•  

     

    Restaurants:  Voici le meilleur restaurant du monde

     

    Pin It

  • Manger par solidarité : les initiatives des

    chefs pour la bonne cause

     

     

     
     
    madame.lefigaro.fr
     

    Foodora et son opération Restos du cœur ou encore Action contre la faim et sa collecte de tickets-restaurants, zoom sur ces initiatives qui nous poussent à manger par solidarité.

     
     

    1 kilomètre = 1 repas

     

    Du 4 septembre au 2 octobre 2016, Foodora s’engage aux côtés des Restos du Cœur. Pour cela, la plateforme de livraison met à contribution ses livreurs, restaurateurs et clients pour collecter un maximum de fonds au profit de l’association. Pour chaque kilomètre effectué par ses cyclistes, un euro sera reversé aux Restos du Cœur. 1 €, c'est un repas distribué à une personne dans le besoin. Ainsi, avec plus de 1000 kilomètres parcourus tous les jours à Paris par les bikers de la marque rose, près de 28.000 repas devraient être distribués à la fin de l’opération.

     

    Et pour les personnes qui souhaitent faire un don spontané aux Restos du Cœur, c’est également possible sur le site Internet et sur l’application mobile de la start-up. Au moment de régler la commande, il suffira d'ajouter 1 €, qui sera entièrement reversé à l’association. Restaurateurs, partenaires, clients, tout le monde est convié à participer à la levée de fonds.

     

    "Je déj, donc je donne"

     

    À partir du vendredi 23 septembre 2016 et pendant deux mois, Action contre la faimlance un défi au grand public : collecter 28 millions d’euros via le don de titres restaurant. Une somme qui permettrait à l’association de venir en aide à 2 millions d’enfants atteints de sous-nutrition. Pour le lancement de la campagne « Je déj, je donne », les deux food-trucks et le restaurant Le Camion Qui Fume feront don de tous leurs titres-restaurants reçus le vendredi 23 septembre à l’association. La critique gastronomique Julie Andrieu, le chef doublement étoilé Thierry Marx, le pâtissier Christophe Michalak et la fondatrice du restaurant Le Camion Qui Fume, Kristin Frederick, seront de la partie. Ils proposeront chacun une recette qui symbolise selon eux la lutte contre la faim. Ainsi, l'on pourra déguster le chickpea cheepie burger végétarien de Julie Andrieu, le rice chili burger au poisson concocté par Thierry Marx, le burger matoké de Kristin Frederick et la crème caramel aux cacahuètes de Christophe Michalak. Une urne sera également mise à disposition pour collecter les tickets-restaurants.

     

    Mais Paris n’a pas le monopole de la solidarité. À Bordeaux, Lille, Rennes, Tours, Lyon, Marseille, Montpellier, Auxerre, Strasbourg, Nice, Toulon ou Toulouse, des restaurants partenaires installeront également une urne dans leur établissement. Ainsi, les donateurs, clients ou non de l’établissement, pourront venir déposer leurs titres-restaurants et participer au défi. Et sur Internet, rendez-vous rubrique « Faire un don» ou envoyez vos titres-restaurants par courrier dans une enveloppe non affranchie à Action contre la Faim, opération « Je déj, je donne », autorisation n°93244, 77009 Melun Cédex.

     

    Choc’october

    Christophe Adam et ses éclairs de génies reviennent du 26 au 30 octobre 2016.

     

    Pour la quatrième édition de l’événement Choc’October, Christophe Adam et ses éclairs de génie reviennent du 26 au 30 octobre. Le pâtissier rencontrera les cinq rugbymen Julien Arias, Jonathan Danty, Jules Plisson, Rémi Bonfils et Raphaël Lakafia, sur la pelouse du Stade Français. L’objectif ? Récolter des fonds pour Rétinistop, l’association qui vient en aide aux familles et soutient la recherche sur le rétinoblastome (un cancer de la rétine qui touche essentiellement le nourrisson et le jeune enfant). À chaque pâtisserie achetée, 1 € sera reversé à l'association.

     

    Pour l’occasion, Christophe Adam propose une édition limitée et personnalisée. Ainsi, l’éclair Julien Arias sera garni à la crème de coco et à la framboise, glacé au chocolat blanc, celui de Rémi Bonfils à la crème de pistaches d’Italie, celui de Jules Plisson à la crème de marron cassis, celui de Jonahtan Danty à la crème passion mangue et enfin celui de Raphaël Lakafia à la vanille de Madagascar, glacé à la framboise

     

    #Amatriciana

    Des centaines de restaurateurs français et étrangers proposent ces spaghettis all’amatriciana et reversent 2 € à la Croix-Rouge.

     

    Restaurants:  Manger par solidarité : les initiatives des chefs pour la bonne cause

    Au lendemain du tremblement de terre qui a frappé la ville d’Amatrice en Italie le 24 août, des centaines de restaurateurs français et étrangers ont décidé de reverser une partie de leurs ventes à la Croix-Rouge italienne. L’initiative a été lancée sur les réseaux sociaux par le blogueur italien Paolo Campana. Sur Facebook, il a demandé aux restaurateurs d’inclure les pâtes all’amatriciana à leurs menus. Et cela a fonctionné, plus de 700 restaurateurs à travers le monde, dont le chef britannique Jamie Oliver, ont déjà repris l’idée en servant le célèbre plat. À chaque assiette de pâtes vendue, 2 euros sont reversés à la Croix-Rouge italienne pour venir en aide aux victimes du séisme, notamment pour les reloger. Un euro est donné par le client, l’autre par le restaurateur.



    À Paris, les pâtes all’amatriciana figurent désormais sur la carte de Fabrizio Ferrara, chef du restaurant Osteria Ferrara (1) jusqu’au 15 septembre. À Saint-Rémy-de-Provence, sur la carte de la Maison Drouot (2), à Marseille à La Bastide Massimo (3) et à Nice au restaurant de l’hôtel Boscolo Exedra (4).



    (1) Osteria Ferrara, 7 Rue du Dahomey, 75011 Paris. Tél : 01 43 71 67 69.
    (2) Maison Drouot, 150 Route de Maillane, 13210 Saint-Rémy-de-Provence. Tél : 04 90 15 47 42.
    (3) La Bastide Massimo, 30 Rue Poucel, 13004 Marseille. Tél : 09 86 26 56 72.
    (4) Hôtel Boscolo Exedra, 12 Boulevard Victor Hugo, 06000 Nice. Tél : 04 97 03 89 89.

     

    Restaurants:  Manger par solidarité : les initiatives des chefs pour la bonne cause

     

     

    Pin It

  •  

    La cuisine étoilée mise à l'honneur

    dans les aéroports français

     

    Restaurants:  La cuisine étoilée mise à l'honneur dans les aéroports français

     

     

    Tandis que les voyageurs fréquentent de plus en plus les aéroports, les chefs étoilés investissent les lieux et y proposent une cuisine bistronomique de qualité.

     

     

    Alors qu'Air France vient de recevoir le prix de la « Meilleure restauration au monde dans un salon de première classe » à l'occasion des World Airline Awards organisé par Skytrax (1) à Londres ce mardi 12 juillet, des restaurants gastronomiques font leur apparition dans les aéroports français. Leur stratégie : enrichir l'offre afin d'augmenter la satisfaction des passagers et faire mieux que leurs concurrents. En d'autres mots, faire débuter le voyage avant même d'embarquer. Et quoi de mieux que la gastronomie, symbole de l'art de vivre à la française, pour développer l'hospitalité au sein des lieux de transit ? Aussi les différents chefs étoilés qui prennent au fur et à mesure leurs quartiers devront-ils composer avec des flux en continu et une clientèle internationale qui privilégie dorénavant la qualité et le quick and healthy (rapide et sain).
     
     

    « Notre stratégie est de proposer une expérience gastronomique emblématique de la vie parisienne. » Ce sont les mots d'Augustin de Romanet, PDG de Paris Aéroport (groupe ADP), qui souhaite attirer le plus grand nombre de passagers vers les aéroports parisiens en leur proposant une cuisine différenciante.

     

     

    Snacking de luxe à Orly

     

    Gilles Choukroun est le premier chef étoilé à s'installer à Paris-Orly, au cœur de la zone publique du terminal Sud. Son restaurant, baptisé CUP, pour Cuisine Urbaine Parisienne, a ouvert ses portes en juin dernier dans un décor de marché urbain animé par l'artiste Da Cruz. Le menu revisite les classiques de la brasserie tout en proposant un snacking de luxe en passant par des spécialités orientales : kebab de veau grillé ou hot-dog à 11,5 €, Fish & chips tzatziki à la menthe à 16 €, sans oublier les traditionnelles formules « plat du jour-café » à 14 €. Le poulet basquaise au piment d'Espelette côtoie les nouilles chinoises, et la frisée aux lardons les pâtisseries orientales. Ouvert de 5 heures à 22 heures tous les jours de l'année, le CUP peut accueillir 150 couverts sur 500 m2 et les prix s'échelonnent de 13 € à 22 €.

     

    Les étoilés de Roissy-Charles-de-Gaulle

     

    Les chefs Michel Rostang et Thierry Marx ouvriront quant à eux leurs premières adresses à l'aéroport de Roissy. Michel Rostang pourrait commencer à officier entre cet été et octobre 2017 dans les terminaux 1 et 2E. Thierry Marx s'installera lui au terminal 1, peu de temps après avoir ouvert un restaurant au sein de l'aéroport de Nice.

     

    Certains sont déjà en lice pour remporter des prix. Le chef doublement étoilé du Grand Véfour, Guy Martin, a remporté le titre du Meilleur restaurant d'aéroport, décerné lors de la Conférence FAB (Airport Food and Beverage), juste devant Gordon Ramsay et son restaurant Gordon Ramsay's Plane Food à London Heathrow. Inauguré l'année dernière, le restaurant I love Paris, entièrement décoré par India Mahdavi,propose des plats traditionnels français (blanquette de veau, pot-au-feu) et des assiettes plus contemporaines (burgers végétariens ou carpaccio de mangue) en passant par une sélection de sandwichs haut de gamme et un bar à champagne. Le tout se trouve au terminal 2E de Roissy, et est donc destiné aux passagers munis d'un billet d'avion vers l'Asie ou les États-Unis. De quoi fournir de délicieuses excuses lorsque l'on rate son avion...

     

    (1) Organisme de recherches spécialisé dans le secteur aérien.

     

    Restaurants:  La cuisine étoilée mise à l'honneur dans les aéroports français

    SSP France, Le Train Bleu, Gare de Lyon, Paris (France).

     

    Restaurants:  La cuisine étoilée mise à l'honneur dans les aéroports français

    Pin It

  •  

    L'Orangerie, le temple de l'Art

    déco culinaire

     

    Restaurants:  L'Orangerie, le temple de l'Art déco culinaire

     

    Par Véronique André du site madame.figaro.fr
     
     

    Coup de food. - Troisième restaurant du palace George V, L'Orangerie est la table de l’enseigne la plus subtile et délicate.

     
     
    Le lieu.
     
    L’Orangerie est une table de l’enseigne, aérienne, subtile et délicate. Elle fait face à sa sœur jumelle qui agrandit le restaurant méditerranéen, et offre une dinette élégante pour tout juste 20 personnes, sous verrière, au cœur de la cour de marbre. Ici c’est une cuisine simple mais brillante et enlevée, une table gastronomique toute en délicatesse, qui a l’excellence et la subtilité des assiettes de haut niveau. L’architecte Pierre Yves Rochon lui a concocté un écrin à la hauteur. C’est donc sur la cour de marbre, à l’abri d’une verrière ravissante et légère, que l’on craque pour la cuisine de haut vol de David Bizet.
     
     

    Le chef.

    D’origine normande, David Bizet officie dans la maison depuis quinze ans. Discret et généreux, dans ses assiettes le chef met le produit en exergue avec un grand classicisme qu’il rehausse d’associations hardies avec une délicatesse parfaite.

     

    L’assiette.

    On succombe à l’œuf cuit à basse température, spécialité du chef accompagnée en cette saison d’une purée de petits pois frais, à une langoustine à la nage parée d’agrumes et écume de riz, un carpaccio de bar mariné et tranché dans l’épaisseur, au fenouil sauvage avec sa pomme ratte givrée, la sole pochée aux coquillages, pommes vertes et verveine ou la poulette du Perche aux morilles et asperges, au vin d'Arbois. Dans le verre, un joli vin d’Arbois qui s’est bien adapté à la température.

     

     

    Restaurants:  L'Orangerie, le temple de l'Art déco culinaire

     

    La fiche recette du chef David Bizet : 

     

    Poulette du Perche au vin d'Arbois

     

    Restaurants:  L'Orangerie, le temple de l'Art déco culinaire

     

    Ingrédients 

    pour 4

    Recette

     

    Pour la volaille :


    Assaisonner puis cuire la volaille au four pendant 35 à 40 min et laisser reposer.

    Récupérez les 4 plus belles têtes d’asperges, les cuire à l’anglaise.

    Émincer finement le reste des asperges et les faire tomber sans coloration, à l’huile d’olive. Une fois revenues leur ajouter la tétragone, et mouiller à l’eau gazeuse. Débarrasser les asperges cuites, et les refroidir.

    Mixer sans ajouter d’eau pour avoir une purée et passer au tamis.

    Chauffer 500 grammes de vin jaune pour obtenir 100 grammes réduit, ajouter 300 grammes de crème liquide et cuire 1 minutes doucement le vin jaune et la crème.

    Assaisonnez puis mettre en syphon et gazer avec une cartouche.

     

    Croutons de champignons :


    Mixer tous les ingrédients pendant 3 minutes.

    Mettre en syhon 300 grammes et 1 cartouche de gaz. Couler l’appareil dans ½ d’un gobelet.

    Cuire aux micro-ondes pendant 40 secondes puis sécher 20 secondes par 20 secondes.

    Démouler les croutons bien secs, saupoudré de poudre de champignon.

     

    Purée de champignons :


    Emincer finement les champignons et les échalotes. Compoter les échalotes doucement (avec ail et thym). Colorer les champignons avec coloration ajouter sel / poivre/ beurre noisette.

    Déglacer le bouillon champignon et débarrasser dans la casserole avec les échalotes, faire de même avec tous les champignons.

    Laisser compoter le tout environ 30 minutes puis mixer. Vérifier l’assaisonnement et passer au tamis.

     

    Dressage :


    Rôtir la volaille et tailler un beau morceau dans la longueur, faire une trace de purée d’asperge avec une cuillère à côté de la volaille, faire trois gros points de syhon vin jaune, poser la tête d’asperge, faire trois points de purée champignon et poser le crouton champignon dessus .

    Cressonnette et servir avec jus de volaille.

     

    Restaurants:  L'Orangerie, le temple de l'Art déco culinaire

     

    Le bonheur : c’est celui d’une table à l’élégance discrète et à l’harmonie totale, pas de chichis avant et après chaque plat, mais un ballet de saveurs bien cadencé.

     

    Les prix : un menu à 95€ au déjeuner et à 125€ au dîner.

     

    À la table d’à côté : Novak Djokovic.

    L’Orangerie Four Seasons - 31 av. George V, 75008. Tél. : 01 49 52 70 00.

     

    Restaurants:  L'Orangerie, le temple de l'Art déco culinaire

    Pin It

  •  

    Enoteca Mozza au centre-ville



    par  du site divine.ca




    1251 Avenue McGill College
    Montréal, QC H3B 2Y4
    http://www.restaurantmozza.com/fr
     

     

    Tout bon!


    Enfin une bonne adresse pour s’arrêter casser à croûte au centre-ville. Des endroits abordables, chaleureux et sans prétention qui ont gagné mon cœur récemment, il y en a peu. Je pense aux familles qui ont envie d’une bonne bouffe avant un spectacle, aux groupes de collègues qui se déplacent en troupes pour un 5@7 improvisé, ou à nos soirées de filles les soirs de semaines. Ici, c’est parfait pour tout cela!

     

    1_MOZZA_INTERNAL

    Le resto a déjà pignon sur rue à Laval, au Centropolis, ainsi que dans l’Ouest de la ville. Récemment il ouvrait ses portes rue McGill, au coin de la Place Ville-Marie, là où la rue fourmille d’activité à longueur d’année. Je m’y suis arrêtée lors du Festival Juste Pour Rire, avant une représentation. La terrasse était pleine, tout comme le restaurant. Cela n’a pas empêché le personnel d’être hyper attentif à mes demandes. Un cocktail maison, et une assiette de gnudi fiorentina – une espèce de dumpling de ricotta et épinards avec sauce rosée, pancetta et parmigiano – et je savais que j’allais aimer ma soirée!

    2_MOZZA_INTERNAL

    3_MOZZA_INTERNAL

    4_MOZZA_INTERNAL

    Alors cette entrée de gnudi, il faut absolument la commander. Pour la suite, sachez que les pizzas sont d’excellents choix, et surtout, que les portions sont énormes. À essayer, la Cotto (bébé roquette, prosciutto cotto, balsamique), la Salsiccia (champignons, oignons caramélisés, saucisses italiennes) et la classique Napoletana (basilic, fior di latte, origan). L’offre du côté des pâtes est longue, et on y offre d’ailleurs des choix sans gluten (bravo!). Plusieurs plats de veau et de poulet sont aussi du menu, et si le filet mignon vous fait de l’œil, il saura satisfaire vos papilles – il est délicieux!

    Ne quittez surtout pas l’endroit sans avoir goûté à l’un des desserts. Mes coups de cœur: le calzone au Nutella, le Cookie Monster (le méga biscuit aux brisures de chocolat) et les natas. Et oui, il y a un menu pour enfants, ainsi qu’une table d’hôte du midi. Ne vous avais-je pas dit que ce resto avait tout bon?!

    5_MOZZA_INTERNAL

    Alors Enoteca Mozza, tu fais maintenant le bonheur de plusieurs au centre-ville!

     
     

     

     

    Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique