)

     

     
     
     

    Comme posé au milieu des pâturages du Cantal, Salers semble un imposant vaisseau, enchevêtrement de toits de lauze, piqueté de tourelles, austère en hiver, mais majestueux. Son château des barons de Salers fut rasé sous l’ordre de Louis XIV en 1666. Heureusement, cette vindicte contre les nobles auvergnats a épargné la ville, aujourd’hui préservée. On découvre avec émerveillement ses hôtels particuliers des XVe et XVIe siècles, témoins de la richesse de la cité à l’époque.

     

     

    Le village de Blesle (Haute-Loire) 

     

     
     
     

    Ce bourg auvergnat, niché aux confins du Cantal et du Puy-de-Dôme, posté sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, opère rapidement son charme sur les visiteurs. La bourgade, née autour d’une abbaye bénédictine du XIe siècle dont ne subsiste que la ravissante église Saint-Pierre, garde de son histoire religieuse et seigneuriale quelques superbes curiosités, telle quelques façades portant le blason des familles religieuses, sa « Tour aux vingt angles » et sa tour du Massadou (XIIIe siècle) juchées sur un piton rocheux.

     

     

    Village médiéval en Bourgogne

    Le village de Chateauneuf-en-Auxois (Côtes-d’Or) 

     

     

     

    Châteauneuf-en-Auxois est un superbe exemple de l'architecture militaire bourguignonne du XIVesiècle. Ses tours et courtines témoignent de la politique de défense engagée pendant la guerre de Cent Ans pour défendre les plaines de l’Auxois. Le village conserve de très belles demeures bourgeoises du XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècle, témoins de la prospérité marchande de la ville à l’époque.

     

     

    Le village de Vezelay – (Yonne)

     

     
     
     

    Quand on arrive à Vézelay depuis la route – elles viennent toutes du Sud –, le village s’étend au pied de la basilique Sainte-Marie-Madeleine, tel autant de joyaux échappés d’une malle aux trésors superbe. Ici, se côtoient beauté et sacré. Pour les ressentir tous les deux, il faut emprunter ses superbes ruelles baignées de lumière.

     

     

    Village Médiéval en Aquitaine Limousin Poitou Charentes

    Le village de Saint-Émilion (Gironde)

     

     
     
     

    Juchée au sommet d'une colline calcaire du Libournais, entourée de vignobles évidemment, la petite cité médiévale de Saint-Émilion a été bâtie au XIIe siècle. Ses tertres, nom donné aux ruelles pavées pentues de la région, se prêtent volontiers à la déambulation, surtout à la tombée du jour, quand les touristes se font moins nombreux, et que la lumière déclinante pare ses pierres de Gironde de teintes ocre. Le bourg a notamment conservé son enceinte, ses portes et une belle série de monuments archéologiques.

     

     

    Le village de Collonges-la-Rouge (Corrèze)

     

     
     
     

    C’est dans ce village aux confins du Quercy en 1982, qu’est née l’idée de l’association des plus beaux villages de France. Il faut dire que cet écrin rougeoyant, à l’architecture harmonieuse, a tout pour inspirer l’idée. Le bourg possède un exceptionnel ensemble de castels, notamment celui de Vassinhac, avec ses grosses tours, ou le Castel de Maussac, version miniature d’un château fort…

     

     

    Le village de Turenne (Corrèze)

     

     
     
     

    Ce village du causse corrézien, situé à quelques kilomètres au sud de Brive-la-Gaillarde, porte toujours avec fierté les marques de sa riche histoire et de sa splendeur passée. Parmi elles, de superbes maisons bourgeoises et hôtels particuliers des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, les tours César et du Trésor, vestiges du château dominant le village, et des demeures plus simples, mais tout aussi charmantes, arborant les couleurs du terroir : calcaire gris des causses, grès rouge ou jaune de Collonges et de Gramont.

     

     

    Village médiéval en Languedoc-Roussillon

    Le village de Saint-Guilhem-le-désert (Hérault)

     

     
     
     

    Au nord-ouest de Montpellier, se trouve l’un des plus jolis villages de l’Hérault. Construit autour de l’Abbaye de Gellone, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, aux abords de falaises vertigineuses, Saint-Guilhem-le-désert est un joyau serti dans un écrin de nature exceptionnelle, prisée des randonneurs. Le village peut s’enorgueillir de la proximité d’un autre site classé, celui du Pont du Diable.

     

     

    Village médiéval en Midi-Pyrénées

    Le village de Rocamadour (Lot - Vallée de la Dordogne)

     

     
     
     

    Encore un village qui ne ressemble à aucun autre. Accroché à flanc de falaise dans le canyon de l’Alzou, dans le Haut-Quercy, Rocamadour collectionne les trésors, et pas seulement religieux. Certes, son sanctuaire attire chaque année des milliers de pèlerins, qui gravissent parfois à genoux les marches qui mènent à la basilique ou à ses sept chapelles, mais elle a également d’autres atouts de taille, comme par exemple sa grotte des Merveilles, une grotte ornée paléolithique découverte en 1920.

     

     

    Le village de Bruniquel (Tarn-en-Garonne)

     

     
     
     

    Encore un village perché dans un écrin de nature extraordinaire ! Dominant la rivière Aveyron, Bruniquel est un bourg fortifié bâti en étages et surmonté non pas d’un, mais de trois châteaux : le château« vieux » du XIIIe siècle et le « jeune » du XVIe siècle. Au centre de l’ensemble, un donjon surnommé tour Brunehaut, en référence à la reine mérovingienne, à qui la légende attribue la fondation de Bruniquel.

     

     

    Le village de Cordes-sur-ciel (Tarn)

     

     
     
     

    Portes fortifiées, remparts, façades gothiques sculptées… Cordes-sur-Ciel annonce toute de suite ses couleurs médiévales. Dominant l’Albigeois, cette cité fondée au XIIIe siècle, a conservé les demeures luxueuses de son faste d’antan. Sur les riches façades de grès rose qui se succèdent le long des ruelles escarpées, nombre de sculptures fantastiques s’animent : dragons, monstres et de personnages grimaçants…

     

     

    Le village de Saint-Cirq-Lapopie (Lot)

     

     
     
     
     

    Le poète surréaliste André Breton y avait trouvé son « paradis terrestre » ! Il faut dire que le village de Saint-Cirq Lapopie a de quoi faire rêver, juché en surplomb au-dessus du Lot, et s’ouvrant sur le causse de Limogne. Ses belles façades blondes et ses toitures brunes, étagées à flanc de colline, sont surmontées d’un clocher fortifié, celui de l’église gothique du XVIe siècle, avec sa chapelle romane et sa terrasse offrant une vue inoubliable sur la vallée.

     

     

    Village médiéval en Provence 

    Le village de Gordes (Vaucluse)

     

     
     

    Perché sur le flanc sud des monts de Vaucluse, Gordes un village perché au charme irrésistible qui culmine à près de quatre cents mètres d’altitude. Il se distingue par ses ruelles en pente pavées, appelées calades. Bordées de hautes bâtisses de pierre sèche, elles forment un véritable labyrinthe dans lequel on se perd avec délice. Le meilleur moment pour s’y rendre ? Quand ses champs de lavande sont en fleurs et que les alentours du village s’habillent de mauve.

     

     

    Le village des Baux-de-Provence 

     

     
     
     

    Dominant la vallée des Alpilles, le village des Baux de Provence trône tel un vaisseau de pierre sèche au sommet d’un éperon rocheux de calcaire. Au sommet, les ruines de la « cité morte », ancien château médiéval des seigneurs des Baux, avec son donjon, ses tours et sa chapelle Sainte-Blaise, cohabitent avec les belles demeures restaurées du village.

     

     

    Village médiéval en Alsace

    Le village d'Eguisheim (Haut-Rhin) 

     

     
     
     

    Situé au cœur du vignoble d’Alsace, sur les derniers contreforts du massif des Vosges, Eguisheim est un véritable décor de carte postale. Les façades colorées de ses maisons à colombages Renaissance, ses rues pavées et fleuries enroulées en cercles concentriques autour de son cœur historique… Impossible de ne pas tomber sous le charme de ce joyau de la Route des vins.

     

     

    Village médiéval dans les Hauts-de-France

    Le village de Gerberoy (Oise) 

     

     
     
     

    Ne dit-on pas que tout ce qui est petit est mignon ? Avec moins de 100 habitants, Gerberoy, qui revendique son titre de plus petite ville de France, donne raison au dicton populaire. Située au sommet d’une butte, cette minuscule cité semble tout droit sortie d’un film d’époque. Rues pavées, maisons aux pans de bois et colombages colorés, briques roses, ardoises gris graphite… Ses nombreuses façades fleuries lui ont valu le surnom de « Cité des roses ».

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Les plus beaux villages médiévaux de France

     

    Pin It

  •  

    Aix-en-Provence, sous le soleil

    du Midi

     

    Par Vincent Noyeux
     
    source : Détours en France n°189
     
     

    Aix-en-Provence aurait pu s’endormir sur ses lauriers avec ses 200 hôtels particuliers, son cours Mirabeau et le souvenir de Paul Cézanne. Mais depuis quelques années, la « ville aux 101 fontaines » s’offre un bain de jouvence. Entre la restauration pointilleuse de son patrimoine et l’arrivée d’architectures audacieuses, Aix-en-Provence se transforme. Et redore ses galons sous le soleil du Midi. Visite.

     

     

    def-189-aixcmoirenc_119538.jpg

    Tel le dieu romain Janus, Aix-en-Provence offre deux visages, l’un tourné vers le passé, l’autre vers le futur. On ne présente plus les trésors de la cité du roi René, il suffit de flâner de part et d’autre du cours Mirabeau pour les découvrir : façades richement sculptées des hôtels des XVIIe et XVIIIe siècles, cours élégants, places et fontaines, écheveau de ruelles grouillantes de vie le soir – Aix compte près de 40 000 étudiants pour un peu plus de 140 000 habitants –, sans oublier les marchés de la ville... Tout cela est connu, pourtant les occasions sont rares de pénétrer dans l’un des quelque 200 hôtels particuliers aixois.

     

    def-189-aixcmoirenc_119337.jpg
     
    À l'extrémité du jardin bas à la française, la fontaine des Trois-Tritons est sculptée dans de la pierre d'Estaillades et rend hommage à Robert de Cotte, qui initia le style rocaille en France.

    Les hôtels du quartier Mazarin

    L’ouverture en mai 2015 du Caumont centre d’Art répare cette faiblesse. Dans le quartier Mazarin, l’hôtel de Caumont a fait l’objet d’une restauration minutieuse pour se transformer en lieu d’exposition de premier plan (Canaletto hier, Turner demain). À la différence de beaucoup d’hôtels particuliers aixois, celui-ci est séparé de la rue par une cour d’honneur et cache un jardin. Tout est beau : le portail à carrosses, orné d’entrelacs et de volutes, la façade de style « baroque aixois » en pierre de Bibémus d’un jaune lumineux, l’escalier à rampe de fer forgé éclairé par sa haute verrière, ses salons, ses chambres ! Des gypsiers aux peintres, des menuisiers aux tapissiers, une dizaine de corps de métiers différents ont oeuvré en seulement dix-huit mois pour redonner tout son lustre à l’hôtel de Pauline de Caumont. Le salon des putti, bonbonnière rose de style Régence, le salon de musique tout en dorures ou le délicat salon chinois auraient enchanté Marie-Antoinette. C’est Pauline de Bruny de la Tour-d’Aigues, héritière de l’hôtel de Caumont, qui en a jadis profité. Le tout Aix défilait dans ses salons d’un goût exquis lors de fêtes somptueuses.

     

    def-189-aixcmoirenc_119350.jpg
     
     
    La chambre de Pauline de Caumont (1767 - 1850) arbore le style rocaille, cher au Versailles du XVIIIe siècle.

    Aix-en-Provence, un petit Paris

    Le gypsier Jérôme Banaceur a manié avec soin le riflard et la spatule pour redonner tout leur faste aux lieux. « Tout était fissuré, crevassé, dégradé. Il a fallu restaurer les moulures anciennes, réalisées entre 1743 et 1748, mais aussi en créer de nouvelles dans la Grande Galerie.


    Beaucoup d’angelots, de rinceaux, d’ornements rococo... Si on dit qu’Aix est un petit Paris, on devrait dire que l’hôtel de Caumont est un petit Versailles ! », s’amuse l’artisan. Lieu de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, l’hôtel accueillit le Conservatoire national de musique et de danse de 1964 à 2013. Une ancienne élève de piano, venue visiter, ne reconnaît plus les lieux. « Tout le hall était peint en orange vif, les atlantes se détachaient sur cette couleur criarde... Quant au petit jardin, il semblait à l’abandon ! » Désormais, les visiteurs peuvent admirer les broderies végétales du jardin bas et se remettre de leurs émotions en prenant un verre sous le marronnier du jardin haut. Les plus chanceux y ont même vu les danseurs d’Angelin Preljocaj lors de l’inauguration du centre d’Art, 300 ans après la pose de la première pierre de l’hôtel.

     

     

    def-189-aixcmoirenc_119360.jpg
     
     
    La broderie végétale de buis du jardin bas est inspirée par le dessin originel de son créateur, Robert de Cotte, au XVIIIe siècle.

    Un pavillon noir au Forum culturel d'Aix-en-Provence

    Le chorégraphe a, depuis 2006, son propre espace de création. Le Pavillon noir se trouve au coeur du Forum culturel d’Aix-en-ProvenceConçu par Rudy Ricciotti, ce cube en verre de 3 000 mètres carrés est habillé d’une armature de béton aux lignes très contemporaines. Nous voici justement dans le nouvel Aix, de l’autre côté de la fontaine de la Rotonde. « C’était un terrain vague dans les années 1990. Désormais, on y trouve quatre grandes salles de spectacle, parfois pleines le même soir ! », résume Jean- Philippe Dambreville, directeur du conservatoire de musique et de danse Darius-Milhaud. En 2013, l’établissement a troqué la pierre de Bibémus pour l’aluminium anodisé de l’architecte japonais Kengo Kuma. Avec ses pliures et ses pans relevés pour couper la lumière du soleil, la façade évoque l’art de l’origami.

     

    def-189-aixcmoirenc_119467.jpg
     
     
    Le Pavillon noir, centre chorégraphique national conçu par l'architecte Rudy Ricciotti.

    Le mur d'eau de pont-rail, le plus grand d'Europe

    « Une architecture géniale, y compris à l’intérieur », se réjouit le directeur, ravi d’offrir 110 salles à ses 1 500 élèves. L’acoustique de l’auditorium est si parfaite que Renaud Capuçon et Alexandre Tharaud y ont enregistré plusieurs albums. Le mur d’eau géant du pont-rail, le plus grand d’Europe (700 mètres carrés de surface et 17 mètres de chute d’eau), se reflète élégamment dans les baies vitrées. Juste en face, le Grand Théâtre de Provence, inauguré en 2007, oppose son architecture ronde et minérale aux lignes tranchantes du conservatoire et du Pavillon noir. Sa masse de couleur sable est censée rappeler celle de la montagne Sainte-Victoire, que l’on voit depuis la terrasse... hélas fermée au public. À deux pas, la cité du Livre complète ce pôle culturel. Cette ancienne manufacture d’allumettes a été reconvertie en un espace culturel dès 1993.

     

    def-189-aixcmoirenc_119452.jpg
     
     
    Le conservatoire Darius-Milhaud, (architecte, Kengo Kuma, 2013). Au centre, Arcs en Désordre, une sculpture de Bernar Venet.

    La bibliothèque Méjanes, un décor industriel

    Pivot de la cité, la bibliothèque Méjanes conserve les archives personnelles d’Albert Camus et quelque 2 000 manuscrits précieux dans un décor industriel de briques, de poutrelles métalliques et de carreaux de faïence. On y flâne agréablement dans un silence studieux... L’amphithéâtre de la Verrière accueille concerts, spectacles et débats, tandis qu’un cinéma d’art et d’essai côtoie la fondation Saint-John-Perse. De la danse au théâtre, en passant par la musique, le cinéma et la littérature, impossible de s’ennuyer dans ce nouvel Aix-en Provence. Ne manquent que quelques commerces et restaurants pour retenir les visiteurs du soir.

     

    def-189-aixcmoirenc_119340.jpg
     
     
    L'hôtel de Caumont, dans le quartier Mazarin, est un hôtel dit "entre cour et jardin" dont la première pierre fut posée en 1715. Ici, son jardin bas, qui lui aussi a fait l'objet d'une restauration minutieuse par des équipes ayant déjà reconstitué les parterres du bassin de Latone, à Versailles.

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Aix-en-Provence, sous le soleil du Midi

     

    Pin It

  •  

    Bons plans à Madère

     

    Le port de Camara Do Lobos... (PHOTO THINKSTOCK)

     

    Le port de Camara Do Lobos

    PHOTO THINKSTOCK

     

    RENAUD LORANGER

    Collaboration spéciale

    La Presse
     

    Comme égarée sur le 32e parallèle, au large des côtes marocaines, en plein Atlantique Nord, Madère a été découverte, puis colonisée par des explorateurs portugais dès le début du XVe siècle. L'archipel jouit d'un climat idyllique, source d'une faune et d'une flore surprenantes... dont les beautés sont néanmoins éclipsées par ses plus célèbres exportations : la canne à sucre et le vin doux, célèbre dans le monde entier, qui porte son nom.

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

    Reid's Palace

    PHOTO RENAUD LORANGER, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour remonter le temps: «Afternoon Tea» au Reid's Palace

    Passer les portes du Reid's Palace, c'est comme remonter le temps. Inauguré en 1891, l'hôtel est vite devenu célèbre parmi le gratin européen de l'époque, réputation qui ne se démentit aucunement au siècle suivant. Churchill, Lloyd George, mais aussi Rainer Maria Rilke, George Bernard Shaw, Albert Schweitzer ou encore Roger Moore y ont séjourné. Quelques heures sur sa terrasse, où l'on sert le thé l'après-midi dans la plus pure tradition « british », valent assurément le détour, tant pour la nourriture que pour la vue imprenable sur la baie de Funchal. Il est essentiel de réserver.

    Estrada Monumental 139, Funchal

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

    Distillerie de Porto da Cruz

    PHOTO RENAUD LORANGER, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour déguster le meilleur rhum de l'île: distillerie de Porto da Cruz

    Autre vitrine historique sur un aspect essentiel de l'économie locale, les ateliers de la Companhia dos Engenhos do Norte (Northern Milling Company) fonctionnent à plein régime au printemps, pendant la récolte de la canne à sucre. Le reste de l'année, la distillerie se transforme en musée qui relate comment le commerce de la canne et de ses dérivés (le rhum, surtout !) a influencé le développement de l'archipel au cours du dernier siècle. À la fin de la visite, la Maison du Rhum, voisine, propose une dégustation des principales variétés.

    Caminho do Penedo 17, Madère

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

    Randonnée le long d'une levada

    PHOTO RENAUD LORANGER, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour admirer la nature sauvage: randonnée sur une levada

    Par sa géographie et son relief atypiques, Madère est soumise à un éventail de microclimats, dont les plus humides, dans le Nord-Ouest, ont permis la prolifération puis le maintien, sur une période de près de 2 millions d'années, d'une extraordinaire forêt laurifère, aujourd'hui classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. De multiples canaux d'irrigation (levadas), caractéristiques de l'île, ont été bâtis pour acheminer d'importantes quantités d'eau vers le versant sud-est, une région plus propice à l'habitat et à l'agriculture. Ce réseau d'aqueducs naturels s'étend sur environ 2150 km, et permet des randonnées à flanc de montagne dans de magnifiques paysages.

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

    Pointe São Lourenço

    PHOTO RENAUD LORANGER, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour une vue à couper le souffle: Ponta de São Lourenço

    La « pointe de Saint-Laurent » se déroule à l'extrémité est de Madère, comme en course folle vers l'abîme, à la fois offerte au ciel et coincée entre deux eaux. Le regard file vers le sud : ce sont les îles désertes qu'il rencontre, majestueuses et aussi austères qu'inhabitées. Au nord, c'est Porto Santo, derrière comme devant soi, une mince crête pierreuse, dont la seule vue aurait inspiré à Gonçalves de Zarco, l'un des premiers explorateurs de Madère, de changer de cap, aux commandes de sa caravelle (d'où le nom Saint-Laurent). La vue est spectaculaire, les chemins praticables, mais étroits et dangereusement escarpés. Coeurs sensibles, s'abstenir !


    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

    VOYAGE - Bons plans à Madère.Nini Design CentrePhoto tirée du site web du Centre.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DU CENTRE

     

    Pour marier design contemporain et gastronomie: Design Centre Nini Andrade

    Si Nini Andrade Silva compte aujourd'hui parmi les décoratrices les plus en vue de la planète, elle n'en garde pas moins de solides racines à Funchal, sa ville natale. Ouvert en 2015, le centre qui porte son nom et trône, incontournable, en pleine marina est à la fois musée, boutique, espace récréatif, et depuis peu restaurant étoilé. Nini, au dernier étage de l'édifice - jonché sur le rocher dont on raconte qu'il a jadis abrité la demeure du navigateur Gonçalves de Zarco - , propose une cuisine moderne et une carte des vins qui n'ont rien à envier à celles des bonnes adresses lisboètes.

    Estrada da Pontinha, Forte de Nossa Senhora da Conceiçao, Funchal


    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

    Porto Santo

    PHOTO RENAUD LORANGER, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour s'éloigner de Funchal: Porto Santo

    Si l'achalandage de la capitale devient trop lourd, relier Porto Santo par traversier est l'antidote idéal : compter environ deux heures de trajet (il est impératif de louer une voiture au départ) vers les paysages désertiques et la longue plage de sable dorée qui donne justement son surnom à la deuxième île habitée de l'archipel, Ilha Dourada (île dorée).

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Madère

     

    Pin It

  •  

    Bons plans à Saint-Malo

     

    La plage du Sillon, à Saint-Malo... (Photo Alain Roberge, La Presse)

    La plage du Sillon, à Saint-Malo

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

     
    La Presse
     

    Voici quelques lieux à inscrire à l'itinéraire, pour s'offrir le meilleur de la ville corsaire.


    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Saint-Malo

    La Maison Georges Larnicol, à Saint-Malo

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

     

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Saint-Malo

    Les vitraux de la cathédrale Saint-Vincent

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

     

     

    PARESSER À LA PLAGE

    Saint-Malo ne manque pas de plages où lézarder : plage du Môle, de Bon-Secours, de l'Éventail... Mais la plus belle du coin (et même de toute la France, selon un sondage mené en février dernier par TripAdvisor) reste la grande plage du Sillon. Bordés par un muret qui protège la ville des marées, ses trois kilomètres de sable blond à la propreté impeccable offrent plusieurs activités : char à voile, baignade, surf à pagaie et longe-côte, sorte de randonnée pédestre aquatique qu'on fait en longeant la côte. Tonique !

     

    MANGER UN KOUIGN-AMANN

    Dans ce traditionnel gâteau breton - inventé par hasard, dit-on -, il y a du beurre (beaucoup) et du sucre (pas mal aussi). Il n'y a pas de hasard : « amann » veut dire « beurre » en breton. Intra-muros, plusieurs boutiques et étals offrent leur interprétation de cette pâtisserie boulangère. La meilleure qu'on a trouvée est à la Maison Georges Larnicol. Chez ce meilleur ouvrier de France, on trouve des « kouignettes », en version mini. Nature, elles sont craquantes ; quand on y ajoute du caramel à la fleur de sel, elles deviennent décadentes ! Aussi : palets, gâteaux bretons, biscuits... 6, rue Saint-Vincent

     

    PLONGER DANS UNE PISCINE À L'EAU DE MER

    Marée haute à la plage de Bon-Secours, au pied des remparts. Un plongeoir aux échelles couvertes d'algues émerge au milieu des eaux, comme sorti de nulle part. Le mystère s'éclaircit à marée basse. Le plongeoir surplombe un large bassin, construit dans les années 30, qui se remplit d'eau de mer chaque fois que la marée monte. C'est l'endroit où faire ses longueurs dans l'eau iodée sans se soucier des vagues. L'eau s'y réchauffe même un peu entre deux marées. Un endroit étonnant au milieu d'un décor marin splendide.

     

    MANGER COMME LES MALOUINS

    Les quelque 1500 Malouins qui vivent intra-muros toute l'année ne s'approvisionnent pas dans les boutiques pour touristes. Ils filent plutôt rue de l'Orme, où se trouve la plus haute concentration de commerces de bouche à l'intérieur des remparts : poissonnier, boucher, vendeurs de fruits et de légumes, fromager. On trouve même ici une boutique et un bistro consacrés au beurre Bordier, malaxé de manière artisanale et prisé par plusieurs grands chefs de France. La rue débouche sur la Halle au Blé, où se tient toute l'année un marché couvert bihebdomadaire.

     

    VISITER UNE CATHÉDRALE DU XXe SIÈCLE

    Pendant sept jours en août 1944, les Alliés bombardent Saint-Malo et détruisent 80 % de la ville close. Les remparts sont miraculeusement épargnés, mais pas la cathédrale Saint-Vincent, dont la flèche néogothique ainsi que plusieurs murs tombent sous les bombes et les incendies. Il faudra 27 ans pour reconstruire la cathédrale presque à l'identique. Les anciens vitraux, soufflés par les explosions, ont été remplacés par des oeuvres non figuratives de grande beauté. Aussi à voir : la mosaïque qui témoigne du lieu où Jacques Cartier s'est agenouillé avant sa deuxième expédition au Canada.

     

    LA PLUS BELLE VUE À PARTIR DES REMPARTS

    C'est l'activité obligée pour quiconque visite Saint-Malo : faire, sur 2 km environ, le tour des chemins de ronde qui coiffent les remparts. Les Malouins appellent cela faire le tour des murs. De là-haut, on peut admirer la Manche et les forts qui défendaient jadis la ville, dont le Fort national, accessible à marée basse comme l'île du Grand-Bé, où repose Chateaubriand. Lors des grandes marées de l'équinoxe (où le marnage peut atteindre 12 m), l'eau vient se fracasser sur ces murs de pierre, ce qui donne à la ville une allure de bateau à la dérive. Les plus beaux panoramas ? Ceux vus de la porte Saint-Thomas et du bastion de la Hollande. À visiter plus d'une fois pour profiter du spectacle changeant des marées.

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Saint-Malo

     

    Pin It

  •  

    Bons plans à Cuzco

     

    La Plaza de Armas, à Cuzco... (Photo Thinkstock)

     

    La Plaza de Armas, à Cuzco

    PHOTO THINKSTOCK

     

     

     
    CATHERINE LEFEBVRE

    Collaboration spéciale

    La Presse
     

    Tous les chemins vers la Vallée sacrée et le Machu Picchu passent par Cuzco. C'est donc un arrêt agréablement obligé pour tous les adeptes de randonnée avant de s'aventurer dans les Andes péruviennes.

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

    Qorikancha, l'ancien Temple du soleil de Cuzco, résume bien l'histoire de l'invasion espagnole de la ville.

    PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour s'instruire sur les Incas: Templo del sol

    Qorikancha, l'ancien Temple du soleil de Cuzco, résume bien l'histoire de l'invasion espagnole de la ville.

    Lors de leur conquête, les Espagnols ont construit le couvent Santo Domingo sur les fondations du temple, comme ils l'ont fait à plusieurs endroits.

     

    Ils ont aussi pillé tout l'or qui s'y trouvait en plus de brûler les momies des rois incas. Ils ont même couvert les murs de plâtre pour masquer le génie architectural inca.

    Cependant, lors du tremblement de terre de 1950, seules les constructions incas ont tenu le coup. Depuis, le plâtre a été enlevé pour rendre hommage aux constructions antisismiques exemplaires.

    À l'angle de l'avenida El Sol et de la calle Arrayanniyoq

    https://www.cuscoperu.com/en/travel/cusco/archaeological-centers/qorikancha (en anglais)

     

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

    Cocoliso est une jolie boutique de vêtements, accessoires et bijoux conçus par des designers locaux à partir de matériaux de grande qualité.

    PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour dénicher de beaux souvenirs: Cocoliso

    L'or, l'argent et la laine d'alpaga font tourner les têtes des passants dans les rues de Cuzco.

    Parmi la masse d'objets et de tricots de plus ou moins bonne qualité, il y a toutefois de petites perles qui se cachent dans des cours intérieures.

    C'est le cas de Cocoliso, une jolie boutique de vêtements, accessoires et bijoux conçus par des designers locaux à partir de matériaux de grande qualité.

    De plus, il y a un café à même la boutique avec un excellent thé de muña, la menthe andine, qui apaise les maux de tête fréquents lors des premières journées en altitude.

    122 calle Palacio

    https://www.facebook.com/Cocoliso-143304265871148/ (en espagnol)

     


    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

    Museo del cafe

    PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour un bon café: Museo del cafe

    Le café péruvien est reconnu partout dans le monde. Mais comme dans plusieurs pays producteurs de café, il n'est pas toujours facile de trouver de bonnes adresses pour en siroter une excellente tasse sur place.

    Le Museo del cafe est sans doute le meilleur endroit pour le faire à Cuzco. En plus de servir un café de qualité, il offre aux clients de choisir le mode d'infusion: chemex, aeropress, siphon japonais...

    Une petite exposition explique aussi la culture locale du café et son mode de transformation.

    136 calle Espaderos

    http://museodelcafecusco.com/ (en espagnol)

     


    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

    Museo del pisco

    PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour bien boire: Museo del pisco

    Il y a toutes sortes de musées à Cuzco. Même le pisco, cette eau de vie à base de raisins emblématique du Pérou, a aussi droit à son musée.

    En fait, il s'agit d'un bar à cocktails, où il est possible de faire une dégustation des différents types de pisco, et où le cocktail pisco sour est à l'honneur sur la carte.

    Habituellement à base de pisco, de blancs d'oeufs, de jus de lime et de sirop de canne à sucre, il est décliné de diverses façons.

    On peut aussi manger sur place, ce qui est fortement recommandé, étant donné que l'effet de l'alcool est souvent amplifié en altitude.

    398 calle Santa Catalina Ancha

    https://museodelpisco.org/

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

    El Mercado

    PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour bien dormir: El Mercado

    L'hôtel boutique El Mercado est situé à quelques minutes à pied de la Plaza de Armas, au coeur de Cuzco.

    Son décor rappelle les marchés de l'époque, où les commerçants troquaient leurs marchandises avant de se rendre au marché San Pedro, toujours ouvert aujourd'hui.

    Joliment aménagée, la cour intérieure en plein soleil est munie d'un foyer, de chaises confortables et de couvertures en laine d'alpaga, afin de profiter pleinement du soleil andin, malgré la fraîcheur que procure l'altitude considérable de la ville, à 3400 m.

    De plus, des concerts de musique sont aussi offerts gratuitement à l'heure de l'apéro. Très sympa!

    306 calle Siete Cuartones

    http://www.elmercadocusco.com/ (en anglais)

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

    Maras

    PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

     

    Pour découvrir les environs: Les salines de Maras

    Plusieurs lieux exceptionnels se visitent en une journée près de Cuzco. Les salines de Maras se situent à une heure et quart de là.

    Ces bassins de sel datent d'avant l'Empire inca, tout comme les terrasses servant de laboratoire agricole aux Incas au site archéologique de Moray.

    En ville, plusieurs agences de voyages organisent les randonnées classiques. Étant donné les risques liés au mal aigu des montagnes, il faut s'assurer des mesures de sécurité comprises dans le forfait offert.

    Au Québec, l'agence Terres d'Aventure collabore avec des guides péruviens francophones, formés pour ce type de randonnée et munis de caissons hyperbares et de bonbonnes d'oxygène.

    http://www.terdav.ca/ps-perou

     

    Photos-Villes du Monde 4:  Bons plans à Cuzco

     

    Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique